Index du Forum


 
 Index du ForumS’enregistrerConnexion

:: Idleness... ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi City † -> † Les buildings
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 24/07/2009, 22:34    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ D'ordinaire, il aurait sans doute foncé tête baissée dans les rues pour se défouler en patrouillant. Le flingue à la ceinture, le couteau dans la botte, le Leader Bleu aurait hanté les rues, toujours prêt à faire régner l'ordre pour assurer la sécurité du citoyen honnête. Mais pour l'heure... Il n'était même pas certain d'arriver jusqu'au petit banc qu'il convoitait, un peu plus loin. Un bras passé en travers du ventre, il marchait aussi normalement que possible malgré la douleur. Il n'avait vraiment pas envie de rester enfermé dans les bureaux. Le souvenir de son bref passage chez le Maire ne l'aidait d'ailleurs pas à avoir l'esprit tranquille. ~

~ Ronchonnant, il parvint finalement à sa destination. Certains bureaux avaient vue sur le parc principal de la ville, et une avenue piétonne séparait ces deux pôles. Quelques bancs étaient disposées le long de ce passage hautement fréquentés aux heures de pause, permettant aux employés stressés de sortir se détendre quelques minutes. Mais maintenant qu'il était face à ce destin, le petit blond était bien obligé de se poser la question qu'il avait refusé d'aborder quelques minutes plus tôt. Comment allait-il s'y prendre pour s'assoir ? ~

~ Dépité, il commença par s'appuyer contre le dossier. La position soulageait quelque peu sa blessure, mais il savait bien que la douleur reviendrait déjà. La zone avait déjà été bien durement éprouvée, ce que n'avait pas manqué de lui signaler Azusa. Celui-ci n'aurait d'ailleurs pas approuvé de voir le blessé sortir en douce, même s'il ne l'en aurait sans doute pas empêché. Ino avait été soulagé de le trouver non loin du bureau, l'attendant déjà pour vérifier que tout allait bien. La douleur était devenue telle que le petit blond finissait par voir trouble. Mais les fils étaient de bonne qualité, et la couture bien faite. Si le bourreau de travail qu'il était ,restait calme et évitait de trop rester debout, il n'y avait que peu de risques. L'infirmier avait d'ailleurs bien insisté sur ce point ; Ino ne devait pas forcer, et se reposer au maximum pour le moment. Enfin... Il avait dit cela, mais devait commencer à connaitre son affaire. Il devait bien se douter que le blondinet n'en ferait qu'à sa tête. ~

~ Voilà, on y était. La plaie déjà brûlante, le jeune garçon sentait que le besoin se faisait urgent. Il aurait probablement dû mieux réfléchir à la question tant qu'il était temps. Il n'avait plus vraiment le choix à présent, il allait devoir trouver le moyen de s'assoir tout seul. Ployant légèrement les genoux, le jeune Leader Bleu tenta une première approche. Mais déjà la zone lui tirait, signalant ainsi que forcer ne serait guère une bonne idée et le faisant se redresser aussitôt. Heureusement qu'il portait un épais pansement là-dessus... Si du sang se remettait à couler, il n'y avait aucune chance pour qu'il le traversât jusqu'à la chemise blanche. Déjà qu'il n'avait guère fière allure en ce moment... ~

~ Jetant un regard autour de lui, Ino s'assura que personne ne le regardait. De toute façon, avec son bonnet pour cacher ses cheveux, son pantalon noir et sa chemise, il y avait peu de chance qu'on le reconnu en tant que chef de la Faction Bleue. Il avait suffisamment honte de son état comme ça, il n'avait aucune envie d'attenter déjà à son image déjà bien écorchée. Une légère trace de sueur commençait à apparaitre sur son front, et il pressait encore une main sur son ventre douloureux.
~

« Merde... »

~ Blessé, inutile, inactif, et en plus dans la panade. Pouvait-il seulement imaginer tomber plus bas ? ~

*En devenant l'un de ces rats merdeux, peut-être. Manquerait plus que ça pour que j'atteigne le fond du fond !*


------------------------
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 24/07/2009, 22:34    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 25/07/2009, 01:52    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

Morgan marchait à grand pas dans ce quartier chichement moderne. Rien à voir avec le taudis dans lequel il vivait. Mais bon, c'était le lot de la quasi totalité des Akabatsu. Vivre dans la fange comme des rats, mais en communiquant diablement la peste aux "parfaits" Aobastu. Un rictus plus qu'un sourire ourla ses lèvres. Ses plaisanteries étaient toujours aussi vaseuse et pas même sa situation actuelle ne pouvait entamer son moral d'acier. Il se tortilla imperceptiblement le dos pour replacer la gaine qui le soutenait. Nanbi avait bien fait son travail. Ces petits artifices étaient parfaits et totalement invisibles, si bien qu'il pouvait fièrement arborer son pantalon moulant de cuir noir et ses bottes montantes, le surélevant encore de quelques centimètres. Les mains dans les poches de sa veste noire, le col de sa chemise était négligemment entrouvert dévoilant son torse parfaitement imberbe.

Le vent ébouriffa sa sombre chevelure alors que son regard gris, animé par la froideur du prédateur se promenait sur les alentours. Le vieux loup ne craignait pas de s'exposer ainsi au grand jour. Peu de gens savait qui il était et les seuls à savoir étaient, soit de son côté, soit dans une boîte en bois. C'est pourquoi il faisait régulièrement quelques escapades à la surface. Le boulot se faisait assez rare ces temps-ci. Plus personne n'avait besoin du vieux loup gris et Akabatsu avait largement prit le dessus sur la faction bleue. Le maire veillerait sans doute à ce que l'équilibre ne soit pas rompu. Il cracha par terre. De toute façon ce que pouvait trafiquer Yuuto ne le concernait pas. Lui, il se contentait simplement de vivre. Avec une certaine douceur il se souvint de sa rencontre avec Ran. Si il mettait la main sur cette saloperie d'Hazuki il lui ferait sa fête pour venger son ami. Ce petit merdeux bleu avait presque réussi à le tuer avec ses conneries.

Distraitement il vint effleurer la blessure de sa clavicule. Transpercée nette.

Le brun longea le parc pour soudain apercevoir au loin un jeune homme, visiblement seul. Cependant il tiqua en apercevant cette main crispée sur son ventre délicat. Morgan s'approcha encore, d'un pas silencieux, ne manifestant aucune émotion à l'égard du garçon. Il haussa cependant un sourcil lorsqu'il ne se trouva plus qu'à deux mètres de lui. Cette silhouette lui était familière, une vague impression de déjà vu. Discrètement il scruta le visage de l'inconnu avant de venir s'asseoir sur le banc. Cette frimousse lui rappelait très nettement Yuuto Allan Takahashi, en moins vieux bien sûr. Un dernier coup d'oeil. Cette fois il en était sûr, c'était son mouflet, Ino Takahashi. Un rictus ourla discrètement ses lèvres. Le destin vous jouait vraiment des tours étranges parfois.

Oh bien sûr, Morgan n'était pas comme tous ces abrutis d'Akabatsu qui se seraient jetés sur le pauvre gosse en le voyant si affaiblit. Ino n'y était pas pour grand chose si il occupait la place de chef de la faction bleue. L'adulte reconnaissait qu'il avait d'énormes responsabilités pour son jeune âge. Un peu comme Ran d'ailleurs. La comparaison le fit sourire. Deux louveteaux à peine assez féroce pour mordre. Enfin c'était le cas pour le blondinet, pas pour le chef de la faction rouge. C'est pourquoi le brun se contenta de rester silencieux tout en s'allumant une clope. Il ne ferait aucun mal à la petite chose qui dissimulait à grand peine sa douleur. Le tuer ne l'aurait satisfait d'aucune manière, et il doutait fortement que le paternel apprécie la blague. Et puis une si jolie frimousse ne méritait pas un tel châtiment.

L'adulte l'observa du coin de l'oeil. Il songea soudain à Azusa et à la peine que sa place actuelle affligeait à Ran. Bien sûr c'était pour le bien de l'équilibre. Il avait choisi de soutenir celui qui en avait le plus besoin, mais l'homme restait l'homme. Et ça n'empêchait pas son chef de souffrir en silence. C'était là tout le problème, la faiblesse et les émotions étaient proscrites lorsqu'on occupait le plus haut rang. Il en allait sûrement de même pour le jeune blondinet.

Avec nostalgie, il sentit de nouveau les bras faméliques de son petit louveteau lui enserrer la taille. Personne ne l'avait approché de si près depuis des années. Le jeune Yashin occupait une place vraiment particulière dans son néant existentiel. A cette pensée, son visage se radoucit quelques instants avant de reprendre son expression habituelle.

Cette fois, il fixa le jeune homme toujours debout, penché dans une position assez étrange, il devait bien le dire. Tirant une latte de sa clope il lança d'un ton neutre :


" Besoin d'aide gamin ? "
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 25/07/2009, 13:48    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ Les muscles tiraillés par l'effort, Ino s'immobilisa un instant en sentant l'inconnu approcher. Bien que l'instant fut rapide, il eut la nette impression d'être observé. Ce n'était pas très étonnant, au fond. Voir un gosse peiner comme un vieillard pour s'assoir sur un banc, voilà qui avait de quoi attirer quelque regard. Surtout lorsqu'il s'agissait de la seule distraction des lieux. Et d'ailleurs... N'y avait-il réellement que ce banc-là pour s'assoir ? Où donc avait été éduqué ce type ? On ne s'asseyait jamais sur un banc déjà occupé ! Quoique techniquement... Ino ne l'occupait pas encore. Le jeune garçon leva les yeux vers le chemin, repérant le prochain siège à quelque cent mètres de là. Comme pour appuyer son hésitation, un long tressaillement vint parcourir son corps, lui signalant qu'il allait devoir se décider rapidement. Et pas forcément en prenant la décision la plus idiote. L'homme lui proposait d'ailleurs son aide, c'était l'occasion à saisir. ~

« Merci, j'y arriverais très bien tout seul ! »


~ Pour cause, c'était sorti tout seul. Par extension, il allait bien devoir se débrouiller maintenant qu'il avait envoyé paître la seule personne présente. ~

*Je ne suis pas handicapé, qu'il se mêle de ses affaires !*


~ Il n'en était pas moins dans la panade. Le prochain banc était trop loin, et l'honneur voulait qu'il ne se comporte pas tel un chien errant qui fuit au premier geste d'un passant. Il avait tout autant le droit de se poser là, après tout. Et puis, il n'avait pas si mal que ça. Se plaçant en bout de banc, il posa une main sur le dossier et l'autre sur le siège. S'il parvenait à poser les fesses sur le bois sans trop avoir à plier sa blessure, il y parviendrait. Mais pour cela, il lui fallait se pencher en arrière et soutenir son dos durant toute l'opération. Dépité, le jeune chef Aobatsu secoua la tête. Il n'aurait jamais cru devoir lutter si tôt dans sa vie pour réussir à s'assoir. Il s'agissait plutôt de l'apanage de la vieillesse, après tout. Péniblement, il commença à amorcer le mouvement pour tester les réactions de son corps. Il ne tarda pas à grincer des dents sous la douleur, et la sensation imminente de la rupture des fils le contraint d'abandonner. Seul, il n'avait aucune chance de parvenir à s'assoir. Un jour plus tard, sans doute aurait-il pu. Mais pour l'instant... ~

~ Il tournait toujours le dos à l'inconnu assis sur le banc. Il passa délicatement une main sur son ventre, les yeux rivés au sol quelques mètres devant lui. Pour une fois, il ne pouvait que reconnaitre qu'il aurait mieux fait d'écouter Azusa. Au moins pour les conseils de santé, puisque le jeune homme semblait tant s'y connaitre. Suffisamment pour le recoudre tous les deux jours, en tout cas. Ino aurait donné cher pour que l'homme en bleu fut là. Oh, il lui aurait fait comprendre son mécontentement par un regard lourd de sens, et probablement une ou deux piques bien senties, peut-être même méritées. Mais au moins, il l'aurait aidé.
~

~ Soupirant en silence, Ino redressa le nez pour observer les immeubles des bureaux. Il devait être salement atteint, pour en venir à regretter l'absence de cet insupportable fouinard qui lui marchait sans cesse dans les pattes. Une pointe de douleur plus vive que les autres lui donna le vertige, et il s'appuyer contre le dossier du banc pour ne pas tomber. ~

« De toute façon, ces foutus bancs sont mal fait, ils sont beaucoup trop bas. », grogna-t-il, épuisé par l'effort.

~ Sans compter sur les merveilleuses réactions du corps humain, qui commençait à mal assimiler toute cette agitation. En résultait un stress intense, qui menaçait de se transformer en panique si Ino ne trouvait pas bien vite une solution. De toute façon, la question ne se poserait pas bien longtemps. Ses jambes menaçaient déjà de céder, au même titre que la couture rudement éprouvée. Auquel cas, le garçon s'étalerait probablement sur l'inconnu, non sans répandre quelques unes de ses tripes au passage. ~

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 26/07/2009, 03:21    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

"Merci, j'y arriverais très bien tout seul !"

Morgan jeta un regard faussement étonné au jeune mouflet. Pour sûr il était carrément loin d'être surprit par son attitude. Le blondinet avait la réputation d'être exécrable dans la vie comme au travail, et les échos qu'il en avait capté ça et là devait bien être en deçà de la réalité. Se grattant distraitement l'oreille, il se demanda quel comportement adopter. Le vieux loup était furieusement tiraillé par l'envie de l'envoyer chier, mais en même temps le chérubin avait éveillé en lui une curiosité certaine. Bien sûr l'adulte savait qu'il jouait avec les flammes, ou plutôt avec une flammèche dont il n'avait pas grand chose à craindre. Il croisa donc les doigts sous son menton et laissa le silence s'installer. Du coin de l'oeil il observa le petit manège de l'adolescent pour s'asseoir. L'image grotesque d'un vieillard luttant pour poser son humble popotin sur le banc, lui sauta à l'esprit et il se retint de céder à sa malsaine envie de rire. Heureusement pour lui son visage demeura de marbre.

Tout en surveillant le jeune homme, Morgan se surprit à le comparer à son père. Mouais. Il n'avait pas encore la classe et la présence du paternel. Il était maigrichon, ses yeux reflétaient toute l'arrogance et l'immaturité de l'ado pré-puber et par dessus le marché, il avait un caractère de cochon. Non, définitivement non, il se demandait bien comment Yuuto avait pu engendrer ça. Cette pensée lui arracha un sourire mesquin. Mais finalement il se dit que Ino le méritait bien. Le voilà prit d'en l'engrenage déroutant de Sasuitachi, et rien ne lui ferait plus de bien que de se faire les pieds. Le monde militaire était impitoyable et il devrait bien vite le comprendre et cesser de pleurnicher et/ou de rouspéter lorsque quelque chose n'allait pas. Avec un chef aussi charismatique qu'un poulpe asthmatique et une harpie en guise de général, Morgan commençait à cerner le problème de la faction bleue et la raison de ses trop nombreuses défaites. Abobatsu était un monstre d'ego en tous genres qui ne cessaient pas de se marcher sur les pieds pour occuper la meilleure place. Le parquet ne devait plus être rayé par les dents longues, il devait carrément avoir disparu depuis le temps.

" De toute façon, ces foutus bancs sont mal fait, ils sont beaucoup trop bas. "

La mauvaise foi enfantine. Comme elle fut une douce mélodie à son oreille. Cependant Morgan lui offrit un regard compatissant, histoire de ne pas trop attirer les foudres de l'impétueux garçon. Et puis l'adulte tiqua. Bien qu'imperceptible il vit les jambes du mouflet prêtent à céder sous son poids. Il nota son visage rendu blanc par le malaise qu'il éprouvait. Alors calmement l'adulte se leva et posa une main sur l'épaule du blondinet. Le brun lui tendit un regard qui n'acceptait aucun commentaire douteux, et il osait espérer que le môme n'ouvrirait pas sa grande gueule par fierté. Se faisant il l'aida à s'asseoir sans plus de forme, faisant attention à ce que la blessure ne s'ouvre pas. Il n'avait pas envie de se retrouver avec un macabé sur les bras. D'autant qu'on n'hésiterait pas une seconde à l'accuser du décès. Pour une fois qu'il n'avait rien fait.

Une fois que le problème du "assieds-toi sur le banc et ferme la " fut résolu, Morgan retourna nonchalamment à sa place, se grillant une clope au passage. Posant un pied sur la latte de bois, il vint appuyer son visage contre son genoux replié. Sa chevelure sombre vint masquer ses traits, jusqu'à ce qu'un coup de vent ne le révèle à nouveau. Le silence s'installa entre les deux hommes. Morgan était quelqu'un d'un naturel silencieux mais il avait parfois quelques élans paternalistes envers ceux qu'il aimait bien. Enfin envers Ran quoi. Au moins, Ino pouvait s'estimer heureux, car il n'inspirait rien de déplaisant au vieux loup. Il l'intriguait tout simplement, parce qu'il se demandait comment quelqu'un d'aussi jeune pouvait être placé à la tête d'une armée comme celle d'Aobatsu. Il se demandait toujours ce qui avait bien pu passer par la tête du maire pour qu'il en vienne à cette idée. C'était bizarre quand même. Ou peut-être nourrissait-il quelques inhibitions macabres à l'encontre de son fils, et qu'il l'avait envoyé sur le champ de bataille pour qu'il n'en revienne jamais. Il secoua là tête. C'était parfaitement con comme réflexion.

Morgan fixa le jeune Ino.


" Ta blessure est sérieuse gamin. J'ai pas envie de me retrouver avec tes tripes sur les bras. "

L'adulte parla d'un ton bourru, mais malgré tout amical. Cependant son regard trahissait le loup féroce. Interdisant formellement à Ino de tenter une réponse malencontreuse. Morgan n'était pas forcément très patient et c'était pas avec le mouflet du maire qu'il allait l'être. Cédant encore une fois à son envie de nicotine, il commença à gratter la peinture du bois, la faisant tomber en petit copeaux sombres sur le sol.

" Est ce que quelqu'un sait que tu es là au moins ? "

Morgan soupira, intérieurement il se disait bien que non. Le blondinet semblait être une vrai tête de mule. Glissant une main dans sa chevelure d'ébène il la ramena en arrière. Une légère grimace vint déformer son visage, alors qu'une douleur sans précédent lui parcouru l'échine. Son visage resta au mieux impassible, puis il tira une latte de sa cigarette. Ces petits machins étaient vraiment sa drogue préférée.

" Morgan Klaus " Lâcha t-il sans attendre la moindre réponse de la part du môme.
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 26/07/2009, 16:28    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ Ino ne s'était pas vraiment attendu à ce que l'inconnu l'aidât. Il sursauta sur le coup, surpris, mais ne fut pas assez stupide pour se débattre. De un, il serait probablement tombé à terre ce faisant, de deux, il n'avait de toute façon pas tellement le choix. Ravalant sa fierté, il se laissa faire sans piper mot, se contentant de s'attacher à garder un visage impassible pour masquer la douleur. Sans parler de la honte de se faire aider ainsi... Voilà une scène qui n'aurait pas manqué de faire rire certaines personnes. Mais au fond, il n'avait sans doute pas volé cette humiliation passagère. S'il ne s'était pas laissé avoir par la fille au sabre, Ran Yashin n'aurait jamais eu l'occasion de le blesser avec son propre couteau. ~

~ Enfin assis, il ferma les yeux le temps de souffler. La sensation avait été cuisante, mais au moins l'homme avait-il eu la délicatesse d'épargner au maximum la zone qu'il avait deviné blessée. Le plus désagréable avait toutefois été cette impression de chute, lorsque plus rien ne l'avait soutenu hormis les bras de cet étranger. Désagréable, et vaguement effrayant. Suffisamment pour qu'un réflexe primaire le poussa à se retenir d'une main à l'un des poignets de l'inconnu. Au moins, l'instant était passé, et il pouvait enfin soulager son ventre d'une tension trop longtemps maintenue. Mais qu'il détestait avoir eu besoin de ce type pour se faire !
~

« Merci... »

~ Avec précaution, il pris place aussi confortablement que possible. Les fesses légèrement en avant sur le banc, le dos appuyé contre le bois du dossier. Là au moins, sa blessure ne risquait plus grand chose. Du moins pour le moment. ~

« Ta blessure est sérieuse gamin. J'ai pas envie de me retrouver avec tes tripes sur les bras. Est ce que quelqu'un sait que tu es là au moins ? »


~ Surpris, Ino tourna pour la première fois la tête vers l'homme pour l'observer sérieusement. Un visage étrange, une peau au moins aussi pâle que la garce d'Akabatsu. Un air mystérieux, qui laissait entendre qu'il y avait probablement plus à découvrir que ce que l'on pouvait voir de prime abord. Rien qui intéressait vraiment le jeune garçon, mais surtout rien qui pouvait lui indiquer ce que l'individu avait derrière la tête en tapant ainsi la discussion. Sans doute n'avait-il rien de mieux à faire pour le moment. Pourquoi aurait-il choisit de s'assoir sur un banc en passe d'être occupé, sinon ? ~

« Mon babysitteur doit se promener quelque part dans les bureaux. », répondit-il, non sans un petit reniflement d'ironie en passant.

~ Baby-sitter... C'était bien le qualificatif qui correspondait à Azusa. Sans cesse à lui courir après et à soigner tous ses bobos. Si ce n'était une épouvantable fierté, Ino aurait probablement reconnu que l'initiative de son père de lui attribuer une nounou n'était visiblement pas si inutile que cela. Seulement, il n'était pas encore prêt à reconnaitre cette faiblesse, et cette dépendance qui commençait à s'établir vis-à-vis de l'agent. Car il s'agissait bien d'une sorte de dépendance, si l'homme en bleu devenait la seule personne en qui Ino plaçait un tant soit peu de confiance. Après tout, c'était lui qu'il appelait en cas de problème. Et ce serait encore lui qu'il appellerait pour venir le chercher sur ce banc. Autant profiter de ces quelques instants de répit, où le jeune garçon pouvait encore se bercer de quelque illusion d'autonomie. ~

~ Illusion était vraiment le mot qui convenait. Passer d'un babysitteur à un inconnu partagé entre une vague pitié et certainement une bonne envie de rire... Surprenant d'ailleurs un regard plein de compassion, Ino fronça le sourcil. Déjà qu'il ne croyait pas une seconde à la sincérité de ce regard, il aurait sans doute été bien plus énervé si cette prétendue compassion n'avait pas été feinte. Il n'avait vraiment pas besoin de la pitié de qui que ce soit. ~

~ Aussi préféra-t-il simplement ignorer l'homme, et tenter de prêter un peu plus attention au lieu. D'un côté, les hauts immeubles des bureaux, gris et sale, de l'autre, l'étendue du parc de Sasuitachi, tout aussi terne et morne que les buildings, en vérité. L'absence continuelle de soleil n'aidait pas à mettre les lieux en valeur, en vérité. Mais ce soir, il aurait bien patrouillé par là. Profiter un peu d'une autre vue que celle des rues froides et inhospitalière, où la vermine des égouts régnait la nuit. Ou du moins, elle le tentait. Mais Aobatsu l'en empêcherait. Même si pour l'heure, Ino était bien incapable de le faire lui-même. Il devait d'abord guérir pour cela. En vérité, il aurait voulu pouvoir patrouiller n'importe où, plutôt que de rester cloîtrer dans un bureau comme un infirme.
~

« Morgan Klaus. »

~ Tiens, voilà que l'étranger se présentait. Morgan Klaus ? Un nom plutôt inhabituel dans un tel pays. Pourtant, Ino aurait juré que l'homme était japonais. Mais après tout, n'était-il pas lui-même métissé ? Qui sait d'où pouvait venir ce type, au fond. C'était peut-être ses origines qui lui donnaient cet air étrange, après tout. ~

« Ino. », répondit-il simplement.

~ Même si l'inconnu se doutait probablement du patronyme, Ino n'avait pas la moindre envie de l'annoncer. Il aurait préféré ne pas avoir à faire connaître ce petit détail, même dans son quotidien. S'imposer parmi des vétérans était déjà suffisamment malaisé pour une jeune homme sans expérience réelle, mais pour le fils du Maire, c'était peut-être pire. Le petit blond se doutait bien que tout le monde en déduisait que sa position ne venait que de son lien de parenté direct avec le dictateur en place. Ce que peu de gens savaient en revanche, c'était que l'éducation avait suivi, et avait été faite dans cet unique sens ; devenir le Leader de la Faction Bleue. Bien sûr, la vraie vie était différente de ce que l'on pouvait apprendre en entrainement, même les plus poussés. Ino devait simplement s'adapter, apprendre à gérer le stress... ... Voilà qu'il essayait de se rassurer. La blessure infligée par Ran Yashin ne devait pas être que purement physique, en fin de compte...
~

« Vous vous amusez souvent à vous promener pour aider les gens à s'assoir ? »

~ Peut-être un peu agressif comme début. Mais il y avait quelque chose d'inquiétant chez cet homme, que Ino ne pouvait que remarquer même dans son état. État qui ne lui permettrait d'ailleurs pas de se défendre. Ni même de se lever pour essayer, en fait. ~

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/07/2009, 12:59    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

" Merci."

Morgan tourna soudain son regard vers le jeune homme, une expression mi-amusée mi-étonnée dansant dans ses prunelles bleues. Il n'aurait jamais cru ça possible. Entendre autre chose que le picotement d'un venin se déverser de ses lèvres d'ange. L'adulte scruta longuement le visage du mouflet, se demandant si cette blessure au ventre était responsable de sa soudaine amabilité. Sans doute que oui, et le chasseur ne pu que s'en sentir grandement diverti. De toute manière il ne lui aurait pas permit de s'adresser à lui autrement. Morgan acceptait la taquinerie mais jusqu'à un certain point et ce n'était très certainement pas un adolescent tout juste sortit du berceau qui allait lui apprendre à vivre par ses manières cavalières. Bien sûr l'adulte n'était pas totalement inconscient non plus. Le blondinet avait reçu un entraînement approprié, et sans doute devait-il être redoutable en combat. Enfin du moins contre ceux de son âge. Le vieux loup se figura un instant l'image de deux mômes en train de se frapper à grand coup de sabres en mousse.

Un sourire étrange naquit au coin de ses lèvres. Il était aisé de deviner sous ces traits neutre le loup sanguinaire et expérimenté qu'il était. Ce sourire avait quelque chose de malsain, de sauvage et de particulièrement dérangeant. Même le brun en avait conscience, mais peu lui importait ce que le môme pouvait bien penser de lui. Quand bien même il donnait l'impression qu'il allait croquer le Chaperon Rouge avec une satisfaction exagérée. Et rien ne laissait supposer que cette impression n'était que le fruit d'une malformation dentaire.

"Mon babysitteur doit se promener quelque part dans les bureaux."

Morgan se retint de prononcer le nom d'Azusa, le murmurant si bas que lui seul put l'entendre. Relevant le nez vers les arbres agités par la légère brise il songea à ce pauvre rouge devenu bleu, et obligé de supporter et de passer tous les caprices de cet insupportable gamin. Si il avait été à sa place, sûr qu'il l'aurait tué depuis longtemps, mais heureusement pour lui le maire lui accordait trop peu d'importance pour lui donner ce rôle, bien qu'il fut un vétéran dans cette guerre dénuée de sens. Un vétéran. Ce mot sonnait étrangement à ses oreilles, mais c'était le cas. Le loup au poil fatigué et élimé avait survécu toutes ces années, se battant tout crocs dehors et ne manifestant pas plus de sentiment envers ses ennemis qu'à cette canette laissée négligemment sous le banc. Il avait vécu de ces traques enivrantes, et insensées à travers la ville. Le sang avait coulé abondamment sur ses doigts blancs, mais ça ne lui faisait rien, car Morgan se considérait comme l'instrument de la cruauté. C'était les hommes qui l'avait fait devenir ainsi. Il n'y avait que pour Ran Yashin qu'il montrait un autre visage.

Ses inhibitions sanguinaires étaient très certainement ce qui avait contraint le Takahashi à choisir un autre tuteur pour l'insupportable petite chose. Et puis de toute manière l'adulte n'était pas très impliqué dans les affaires politiques de Sasuitachi. Il ne vivait que pour sa pomme après tout.

" Ino "


" Je sais." Répondit l'adulte sans plus d'explications.

" Vous vous amusez souvent à vous promener pour aider les gens à s'assoir ? "

Morgan arqua un sourcil amusé au dessus de ses prunelles bleues. Voilà une question bien particulière qui méritait une réponse particulière. L'adulte fixa le lointain, puis d'un geste se voulant négligent il écrasa sa clope sur la peinture fatiguée du banc. Il appuya ensuite ses doigts noueux sur ses genoux et se leva, calme et posé, comme à l'ordinaire. Puis il s'approcha dangereusement du gamin. Un peu brusquement il vint poser ses doigts de corbeau de chaque côté des épaules de l'enfant, enserrant le bois du dossier, comme une proie capturée en plein vol. Son visage ne fut bientôt plus qu'à quelques centimètres de la frimousse enjôleuse d'Ino. Quelques secondes passèrent et sur ses lèvres s'étira un sourire carnassier; dévoilant ses canines trop fines et acérées pour être totalement normales. Deux crocs luisant et menaçant qui auraient donné la chair de poule à n'importe qui, surtout lorsque ce dérangeant sourire était surmonté d'un regard lourd de folie et d'amusement.


" Je fais ça toute la journée, aider les vieillards grimaçant dans ton genre. "

Dit-il d'une voix rauque avant de rire à sa plaisanterie. L'expression de son visage se fit soudain plus douce, puis il s'écarta légèrement du gamin.

"Tires pas cette tronche je vais pas te bouffer. "Conclut-il plus sérieusement.

Ses doigts se détachèrent du bois, et se faisant il s'alluma une clope d'un même geste. Il tendit un regard un brin cavalier au gamin. Morgan se fichait comme de son premier jouet d'attiser la colère du blondinet. Car plus tard, dans d'autres circonstances, il se rencontrerait à nouveau. Ino serait sa nouvelle proie, mais il ne le tuerait pas; pour préserver l'équilibre et pour ne pas offenser le Maire. Non. Ce jour là il lui apprendrait le sens d'un vrai combat, et ce que pourrait être la morsure d'une véritable blessure. Pas comme l'égratignure dont il se plaignait tant. Distraitement l'adulte vint caresser la blessure que lui avait infligé Hazuki. Puis il s'assit lourdement sur le banc, ébranlant légèrement les boulons usés qui le fixait au sol.


" Et c'est souvent que Ino Takahashi, fils de Yuuto Allan Takahashi se promène sans sa nounou bleue ? " Dit-il avec une pointe d'ironie, ponctuant sa phrase d'un léger sourire en coin.
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 29/07/2009, 01:31    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ Serait-il face à un militaire, finalement ? Un Akabatsu l'aurait sans doute déjà tué sur place depuis longtemps. Un Aobatsu, donc ? Il fallait au moins cela pour déclencher autant d'agressivité. Un civil se serait contenté d'être mal à l'aise, sans rien oser ajouter. Mais une telle arrogance ne pouvait venir d'un citoyen lambda. Ino se crispa cependant, inquiet de voir le lascar se lever soudain pour s'approcher si près de lui. ~

« Je fais ça toute la journée, aider les vieillards grimaçant dans ton genre. »

~ La colère aurait bien pu lui faire oublier sa blessure pour corriger l'individu. Quand bien même il aurait perdu le combat, au moins se serait-il défoulé un bon coup. Mais le soudain rapprochement de l'homme lui hérissa le poil, l'obligeant à rester en arrière pour éviter le contact. Le voir si près de lui était effrayant, et le sourire étrange et si peu naturel n'arrangeait rien à la scène. Il aurait l'air fin, si on le voyait dans une telle position, avec ce malade penché ainsi au-dessus de lui ! L'homme était étrange et dérangeant, en plus d'être salement amoché mentalement. ~

« Comme quoi, même les détraqués dans ton genre peuvent trouver une utilité de nos jours. Où va donc la société... »

~ Il ne l'aurait avoué pour rien au monde, mais se sentit grandement soulagé lorsque... Morgan ? reprit sa place. Il n'aimait déjà pas être approché comme cela, alors en plus par un fou furieux pareil... Ino ne doutait pas qu'en d'autres circonstances, l'individu aurait été ravi de lui coller une bonne raclée. Ce genre de type n'était généralement pas doué pour son originalité. ~

« Et c'est souvent que Ino Takahashi, fils de Yuuto Allan Takahashi se promène sans sa nounou bleue ? »

~ Question idiote, réponse idiote ? Décidément, l'originalité n'était pas son fort. Mais la question devait pourtant être légitime. Le Leader Bleu fronça les sourcils, mécontent. "Nounou Bleue" ? L'homme semblait très au courant de la petite particularité de Azusa, tout de bleu vêtu. Ce n'était donc pas une impression du petit blond ; l'agent le collait de trop, et tout le monde en ville l'avait remarqué. A croire qu'il s'agissait d'un espion à la solde de son père, chargé de lui rapporter ses moindres faits et gestes, plus que d'un protecteur. De toute façon Ino ne doutait pas que la plupart de ses actions soient rapportées. Le Maire était bien trop méfiant pour faire confiance à qui que ce soit, même à son propre fils. Constat qui n'avait rien de très réjouissant pour ce dernier. ~

« J'ai accordé une heure de pause à ma nounoue. Elle est sans doute en train de prendre un café avec la tienne ? Ou bien s'agit-il plutôt d'une tutrice pour déficient mental ? »

~ Pas très raisonnable. Mais le point était sensible, et Ino refusait de baisser la tête sous prétexte qu'il était blessé. Jamais il ne ramperait devant qui que ce soit. De toute façon, la vie dans cette ville était un combat continuel. S'il ne pouvait tenir tête au premier merdeux venu, comment pourrait-il s'en tirer face à Ran Yashin ? Hors de question pour lui se s'écraser si vulgairement. Il garderait la tête haute, et resterait fidèle à lui-même. En outre, il ne pardonnait pas à l'homme d'avoir si soudainement envahi son espace vital. Il avait eu peur sur l'instant, et en voudrait à la terre entière pendant des semaines, pour cela. ~

~ Le jeune garçon se força à respirer calmement, et posa l'arrière de sa tête sur le dossier du banc. Il n'était pas digne pour autant de s'énerver. Aucun doute que le malappris assis près de lui fut en train de prendre son pied à lui faire péter les plombs. Encore un qui n'avait rien de mieux à faire pour combler son vide existentiel, que de sortir provoquer des inconnus, sans doute ? ~

« Je ne suis pas venu dans ce petit coin perdu pour me crêper avec le premier idiot venu. Si tu cherches la bagarre, il doit y avoir un ou deux soldats en train de faire semblant de patrouiller un peu plus loin. Se faire tabasser les incitera peut-être à reprendre le boulot plus sérieusement, qui sait ? »

~ L'homme avait toutefois éveillé sa curiosité. Sa méfiance naturelle l'avait poussé à traiter dès le départ l'étranger en ennemi potentiel, et plus le temps passait, plus il commençait à penser qu'il avait eu raison. Ce n'était pas un Akabatsu, mais pas un allié pour autant. Bien trop provocateur, bien trop... prédateur ? Etait-ce vraiment le mot qui convenait ? Oui... Plus il l'observait du coin de l'oeil, plus Ino avait l'image d'un vieux loup prêt à fondre sur sa proie pour la broyer entre ses crocs puissants. Morgan Klaus était dangereux. Même en pleine possession de ses moyens, le chef de la Faction Bleue savait qu'il n'aurait pratiquement aucune chance de le battre. Alors blessé... Mais justement, pour le coup, il n'avait rien à perdre après tout, non ? Hormis sa dignité. Et pour cela, il refusait tout bonnement de se soumettre comme un gentil petit chien. Il avait sa fierté après tout, et ne baisserait pas la tête sous prétexte qu'un vieil ours mal léché sortait de sa tanière. Un ours qui avait le pouvoir dérangeant de le mettre mal à l'aise, qui plus est. Voilà qui n'était pas pour plaire à la petite tête de mule aux cheveux blonds. ~

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 03/08/2009, 16:09    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

" Comme quoi, même les détraqués dans ton genre peuvent trouver une utilité de nos jours. Où va donc la société..."

Morgan, étonnamment, ne releva pas l'insulte et se contenta de fixer le ciel d'un air absent. Un bras étendu sur la longueur du dossier, il laissa sa nuque choir de le vide. Ses deux iris claires disparurent à leur tour derrière ses paupières bordées de cils noirs. La phrase du garçon lui revint en tête et il se mit à rire. Bizarrement il s'y était attendu à celle là, le mouflet manquait de sévèrement de répartie. Tant pis pour lui, il n'allait pas lui apprendre, ce n'était pas dans son genre. Lui même se targuait d'avoir un humour vaseux et le jeune Ino ne devait pas avoir bénéficié de cours sur le sujet lors de sa formation. Dommage car Allan, contrairement à sa charmante tête blonde, en tenait une sacrée couche. Remarque vu tout ce qu'il dissimulait à son fils ce n'était pas étonnant. Un léger sourire arqua ses lèvres à cette pensée. Il faudrait qu'il prenne rendez-vous un de ces quatre avec lui, juste pour apprendre à mieux se connaître et grogner de mécontentement face au manque certain d'ambiance à Sasuitachi. A quand les adversaires à la hauteur ? Même Hazuki semblait s'être volatilisé. Enfin ce n'était que vaines pensées. Il ne mettrait pas un pied là-bas pour tout l'or du monde. Le loup ne se laisserait jamais apprivoiser. Une surtout par une main de fer gantée de blanc.

" J'ai accordé une heure de pause à ma nounoue. Elle est sans doute en train de prendre un café avec la tienne ? Ou bien s'agit-il plutôt d'une tutrice pour déficient mental ? "

Un soupir.

Morgan se pencha vers l'avant et amena une de ses jambes tout contre lui, reposant son visage sur la pointe de l'os. Un sourire étrange vint fendre ses lèvres. Le petit ne savait pas à quel point il s'était mit dans la merde. Même si aujourd'hui il se sentait d'humeur joviale, il ne serait pas prêt à rire bien longtemps encore. Oh bien sûr il n'avait pas l'intention de l'achever ici, ce n'était même pas du tout au programme. Cependant cette petite joute verbale n'avait été qu'un amuse bouche dont le goût était soudainement devenu fade. Le vieux loup gratta une nouvelle fois la peinture du banc d'un air distrait. Il écoutait silencieux la rumeur du vent, puis la rumeur de la ville. Sasuitachi était étrangement calme depuis quelques temps, comme si elle retenait son souffle d'un l'attente d'un pénible moment. Morgan releva le nez. Peut-être attendait-elle sa mort prochaine ? Il songea avec amusement que sa disparition n'aurait pas déplu aux deux factions. Il n'y en aurait qu'un pour le regretter et il n'était pas assez là pour s'en inquiéter. Ran Yashin était ce petit louveteau pour lequel il vivait encore. L'adulte nourrissait une sympathie profonde pour son cadet. Il s'était même improvisé soutient moral à l'hôpital et cette fonction ne lui avait pas déplu. Pour une fois qu'on ne le jetait pas.

Le brun fixa lascivement le jeune Ino. Ah oui ! La tutrice.


" Peut-être. Je n'ai pas toujours un oeil sur elle. " Dit-il sur un ton qui trahissait l'amusement.

Si il avait dû relever toutes les piques qui lui avaient été lancées, Sasuitachi serait depuis longtemps une ville morte. Heureusement pour Ino, Morgan n'accordait que peu d'importance à ce genre de réflexion peu subtiles. Quoique lui n'y était pas allé de main morte non plus avec le môme. Ses iris claires glissèrent sur le vêtement du blondinet, à l'endroit approximatif où devait se situer la blessure. Après tout, si Ino était là ce n'était pas pour subir les insultes d'un ours mal léché. D'ailleurs la phrase qui suivit lui confirma sa soudaine idée. Il s'était peut-être montré un peu dur avec lui, mais on ne se refaisait pas. L'adulte n'avait jamais été particulièrement doué pour les relations sociales. C'était même son point faible, cependant il ne faisait pas grand chose pour qu'on l'apprécie davantage. Se regard se perdit au loin. Le vent soulevait parfois sa chevelure sombre. Le calme était retombé, le loup féroce n'affichait plus qu'une totale neutralité, comme si une tout autre personne avait prit le contrôle. Plus pondérée.


" Je constate que toi aussi tu n'as pas beaucoup d'estime pour ta faction."Lâcha t-il sereinement alors qu'il venait de jeter un pavé dans la mare.

Cette phrase ne laissait planer aucun doute sur son appartenance politique, mais il ne semblait pas s'en préoccuper plus que ça. De toute façon Ino était trop faible pour tenter quoique ce soit et les bleus qui vadrouillaient étaient trop loin pour qu'on puisse leur demander de rappliquer. Morgan n'avait rien craindre d'une personne qui ne pouvait même pas se lever en cas de danger sous peine de se retrouver avec les tripes à l'air. Son visage prit une expression morose. Il fixa le gamin se disant que la solitude n'était pas l'apanage de la jeunesse. C'était con, mais, l'adulte considérait qu'un enfant de son âge n'aurait pas du se retrouver embarqué dans cette guerre sanglante. Mais plus ils étaient jeunes, plus il était facile de leur bourrer le crâne avec toutes ces conneries. Sans doute que Ino n'aurait pas été comme ça si il avait grandi dans un temps désormais révolu. Ce temps où lui avait vécu. Ca ne le rajeunissait pas bien évidemment, mais il n'y avait que des bons souvenirs avec Sakki. Du moins jusqu'à ce que Sôjiro entre dans sa vie. Pour la première fois depuis des années il songeait à ce père qui l'avait rejeté. Peut-être était-il mort ? Sans doute depuis le temps, il n'avait jamais été fait d'une constitution très robuste.

Tout ça était si loin.

Morgan se reposa contre le dossier du banc et ferma les yeux. Le calme était revenu entre les deux individus, et le loup ne semblait plus aussi belliqueux, bien qu'il conservât cette aura dangereuse. L'adulte entendait tout contre son oreille la douce mélodie d'une ancienne boîte à musique. Un parfum ambré et suave. Katô. Depuis quand n'avait-il pas sentit si fortement sa présence autour de lui ? Trop longtemps. Ce souvenir ne lui revenait que lorsqu'il était triste, lorsqu'il errait à travers Sasuitachi, lorsqu'il abandonnait l'idée de tout effacer pour ne plus jamais s'en souvenir. Le loup devint plus morose encore, mais son visage demeura froid et impassible. Finalement il se pencha et fixa le sol.


" Qu'est ce que tu vas faire lorsque cette guerre sera finie ? Tu comptes reprendre une vie normale et mourir d'un ennui profond en attendant le prochain conflit ? Remarque je ne serai pas là pour voir ça. "

Morgan tendit au gamin un sourire amusé. Pour une fois il ne se moquait pas de lui, il essayait juste d'élever le débat à un autre niveau. Et puis c'était l'occasion ou jamais de constater ce que la charmante tête blonde avait dans le crâne. Autre que l'idée d'exterminer la faction rouge. Il songea à sa dernière phrase. Il ne serait plus là lorsque le conflit s'achèverait. La mort le prendrait inexorablement. Le brun ne se faisait plus tout jeune et ses ennuis de santé risquaient de l'empêcher de faire quoique ce soit dans les années à venir. L'adulte profitait sans doute de ses derniers moments de paix avant de reprendre le cour du fleuve qu'était le torrent de sa vie. Une question néanmoins le titillait. Une question que Ino trouverait sans doute banale mais qui pour le vieux loup avait une certaine importance. Il laissa planer le silence un moment avant de se décider à ouvrir la bouche, conscient que le mouflet ne voudrait certainement plus l'écouter.

" Tu me trouve répugnant n'est-ce pas ? Je comprends. Mais j'aurais voulu savoir une chose, ces convictions auxquelles tu t'accroches si férocement, ce sont les tiennes ? ou celles qu'on à bien voulu t'enseigner ? "

L'adolescent n'était que le produit du milieu dans lequel il avait vécu. Apprenez lui à aimer l'autre sexe et ça lui semblera normal, ou au contraire abreuvez le de haine et il deviendra un loup assoiffé de sang. Ce système était vicieux, et ouvrir les yeux relevait de l'exploit lorsqu'on avait pas la conscience nécessaire. Cette pensée le ramena inexorablement vers son passé, vers cette chambre d'hôpital dont finalement il n'aurait jamais souhaité s'éveiller. Du coin de l'oeil il observa l'attitude d'Ino. Le garçon n'était sans doute pas si mauvais, mais il était d'une profonde ignorance. C'était peut-être ce qui agaçait Morgan. Il espérait au moins que le chien se retiendrait de mordre, car lui n'aurait aucune pitié pour finir le travail que Ran avait commencé.
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 04/08/2009, 15:52    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ L'individu aurait-il saisi le message ? Encore tendu après cet échange, Ino le surveillait du coin de l'oeil. Il n'avait vraiment pas envie de se disputer avec ce personnage pour le moment, et espérait bien que son impolitesse et son agressivité décourageraient Morgan d'ouvrir à nouveau la bouche. Peine perdue visiblement, puisque celui-ci ne semblait pas prêt de conserver le silence plus de deux minutes. ~

« Je constate que toi aussi tu n'as pas beaucoup d'estime pour ta faction. »

~ Les yeux grandis de stupeur, Ino pu sentir tous les muscles de son corps se crisper lorsqu'il compris le sens évident de cette phrase. Contrairement à ce qu'il avait pu en déduire, l'homme était un Akabatsu. Une fois mais pas deux ? Il s'était encore fait avoir. Jamais deux sans trois ? Le petit Leader Bleu serra les dents en se promettant une vigilance encore plus sévère. On ne l'y reprendrait plus à se montrer si naïf avec des étrangers, pas question. Le prochain inconnu qui s'approchait de lui risquait fort de se heurter à un mur encore plus infranchissable qu'auparavant. Enfin... Pas si infranchissable que cela, apparemment. Le jeune leader ne pouvait qu'en conclure que sa naïveté était bien plus grande qu'il ne le pensait.
~

~ La situation était d'autant plus frustrante que l'un comme l'autre savaient le petit blond dans l'incapacité d'agir. Ce n'était pas pour rien que l'autre en avait profité pour annoncer la couleur ; il se savait hors d'atteinte, et tenait probablement à le faire savoir pour mieux narguer son adversaire. Les yeux plein de rage, le Leader Aobatsu tourna la tête vers lui pour le dévisager, Autant graver ces traits dans sa mémoire, car il se doutait bien que la prochaine rencontre serait plus musclée, Si l'individu ne semblait pas motivé pour s'en prendre à lui dans l'immédiat, ils n'en étaient pas moins des ennemis. Que l'homme osa le comparer à lui hérissait d'ailleurs le cheveu blond du jeune garçon. ~

« J'ai plus de respect pour ma faction que pour les chiens galeux qui forment la tienne. Vous êtes pires que des lépreux... »


~ Cette première question, soudaine, le pris de court. Ce qu'il comptait faire après ? Il n'avait jamais souhaité y réfléchir. Méfiant et inquiet de savoir l'une de ces méprisables créatures aussi près de lui, il le jaugea du regard, se demandant visiblement s'il s'agissait d'une question piège, Mais puisque de toute façon il ne pouvait décoller de son banc, et que hurler à l'aide n'était pas dans sa nature... ~

« Je ne sais pas ce que je ferai. Est-ce que seulement cette guerre prend fin un jour ? Tant qu'il y aura des fouteurs de merde pour jouer les provocateurs, Sasuitachi restera ce qu'elle est. Et si, d'une façon ou d'une autre, je devrais voir la fin de ce conflit... J'imagine que je reprendrais des études pour apprendre à faire autre chose de ma vie. Enfin, si tant est que je survis. »

~ Il ne se faisait guère d'illusion à ce sujet. Il savait qu'il avait de grandes chances de mourir dans cette ville, tué soit par un ennemi, soit par l'un de ses propres alliés. Même si jusque-là, il avait eu une chance des plus étonnantes... Rien que la veille, Ran Yashin aurait très facilement put le tuer, ou du moins l'estropier pour le mettre hors d'état de nuire. Cela ajouté au manque d'agressivité de son interlocuteur... Il y avait quand même des choses bizarres. Mais il ne devait pas tomber dans l'excès inverse, et devenir paranoïaque. ~

« Tu me trouve répugnant n'est-ce pas ? Je comprends. Mais j'aurais voulu savoir une chose, ces convictions auxquelles tu t'accroches si férocement, ce sont les tiennes ? ou celles qu'on à bien voulu t'enseigner ? »


~ Si le jeune garçon avait déjà sorti les crocs au début de cette phrase, prêt à réagir au quart de tour et à approuver férocement, la question finale le tint silencieux. Quelle question... La réponse était pourtant évidente, après tout. Mais Ino ne répondit pas tout de suite. Ce Morgan Klaus avait le chic pour poser des questions stupides, stupides et dérangeantes. Nerveux, il voulut par reflexe appuyer le talon de sa chaussure sur le siège du banc, mais une vive douleur lui rappela qu'il ne pourrait lever sa jambe de cette manière avant un petit moment. Grognon, il reposa le pied à terre, serrant finalement le bois sous ses fesses de ses mains pour se calmer. Ce qui était le plus dérangeant, c'était peut-être l'absence de réponse évidente, finalement. Où était la frontière entre l'éducation et les convictions, après tout ? Il se révolta intérieurement contre ce débat qui risquait de le perturber. Il croyait en ce qu'il faisait, le reste comptait peu, Qu'importe d'où lui venaient ces idées, s'il les partageait ? ~

« Le fait que l'on m'ait éduqué dans ce sens ne signifie pas que je ne crois pas à cette cause que je défends, Ces convictions m'ont été enseignées, et elles sont miennes. »

~ Il avait répondu de sa voix la plus assurée. Seul un léger froncement de sourcil trahissait son doute, cette question qu'il refusait de se poser plus longuement. Pourquoi la lui avoir posé, par ailleurs ? Était-ce réellement si important de savoir comment lui étaient venus ces idéaux ? N'était-ce pas, de toute manière, le fondement même de l'éducation et de la civilisation ? Enseigner à ses enfants ce qui était juste, ce qui était bon ? Ceux qui s'écartaient du droit chemin n'étaient que des hérétiques, des ennemis de la nature, du bon sens et de la race humaine. Ceux qui s'étaient écartés du droit chemin étaient ceux qui peuplaient les égouts. ~

~ Oh, il n'en était pas moins sûr de ses convictions. Il s'y accrocherait, et n'en démordrait pas. Lui vivait à la surface, il était quelqu'un de normal. L'homosexualité était une tare qu'il fallait corriger ou combattre. Mais la question de Morgan restait en arrière plan, faisant travailler son cerveau à toute allure. Une question qui pouvait s'étendre à plusieurs choses, après tout. A la politique, à la vie privée...
~

« Je te retourne la question, Akabatsu. Pourquoi es-tu comme "ça" ? La normalité t'ennuie ? »


~ Voilà une question à laquelle il voulait une réponse, en tout cas. Pourquoi choisissait-il de vivre cette vie d'exclu, de banni, de rébus ? Tout cela pour le plaisir de défier l'autorité et les bonnes moeurs, tout cela pour le plaisir unique de choquer et de provoquer ! Il fallait tout de même un bon fond de masochisme. Toute cette guerre ne découlait après tout que de l'envie égoïste de ces barges de se singulariser de la population. Comme s'ils n'étaient pas assez bien pour faire comme tout le monde... ~

~ Fermement campé sur sa position, Ino regardait droit devant lui, refusant d'accorder un regard de plus à cet homme sale et répugnant, comme il l'avait lui même dit auparavant. Oui, l'homosexualité était répugnante. Ces hommes et ces femmes qui n'avaient rien de mieux à faire que de copuler entre eux comme des animaux, sans aucun respect pour les lois fondamentales de la nature. Ce n'était qu'une perversion abominable, qu'il fallait à tout prix corriger. Mais comme tout comportement déviant, elle devait avoir son explication, et Ino désirait la connaître, même s'il refusait de l'avouer.
~

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 05/08/2009, 00:40    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

Un faible sourire vint fendre les lèvres de l'adulte. Il n'avait rien à perdre en se révélant. Quand bien même il mourrait aujourd'hui personne ne s'en soucierait. Son sang se répandrait sur le bitume, teintant d'écarlate la terre qui l'avait vu naître. Peut-être serait-il même heureux, heureux de rejoindre enfin Kâto dans un monde où le corps n'existait pas, où les croyances et les idéaux n'avaient pas d'importance. Ironiquement il s'imaginait déjà glisser vers ce lieu dont on ne revenait pas. Les cris de victoire des Aobatsu ayant enfin terrassés le vieux loup se répercutèrent infiniment contre les parois de son crâne. " Une brebis galeuse de moins. " Murmura t-il pour lui-même avec une certaine amertume. Il savait parfaitement comment la majorité de la population le percevait. Une abomination, mais il ne niait pas, il en était vraiment une, et bien plus que ce que Ino semblait croire. Morgan ne pouvait plus défaire ce qui avait été fait. Ce corps lui appartenait, Sakki était morte il y a des années. Elle ne reviendrait pas, elle ne reviendrait plus.
La jeune fille douce et tranquille d'autrefois avait été engloutie par les atrocités que ce monde de retenu engendrait. Même si elle l'avait voulu elle n'aurait eu aucune chance de se défendre contre Sôjiro. Acculée comme un rat elle n'avait eu d'autre de choix que de se soumettre et d'accepter cette souillure qui lui avait fait choisir ce tragique destin. Pourtant elle aurait pu vivre avec, mais le prix à payer aurait été trop élevé. Quitte à être malheureux autant que ce ne soit pas dans ce corps là.

" J'ai plus de respect pour ma faction que pour les chiens galeux qui forment la tienne. Vous êtes pires que des lépreux..."

Cette réflexion arracha un rire franc au brun. Il est vrai que leur domaine n'était pas ce qu'il y avait de plus propre mais ils s'en contentaient faute de pouvoir faire autrement. Ce n'était pas parce qu'il était Akabatsu qu'il leur donnait forcément raison. Morgan avait toujours été indépendant de leur petite joute avec les Aobatsu. Bien sûr il donnait un coup de main lorsque le besoin s'en faisait vraiment sentir, mais ses relations avec la faction se limitaient à tout ce qu'il y avait de plus formel. Pas un mot plus haut que l'autre, juste des silences appuyés et de l'argent passé de main à la main. Sa position était davantage celle du mercenaire que du vaillant petit soldat aux ordres de Ran. Il s'imaginait avec amusement tendre la main vers un Aobatsu qui s'enfuirait dans la seconde de peur d'être contaminé. Cette idée proche de la vérité quoique grotesque le fit rire à nouveau. On ne l'avait encore jamais traité de lépreux. Ce môme avait de la suite dans les idées malgré tout, même si ce n'était pas pour servir le bon sens.

" J'imagine que je reprendrais des études pour apprendre à faire autre chose de ma vie. "

L'adulte eu un rire amer. Il fixa longuement le gamin, une lueur infiniment dangereuse brillant dans ses prunelles claires.


" Autre chose que d'exterminer des rats ? Tu as du sang sur les mains quoique tu en dise, quoique tu en penses. Au delà de tes convictions et des leurs, ces gens restaient des êtres humains, avec leurs espérances et leurs rêves. Je sais pertinemment que tu prétendras le contraire, que tu te battras contre cette idée pour l'instant farfelue, parce que tu es trop jeune ; mais nulle ne peut tuer autant sans un jour ne pas en ressentir un manque, la mort laisse une trace indélébile, et une odeur particulière. Tu crois que tu reprendras une vie normale ? Moi j'en doute. "

Morgan renchérit ses propos par un sourire désabusé. Il savait de quoi il parlait. La mort et cette odeur à la fois nauséabonde et enivrante. Ôter la vie procurait un plaisir certain, mais elle rendait fou tous ceux qui en abusait, comme eux, comme Ran, comme lui. Elle modifiait la personnalité jusqu'à créer un manque, jusqu'à ce que le besoin se fasse si oppressant qu'on ne pouvait qu'y céder. Ce besoin flétrissait l'âme et on ne devenait plus qu'une bête assoiffée de sang. L'adulte était devenu ainsi, il ne prétendait pas le contraire. Cette drogue était la pire qui soit, et aucun retour n'était possible sur ce chemin tortueux. Ces âmes qu'il avait occis avaient toutes sans exception une vie au delà de cette guerre. Des pensées, peut-être une famille. Et ce puits sans fond lui donnait presque la nausée. On ne pouvait éliminer un humain comme on tuait une bête. Trop de choses entraient en compte, et le mieux était de ne pas y penser sur le moment. Mais un jour où l'autre on était irrémédiablement rattrapé par ça. A moins d'être un véritable animal sauvage, chose que Ino ne lui semblait pas être.

" Le meilleur exemple que je puisse te donner c'est Hazuki et Souseiji tes deux subordonnés. Tu t'apercevras à leur contact que visages dévots et pieuses actions ne servent qu'à enrober de sucre le diable. Deux diables enchaînés au sang, à la haine et à la destruction. Deux aberrations qui se servent de ces convictions et de cette guerre pour assouvir leurs besoins animaux. "

Le brun ne donnait pas de conseil à Ino et ne lui faisait pas plus la morale, de toute manière il était trop aveuglé par la haine pour l'écouter. Ca l'agaçait. Les hommes ne savaient plus écouter, pas même leurs amis, et ce mouflet était une tête de mule de plus. Remarque c'était son droit. Le vieux loup lui parlait mais il n'était pas obligé de l'écouter. Grand bien lui fasse d'ailleurs. Qu'il vive dans sa petite et confortable ignorance pendant encore quelques années. Un jour il retomberait de son idylle et seulement à ce moment là il comprendrait ce qu'il n'allait pas tarder à lui servir. Car Morgan n'avait pas l'intention de lâcher le morceau comme ça et de repartir la "queue" entre les jambes. Il avait sa fierté même si les insultes ne le touchaient pas. Tout ce qu'il voulait c'était distiller la vérité dans le cerveau étroit du blondinet. Peu importait qu'il ne voulait rien entendre, il le forcerait à ouvrir les yeux. Bien sûr il n'avait pas l'intention de le changer, juste de le faire grandir.

" Le fait que l'on m'ait éduqué dans ce sens ne signifie pas que je ne crois pas à cette cause que je défends, Ces convictions m'ont été enseignées, et elles sont miennes."

L'adulte se mit à rire amèrement, puis fixa l'horizon. Après quelques secondes de réflexion il lança :


"Et qu'est ce qui te permets d'affirmer avec certitude que ces convictions sont justes comme tu te targues de le dire ? Parce qu'elles sont partagées par le plus grand nombre ? Parce qu'un con un jour à dit que c'était mal d'agir ainsi ? Et avant ? Qu'est ce que les hommes étaient foutus de penser avant ces règles ? Où est la liberté dans ce sac de vipères dévotes ?"

L'adulte marqua une pause avant de reprendre.

" La liberté elle à prit des vacances depuis bien longtemps. Tu appelles ça de l'éducation ? Moi j'appelle ça du conditionnement. Point barre ! Eduquer c'est avoir le choix de penser autrement, d'accepter ce qui n'est pas soit, or je vois que ça n'a pas été ton cas. Il ne reste plus que des vestiges de cette vox populi vacante et évanouit. Les hommes ne voient que leurs nombrils que leurs idées étriquées et sans saveurs. Mais ne crois pas que je défends les Akabatsu, eux aussi sont comme ça. Un individualisme de masse qui nous éloigne de l'ignoble vérité ..."

Morgan se tut laissant sa phrase en suspend. Il n'allait pas révéler à Ino ce qu'il savait, ce pour quoi cette guerre stupide avait été lancée. Akabatsu et Aobatsu n'était qu'un prétexte, et peu le savait. Il fallait juste un minimum d'intelligence pour s'apercevoir que cet écran de mensonge édifié par Yuuto Allan Takahashi lui-même, était comme la grotte de Platon, destinée à nous éloigner du vrai monde. De la vérité qui aujourd'hui se noyait dans un océans de conneries. Si le maire n'avait pas désigné les homosexuel comme cible, il aurait trouvé autre chose à faire haïr au plus grand nombre. Et il se serait retrouvé là aujourd'hui à tenir le même discours à Ino Takahashi. Car l'argument principal ne tenait pas, cette conviction, ce dégoût du différent n'était qu'une pierre de plus apporté à l'édifice de cette ville, à sa prospérité. En conclusion de son monologue il lança.


" Ton verbiage en devient presque verbeux. Ne joues pas à ce jeu dangereux avec moi Ino, je sais bien des choses que tu ignoreras toujours sur cette ville. Alors ne te crois pas plus proche de la vérité parce que tu occupes la place de leader Aobatsu. Je ne te suis pas inférieur pas plus que tu ne l'es pour moi. Mais de toute façon ça ne sert à rien puisque je ne suis qu'un rat qui couine à ton oreille. Cependant tu demeures plus à plaindre qu'à blâmer. Tu n'es pas un responsable, juste un pion sur l'échiquier. "

L'adulte lui tendit un sourire carnassier, son ton était imprégné d'une ironie certaine. Cette discussion rallumait une flamme qu'il croyait depuis longtemps éteinte. Une haine infiniment grande brûlait dans sa poitrine blanche. Une haine contre cette politique de non sens, et les aberrations qu'elle avait engendré. Des horreurs comme fut Sôjiro. Ce monde qui l'avait condamné à devenir un rebut. Son poing se serra alors qu'il contenait cette rage féroce. Il détestait cette ville, pire il la haïssait. Il haïssait ce qu'elle avait fait de lui, de son corps, de sa vie. Il était condamné à la solitude, condamné à errer dans ces rues sans âmes, jusqu'à ce que la mort répande son sang en une dernière offrande.

" Je te retourne la question, Akabatsu. Pourquoi es-tu comme "ça" ? La normalité t'ennuie ? "


La normalité ? Il rit. Qu'elle ironie pour ce qu'il fut autrefois.
Morgan glissa une main étrangement pale dans ses cheveux sombres. Il était las de toujours devoir s'expliquer, mais il ne pourrait justifier et légitimiser cette question que si il disait la vérité. A présent qu'elle avait été dite une fois, elle serait moins dur à sortir. Et puis lorsqu'il reverrait Ino se serait sur un champ de bataille et pas sur un banc à la faveur du vent.


" Si tu veux tout savoir j'ai été normal autrefois ... mais Morgan n'existait pas encore en ce temps là."

Une rage soudaine lui souffla ses arguments, le coupant dans son explication. Un feu étrange ravivait cette haine envers celui qui lui avait tout prit. Ce monstre de barbarie que fut Sôjiro. A cause de lui son père l'avait renié, à cause de lui Sakki avait changé au point de devenir Morgan, à cause de lui il avait enduré des souffrances que nul être humain ne pouvait imaginer. Cette politique sans réel fond avait propulsé une jeune fille douce et agréable dans les abysses d'une vie sans visage. Il en voulait à ce monde, à cette ville. A présent il était seul, seul contre tous, à rejeter plus qu'à accepter les hommes dans sa vie. Ran était le seul. La colère le submergea bientôt. L'adulte fixa cet horripilant gamin fixer sciemment l'horizon pour ne pas avoir à poser les yeux sur lui. Morgan ne pu contenir cette rage plus longtemps. Il allait détruire une bonne fois pour toute ce masque d'arrogance. Alors sans prévenir il se saisit du visage du mouflet et le tourna vers lui pour le forcer à le regarder. Son expression était froide, mais plus aucune lueur d'amusement ne perçait dans ses prunelles claires lui conférant un aspect plus sauvage et effrayant.

" Je n'ai jamais demandé à devenir ce que je suis. C'est la vie qui m'y a forcé, ou pour être plus clair c'est Aobatsu qui m'y a forcé au nom d'un certain Sôjiro. Sais-tu au moins ce que ça fait d'être violé ? Non. Bien sûr que non. J'avais presque ton âge quand c'est arrivé. Et je vais te dire, la mort elle même serait un châtiment infiniment plus doux. Cette souillure tu ne l'efface pas. Tu la garde marquée au fer rouge sur ton corps jusqu'à ce qu'elle te ronge les os. Tu ne peux pas y échapper tellement la douleur est grande et il ne reste pas beaucoup d'options pour s'y dérober. Moi j'ai choisi de changer de corps. Et Sakki est morte le jour où j'ai pris cette décision. Je voulais vivre peu importait le prix, même si pour ça je devais plonger en enfer. "

Morgan marqua un temps, laissant à l'adolescent le temps de digérer ce qu'il venait de lui avouer avec une incroyable froideur.

" Le loup revêt le masque de l'agneau pour mieux l'approcher et le dévorer. Alors ne viens pas m'accuser avec tes petits principes et tes airs de sainte ni touche, Aobatsu ou Akabatsu c'est pareil, vous n'avez pas plus de jugeote les uns que les autres. Si vous n'étiez pas tous aussi frustrés ça ne serait jamais arrivé ! " Siffla t-il amèrement.

Morgan lâcha finalement Ino, fixant les empreintes rouges laissées par ses doigts. Il était en colère comme rarement il le fut depuis des années. S'écartant légèrement sur le banc, il ramena une jambe contre son torse et vint y reposer son visage. Il était crispé, terrassé par ce souvenir qui jamais ne disparaîtrait. Il avait beau avoir changé de corps, la souillure était toujours là, et à moins de s'arracher le cerveau il ne pourrait rien y changer. Il songea avec ironie que son beau discours ne changerait rien à la vision du môme. De toute manière il était trop buté pour l'écouter. Et sans doute que l'homme artificiel qu'il était lui inspirerait davantage de dégoût.

Ce n'était guère une journée comme il les appréciait ...
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 12/08/2009, 14:53    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ Ino tourna un regard en coin à l'individu. Celui-ci devait sans doute avoir l'impression d'en savoir énormément sur lui. Mais que pourrait-il bien connaître du Leader Bleu, hormis les racontars habituels ? Mais tant mieux si tout le monde s'imaginait qu'il tuait des Akabatsu à tour de bras. De toute façon, c'était lui qui dirigeait les troupes. Il n'avait peut-être jamais tué directement, ce qu'il n'aurait avoué pour rien au monde, mais il aurait tout aussi bien pu appuyer lui-même sur la gâchette ; ces hommes et ces femmes mouraient par sa faute, en fin de compte. Qu'il tentât de minimiser les pertes au maximum n'y changeaient rien. D'autant qu'il ne parvenait pas à maîtriser les instincts meurtriers de certains de ses hommes. Car tous ne tuaient pas dans l'unique but de se défendre, et Ino en était atrocement conscient. Ce n'était pas pour rien qu'il avait toujours désapprouvé la place qu'occupait ce malade de Hazuki dans la Faction Bleue. Il était un dégénéré fourbe et sournois, qui n'avait d'humain que l'apparence. Il agissait plus comme une bête sans conscience que comme un être humain. Un pur psychopathe, dans tous les sens du terme. ~

« Si ça peut te rassurer, je n'ai jamais compris non plus comment Hazuki a pu obtenir ce poste. Il n'était même pas sous mes ordres. »

~ Ce n'était pas faute d'avoir protesté dans le bureau du Maire, pourtant... Hazuki était fou, incontrôlable. Quant à Souseiji... Pour le peu qu'il en savait, Ino se le définissait comme le dévoué serviteur de son général fou à lier. Sans doute que les deux zigotos étaient sortis du même moule. Mais Kyouaku restait plus "normal" malgré tout, moins inhumain. Imprévisible et sauvage, mais il lui restait un minimum d'humanité. Si l'on savait creuser, et qu'on avait beaucoup de temps pour cela. Deux talents que Ino ne possédait pas, mais il n'était pas difficile, même pour lui, d'imaginer que Souseiji ne pouvait pas être aussi dégénéré que Hazuki Kageki. Même si lui-même en tenait une sacrée couche. ~

~ Il laissa l'Akabatsu déblatérer son monologue sans l'interrompre. Il y avait de la justesse dans ses propos, si l'on extrapolait un peu. Mais ceux-ci ne s'appliquaient définitivement pas à Ino. Quelle que soit la façon dont il avait été éduqué, quelle que soit la façon dont ces principes étaient devenus les siens, il y adhérait. Et la croyance générale n'y changeait rien.
~

« Et qu'est-ce que je devrais faire, selon toi ? Rejeter mes idéaux parce qu'un dissident me dit de le faire ? La situation serait donc la même, si on t'écoute ; j'appliquerai ce qu'un autre prône, sans suivre ma volonté propre. »

~ Un tel débat serait sans fin. A trop réfléchir, il en avait presque perdu son agressivité première. Mais il était loin d'oublier que l'homme près de lui était un ennemi, qui tentait de l'embrouiller. Mais cette discussion amenait tout de même une question essentielle, qui un jour appellerait sans doute une réponse ; où était la frontière entre l'inné et l'acquis ? Entre l'enseignement et la croyance personnelle ? A quel moment de sa vie l'être humain sait-il enfin faire la différence, à quel moment peut-il enfin dire "non, je rejette cet enseignement, car cela va à l'encontre de mes propres principes" ? Ino avait beau jouer l'indifférent, il n'en réfléchissait pas moins à ce Morgan lui racontait. ~

~ Il y avait au moins un fait sur lequel Ino n'était pas loin de lui donner raison ; était-il juste que le plus grand nombre imposât une ligne de conduite à la minorité ? Non, certainement pas. Mais une fois encore, ce n'était pas une réflexion applicable à leur situation ; l'homosexualité était anormale, tout bonnement parce qu'elle amènerait l'extinction des espèces si tout le monde commençait à préférer un sexe identique au sien. La nature exigeait l'hétérosexualité. Aller à l'encontre de sa nature était une aberration. ~

~ Il ferma les yeux. Il n'avait vraiment pas envie d'avoir ce genre de conversation avec l'ennemi. Non seulement cela allait à l'encontre de ce en croit il croyait, mais il refusait, de plus, à montrer une quelconque faiblesse devant l'Akabatsu. Tant mieux après tout, s'il passait pour un monstre impitoyable. Personne n'avait besoin de savoir qu'il lui arrivait d'essayer de comprendre le pourquoi des choses. Ce qui pouvait amener les Hommes à faire parfois ces choix surprenant. Peut-être en parlerait-il un jour à Azusa... Finalement, c'était bien le seul en qui Ino commençait à avoir suffisamment confiance pour discuter. Lui n'interpréterait rien de travers, au moins. ~

~ Mais la soudaine agitation de Morgan le tira brutalement de ses pensées. Il maudit ces brefs instants d'inattention, et grinça des dents lorsqu'un mauvais réflexe lui fit esquisser le geste de se lever. Les doigts froids de l'Akabatsu se refermaient déjà sur le menton du Leader Bleu, qui posa en retour une main menaçante sur le poignet de l'agresseur. Seule la folie qu'il lut un bref instant dans les prunelles de Morgan l'empêchèrent de débiter un flot d'insultes à l'intention de l'homme. Les paroles que celui-ci prononça alors firent ouvrir de grands yeux hébétés au jeune garçon, effrayé malgré tout son entrainement de cette situation incongrue. ~

~ Ce n'était pas tant le manège de son ennemi qui lui provoquait des frissons. Mais il détestait se savoir quasiment sans défense face à lui. La main libre du petit blond se glissa derrière ses fesses pour prendre appui sur le siège. La situation devenait dangereuse, et il lui fallait se tenir prêt malgré sa blessure. Tant pis s'il rouvrait la plaie, ce n'était pas quelques gouttes de sang qui le dérangerait après tout. Les doigts sur sa peau commençaient à sérieusement éprouver ses nerfs. Lui qui supportait déjà si peu qu'on le touche, alors qu'un pédé puisse se permettre de le faire... Mais les paroles étranges de Morgan l'empêchaient pourtant de l'envoyer promener tout de suite. Il débitait des phrases quasiment dénués de sens, que Ino ne parvenait pas à enregistrer. Les yeux agrandis par la stupeur, il contemplait ce visage blafard qui parlait encore. Quoi, violé ? Sakki ? Mais qui était Sakki ? Sauf erreur, il s'agissait là d'un prénom féminin... Était-il possible que...
~

« Tu es une... fille ? »

~ Il n'en avait pourtant pas l'air ! Mais après tout, certains étaient suffisamment viriles physiquement pour parvenir à se grimer de façon convaincante. Mais Ino était encore trop jeune pour regarder ces dames, et ne prêtait jamais attention à ce genre de détail. Il avait tout de même du mal à croire qu'une demoiselle se cachait sous ce physique décidément bien masculin. Ou alors... Une opération ? ~

~ Le petit blond dégagea son visage et recula autant qu'il le pu. Homme ou femme il n'en savait rien. Ce qu'il savait en revanche, c'était que Morgan était dangereux, et capable de péter les plombs aussi sûrement que n'importe qui. Mais son cerveau tournait à toute allure alors qu'il cherchait du regard la meilleure solution pour échapper à cette situation de plus en plus déplaisante. Morgan avait-il réellement changé de sexe ? Mais alors, qu'était-il en réalité ? Ino pouvait comprendre que l'on ait pas l'envie d'être une femme, mais tout de même. Morgan s'était-il fait opérer pour coucher avec des femmes ? Mais n'était-il pas donc pas hétérosexuel, si son corps était mâle ?
~

« Mais tu es quoi, alors ? »

~ Le plus simple était encore de poser la question. Bien entendu, il ne pouvait absolument pas imaginer ce que l'on pouvait ressentir après un viol. Il n'avait jamais rien connu de tel, pas même volontairement. Mais si une telle chose lui était arrivée, il n'avait aucun mal à imaginer qu'il serait furieux et dégoûté. Mais de là à dire qu'il n'y avait rien de plus douloureux ? C'était tout de même exagérer. Ce n'était qu'un corps, après tout. Et il y avait de nombreuses blessures plus douloureuses que ça. Pour un bref moment au moins, sa curiosité mettait de côté toutes ces interrogations personnelles. Il n'avait jamais rencontré un tel cas de figure, et était, malgré tout bon sens, curieux de savoir de quelle façon l'on pouvait définir et situer un tel individu. Homme, ou femme ? Hétéro, ou homo ? ~

~ Toujours nerveux, Ino surveillait les moindres gestes de Morgan. Il n'avait vraiment pas envie de le sentir le toucher à nouveau. Curieusement, savoir qu'il s'était fait opérer ne le dérangeait pas. Il n'avait que faire de ce genre de détails, seul ce que cela pouvait impliquer l'intéressait. En fait, l'opération inverse aurait été bien plus dégoutante à ses yeux ; il avait bien du mal à imaginer qu'un homme puisse vouloir devenir une femme. Alors qu'une femme souhaitant devenir un homme... C'était limite normal, en fin de compte.
~

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/08/2009, 22:20    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

" Et qu'est-ce que je devrais faire, selon toi ? Rejeter mes idéaux parce qu'un dissident me dit de le faire ? La situation serait donc la même, si on t'écoute ; j'appliquerai ce qu'un autre prône, sans suivre ma volonté propre."

Morgan avait soupiré à ce moment là. Il ne voulait même pas prendre la peine de lui répondre. Le blondinet n'avait rien compris. Rien du tout. Jamais l'adulte n'avait prétendu que ses convictions étaient les bonnes, loin de là. Ce n'était sans doute pas le meilleur chemin à suivre, à moins d'être complètement suicidaire, où d'avoir un insecte au plafond qu'on ne pouvait désespérément pas déloger. Mais jamais, au grand jamais il ne se considérait comme le porte parole d'une vérité absolue. Le brun avait simplement voulu lui donner un exemple, dans le cas précis Aobatsu et Akabatsu. Il lui avait causé de liberté d'esprit, pas d'un affranchissement dogmatique surtout quand il s'agissait d'en embrasser un autre. C'était même parfaitement con comme attitude. Mais soit, il respectait l'avis du môme. Après tout c'était son droit, il ne lui reprochait pas son immaturité d'esprit. Les choses viendraient sûrement en leur temps, cependant Morgan se disait qu'il ne serait probablement plus là pour voir ça. Il espérait simplement qu'aucun événement grave ne vienne rompre le peu de candide croyance qu'il avait. Voir Ino Takahashi se transformer en bête sauvage à cause d'un con, lui où un autre, l'aurait quelque part profondément touché. Il y avait bien une chose où tous à Sasuitachi étaient égales, c'était bien la détresse et la tristesse.

Un silence maussade s'installa. L'adulte ne se sentait plus la force de bouger et fixait lascivement l'horizon. Sa colère soudaine s'était muée en une tristesse sans fond. Une abîme sombre et moite dont les murs suintaient les souvenirs malheureux. Morgan s'accrochait trop au passé, il le savait. Mais il ne pouvait faire autrement. Chaque pas qu'il faisait l'éloignait un peu plus de lui-même, confiant aux murmures du vent les morceaux épars de son âme. C'était une façon poétique de se dire qu'il était foutu. Se suicider ne lui viendrait, bien sûr, jamais à l'esprit, mais un jour viendrait où il commettrait une erreur qui lui serait fatale. Vivre à ce rythme vieillissait le corps et l'esprit. Il n'était plus tout jeune, et ses douleurs articulaires n'iraient qu'en augmentant. Un sourire étrange fendit ses lèvres. Il était foutu, il devait se faire à l'idée. L'adulte quitterait ce monde sans jamais avoir éprouvé une once de bonheur depuis dix ans. L'image d'une carcasse de vieux loup, le poil gris mités par les puces masquant à peine sa maigreur, étendu dans une rue anonyme autour duquel se répandait une marre de sang - lui arracha un sourire amer. Ce qu'il imaginait là n'était ni plus ni moins que son avenir. L'adulte n'en doutait pas.

" Tu es une... fille ? "

L'étonnement juvénile qui pointait dans la voix du blondinet le fit rire.


" J'étais. " Corrigea t-il d'une voix neutre.

En fin de compte, Morgan n'avait absolument plus rien de féminin. Ni le phrasé, ni l'apparence, et encore moins la mentalité. Il était un homme, peu importait le point de vue avec lequel on le regardait. Sakki n'existait plus depuis longtemps, transformée peu à peu en cet individu hybride qu'il était. Une atrocité de plus dans cette ville. Au moins lui ne paradait pas en tête comme un certain général qu'il haïssait réciproquement. Distraitement il caressa la blessure faite autrefois. Un simple trou demeurait d'ailleurs à cet endroit et l'impression de sentir la peau s'y enfoncer était véritablement étrange. Cet enfoiré ne l'avait pas loupé. Dommage, car à ce moment précis il aurait pu lui coller une balle entre les deux yeux, et éviter ainsi à Ran l'humiliation qu'il avait vécu. Mais on ne pouvait changer le passé, sinon il l'aurait fait depuis bien longtemps. Du coin de l'oeil il aperçu le mouvement de recul du gamin. Le brun le trouva véritablement agaçant de le voir se méfier autant de lui. Il n'allait pas le bouffer, mais il fallait croire que peu de Akabatsu tenaient paroles. Un point commun qu'ils partageaient avec Aobatsu. Encore un.

" Mais tu es quoi, alors ? "

Morgan devait bien admettre que ce qui le concernait portait à confusion. Cependant il laissa quelques minutes s'écouler en silence. Minutes uniquement troublée par le grattement de son ongle sur la peinture écaillée du banc. L'adulte inspira, il en avait marre de s'expliquer, et ce serait sans aucun doute la dernière qu'il donnerait, du moins le concernant.


" J'aime les hommes, vu que c'est ça qui semble tant te préoccuper. J'étais une femme, j'ai conservé mes attirances même si j'en touche plus depuis des années. De toute manière je suis incapable de procréer alors dans un sens comme dans un autre je ne sers strictement à rien. De toute façon tu n'es pas le premier à souhaiter me voir mort, et certainement pas le dernier. "

Son ton fut froid, presque brutal. Morgan détestait enrober ses mots de sucre. La franchise était au moins une qualité qu'on pouvait lui reconnaître, c'était bien la seule d'ailleurs. Nouant ses doigts au dessus de lui, il s'étira comme un chat avant de se lever sur ses jambes douloureuses. L'adulte épousseta son pantalon puis se tourna vers le blondinet. Il l'observa longuement de son regard froid. Il était beau, même si l'adulte les préférait plus vieux. Dommage qu'il ne soit pas du bon côté, mais de toute manière il ne s'attendait pas à ce qu'il le comprenne. Même chez les Akabatsu on ne le comprenait pas. Pourtant tous ignoraient son véritable sexe, mais il répugnait. Les hommes ne l'aimaient pas pour son arrogance, les femmes le détestaient pour sa grande froideur. En somme il était indésirable quelque soit le camp. L'adulte trouvait même étonnant que son louveteau n'ai pas prit la tangente. Ran était différent. C'était le seul à voir au delà du mur. A le franchir aisément alors que tant d'autres s'y étaient cassés les dents. C'était le seul pour qui il devait vivre encore, même si les responsabilités les éloignaient.

L'adulte sortit un paquet de clopes de sa poche et s'en grilla une. Du coin de l'oeil il observa Ino. Il lui en aurait bien proposé une mais il doutait que le môme fume encore. Tant mieux pour lui, il n'avait sans doute pas encore goûté aux joies de la dépendance. "Quel merde" se dit-il en regardant entre ses doigts la cigarette se consumer. Eparpillant les cendres sur le sol il fit quelques pas, puis revint. Le brun se demandait quoi faire. Maintenant que les choses étaient dites, Ino ne lui adresserait probablement plus la parole, à moins d'être prit d'une curiosité malsaine à son endroit. Chose dont il doutait fortement. Les deux êtres étaient diamétralement opposés, sauf peut-être dans leur silence mutuel. Morgan glissa une main dans ses cheveux avant de revenir vers le garçon, de toute manière il avait du temps à perdre, rien ne l'attendait dans son errance.


" Bon gamin, c'est pas de gaieté de coeur, surtout pour toi, mais veux-tu que je t'aide à te lever ? Ou tu ne me supporte tellement pas que je vais devoir te laisser là, à la merci du premier inconnu venu ? "

Morgan huma l'air du vent et teinta sa dernière réplique d'une douce ironie, nullement moqueuse.

" Je doute que tu apprécierais croiser ceux de ta faction dans cet état, je me trompe ? "

Un soupir.

" De toute façon je ne resterai pas assez longtemps pour qu'ils me voient. "
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 27/08/2009, 02:38    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

~ De plus en plus perdu, Ino contemplait le semblant de paysage face à eux. Les propos de... l'homme ? se révélaient plus que troublant. Imaginer que l'on souhaitât se compliquer la vie en changeant de corps était plus que ardu pour lui. Pour rien au monde, il n'aurait changé sa condition ; il était un homme, et heureux de l'être. Si encore Morgan avait changé de corps dans le but de devenir normal, le jeune garçon aurait pi comprendre, à la rigueur. Mais changer et passer pour un homosexuel alors que de naissance, on était normal ? Un véritable casse-tête chinois. ~

*Il a un corps d'homme, ça sera donc un homme pour moi. Mais normal ? Ou pas ? Un homme qui aime les hommes, mais hétéro quand même ?*

~ Mettre un nom clair là-dessus rendait la chose moins bizarre. Mais sous ses grands airs de moralisateur, l'Akabatsu avait tort sur toute la ligne. Ino était sûr de ses convictions. Il ne douait pas un seul instant que seuls la perversion et le désir de choquer les moeurs poussaient ces individus à copuler de façon si contre-nature. Bon, dans de rares cas, cela venait peut-être d'une maladie, si on en croyait les rumeurs. Mais c'était une légende du vieux millénaire. Les gens ne croyaient plus à ces choses-là. ~

~ Songeur, il écoutait distraitement le grattement de l'ongle qui écaillait la peinture. Si Morgan Klaus avait été un véritable homme, Ino aurait probablement trouvé de quoi lui dire. Mais techniquement... Ce n'était qu'une femme qui aimait les hommes, et qui, à l'en croire, ne faisait plus rien à ce niveau-là. Enfin, sa vie privée n'intéressait pas le petit blond, et il ne voulait surtout rien savoir sur ces choses-là. Mais même s'il avait du mal à la situer, le gamin qu'il était n'en oubliait pas pour autant que Morgan avait choisi le clan adverse. Même si, à l'inverse de ce que ce dernier semblait croire, Ino n'aurait eu aucun plaisir à le voir mort. Mais tant mieux si tout le monde le prenait pour un psychopathe. Au moins, il serait pris au sérieux par ses ennemis si ceux-ci le pensaient prêt à tuer n'importe lequel d'entre eux.
~

« Bon gamin, c'est pas de gaieté de coeur, surtout pour toi, mais veux-tu que je t'aide à te lever ? Ou tu ne me supporte tellement pas que je vais devoir te laisser là, à la merci du premier inconnu venu ? Je doute que tu apprécierais croiser ceux de ta faction dans cet état, je me trompe ? De toute façon je ne resterai pas assez longtemps pour qu'ils me voient. »

~ Comme sortant d'un rêve, Ino contempla un instant l'homme qui s'approchait à nouveau. Il avait à peine remarqué les quelques pas que celui-ci avait fait, tellement il était absorbé par ses pensées. Le seul fait de savoir qu'il ne s'agissait pas vraiment d'un homme avait suffit à le plonger dans ses réflexions, incapable de décider si oui ou non Morgan pouvait être considéré comme un dissident. Un bref instant, le petit chef blessé imagina un monde où les dissidents "normaux" se promèneraient avec une carte d'identité à cet effet. Un peu comme les chiens à une époque, avant que les humains ne fassent définitivement disparaître ces races dites "dangereuses" à l'époque. Glissant la main à la poche arrière de son pantalon, Ino en tira son téléphone portable et appuya sur la touche raccourci. La tonalité retentit, rassurante mais paradoxalement inquiétante. Le téléphone était allumé, mais l'homme allait-il répondre ? Mais déjà, quelqu'un décrochait. ~

« Azusa ? Est-ce que tu peux ve... Oui, c'est ça. ... Oui, je sais, je ne devais pas so... Juste devant l'immeuble. ... Mais c'est pas la fin du monde ! Je suis pas parti à New-York, quand même ! »

~ Raccrochant finalement, Ino soupira. Il espérait que l'agent comprendrait que quelque chose allait de travers, mais ne se faisait pas trop d'illusion à ce sujet. Il se tourna finalement vers Morgan qui attendait toujours, et haussa une épaule. De toute façon, même s'il avait accepté l'aide de l'étranger, le petit blond se savait bien incapable de tenir debout jusqu'à la porte. Ni même jusqu'à l'arrivée de Azusa. La plaie était située à un tel endroit que la station debout tirait dangereusement sur les fils, et Ino avait déjà bien assez éprouvé leur solidité. A ce rythme, les points sauteraient avant la fin des premières vingt-quatre heures. ~

« Épargne-toi le sale boulot, Azu s'en occupera. De toute façon, je ne tiendrai pas debout assez longtemps. »

~ Notant lui-même l'utilisation peu habituelle d'un diminutif, il rangea son mobile à sa place. Ce qui le perturbait surtout dans l'histoire, c'était cette difficulté à percevoir l'individu qui lui tenait compagnie. Qu'il s'agissait d'une femme avait quelque chose de moins menaçant. Mais "elle" avait tout d'un homme, le physique, les attitudes... ~

*Peut-être pour ça qu'elle a l'air moins potiche que les autres...*


~ Il fallait admettre que Morgan n'avait, du coup, pas ces côtés énervants et crispants de la gent féminine. Mais bon, ils ne se connaissaient pas plus que ça. Et cette histoire n'était peut-être même pas vraie, après tout. ~

« Pourquoi avoir pris le temps de venir discuter avec moi ? Tu sais qui je suis, après tout. (Il fronça légèrement un sourcil, une autre interrogation lui brûlant les lèvres) Si tu es hétéro, pourquoi te soucier des homos ? Tu es normale, non ? Alors pourquoi les défendre ? Ça t'apporte quoi, à part vivre dans les égouts ? »

~ Lui qui pensait que seuls les fanatiques en arrivaient là ! Morgan ne gagnait rien dans l'affaire. Ce n'était pas sa cause, ce n'était pas son combat. Il n'était même pas homosexuel ! Il n'avait donc aucune raison de se mêler d'un conflit, encore moins en défendant le clan en tort. Pour le coup, la raison de tels choix ne pouvait qu'intriguer le jeune homme qu'il était. Plus que toutes les autres, il restait une question sans réponse à ses yeux, une question qu'il n'avait jamais pu poser. ~

~ Vu le traitement réservé aux homosexuels, il paraissait tout de même étrange que tant de gens puissent encore se perdre dans cette voie. Ino s'était toujours demandé pourquoi, sans jamais trouver de réponse. Pourquoi un homme choisissait d'aimer un homme, puisque de toute façon ça ne leur apportait rien sinon des ennuis ? Et ils ne pouvaient même pas avoir d'enfants. Donc ce n'était pas pour la reproduction. De même, deux femmes... Sans compter qu'elles, en plus, n'avaient même pas ce qu'il fallait pour pouvoir... faire la chose. Si Morgan était "normal", le jeune garçon n'avait rien à perdre à poser la question, après tout. Et puis... N'était-ce pas comme une sorte de terrain neutre, au fond ?
~

« Pourquoi choisissent-ils cette vie ? Pourquoi sont-ils comment ça ? »

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 02/09/2009, 12:36    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

Morgan regardait le ciel.

L'air lui amenait un message.
Un présage tragique.
Une rivière de pourpre autour de son corps,
Une fin misérable, à fendre l'âme.

Ran.

Pourquoi je pense à toi à présent ? Pourquoi ton absence me manque tant que j'ai l'impression que mon coeur se fend. Réduit en morceau par une main qui s'en empare, le serre de sa poigne jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un trou palpitant. Depuis que je t'ai revu à l'hôpital tu hantes mes pensées, jusqu'à mes nuits les plus agitées. J'ai peur de te perdre dans ce monde de folie. Plus encore je crains de te blesser. Toi. Nous. Je sais que tu es là, quelque part dans cette ville, submergé par tes propres problèmes. Je ne suis qu'un loup, j'en ai conscience. Je grogne plus que je ne parle, mais avec toi, c'est différent. Avec toi je me sens vivant. Je ne suis ni un homme, ni une femme à tes yeux. Juste une présence bienveillante. Quelqu'un que tu ne juges pas pour sa nature viciée, mais que tu vois comme un aîné, un semblable. J'admire ta force vibrante. Cette flamme véhémente qui surgit parfois de ton coeur étrangement sensible. Je t'aime d'un amour indéfinissable Ran. Ce n'est pas ton corps que je regarde, mais bien au delà. Tu es un ami plus qu'un amant. Un confident, un ange bienveillant. Je te revois encore agenouillé, une main sur ma chaussure. Tu m'as accepté malgré mon étrangeté. Pour ça je ne te remercierais jamais assez. Percer le mur n'a sans doute pas dû t'être aisé. J'avoue ne pas t'y avoir beaucoup aidé. Mais je ne changerai pas. Pas après toutes ces années. Tu sais à quel point je déteste me révéler. Il n'y avait que Katô pour me faire plier.

Je souris.

Si tu me voyais. Je converse avec le jeune Ino. Il n'a pas encore les yeux ouverts, mais ça ne saurait tarder. Je me demande comment il envisagera la situation lorsqu'il aura connaissance de la vérité. Peut-être bien. Mais j'en doute. Il n'est jamais bon de voir ses convictions s'écrouler. J'ai peur qu'il ne sache pas encaisser. C'est étrange comme j'en viens à me soucier des Aobatsu. Enfin de lui en particulier. Pourtant ils m'ont fait du mal comme jamais, mais Ino ... Ino me semble différent. Je serais incapable de dire pourquoi je suis encore là avec lui, à parler de choses plus ou moins importantes. Je l'aime bien finalement ce gamin. Je le regarde à cet instant précis, de ce regard froid que tu connais si bien. C'est comme si c'était la dernière fois. Je serais incapable de mettre des mots clairs là-dessus, mais ... mais j'ai l'impression que nous ne nous reverrons pas. C'est peut-être pour ça que je me suis ouvert si facilement, et non pas parce que je t'en avais fait part avant.

Ran.

J'espère que je te reverrais avant Katô. Quelque chose me trouble. Je le sais. Mes yeux trahissent cette image inquiète.

Vais-je ...

Disparaître ?


"Epargne-toi le sale boulot, Azu s'en occupera. De toute façon, je ne tiendrai pas debout assez longtemps. "

Morgan fut ramené brutalement de ses pensées. Son regard s'égara sur la chevelure d'or du gamin. Le brise l'agita quelques instants, et l'adulte laissa le silence s'installer entre eux. Calmement il s'alluma une nouvelle cigarette qu'il laissa se consumer lentement. Les cendres s'envolèrent avec le vent. Emportées par son murmure. Un étrange sentiment venait de l'envahir. Une nostalgie galopante qui l'entourait de ses bras charmants. L'adulte avait presque envie de s'y laisser tomber, couler, noyer. C'était étrange comme son existence ne lui semblait tenir qu'à un fil. Un minuscule filet d'argent à peine assez solide pour ne pas céder à la moindre pression. Qu'est ce qui lui assurait qu'après avoir quitté Ino, il ne rencontrerait pas plus fort que lui. Et qu'il finirait, gisant sur le pavé de Sasuitachi. Rien. La précarité de sa situation lui sauta aux yeux. Rien ne lui garantissait qu'il verrait demain. C'était peut-être ça le plus déroutant en fin de compte.


" Comme tu voudras. " Lâcha t-il d'un ton affreusement neutre.

Il n'allait pas le forcer, et puis il avait raison. Azusa ne serait pas là très rapidement et le mouflet incapable de tenir debout plus de quelques minutes. Ca ne l'empêchait pas de mordre malgré tout. Cette réflexion lui arracha un sourire. Il appréciait sa grande véhémence. Ce gamin ne mâchait pas ses mots et ça ne le rendait que plus vrai dans ce qu'il disait. Un telle franchise l'apaisait quelque peu. Dans cette ville où régnait le mensonge, discuter avec quelqu'un - bien qu'il soit de l'autre camp - qui disait simplement ce qu'il pensait n'était pas monnaie courante. Loin de là. Si tous deux s'étaient rencontrés sur le terrain, sûrement qu'il n'aurait pas prit la peine de s'écouter l'un l'autre comme aujourd'hui. Tant mieux finalement que la morosité gagnait sa propre vie, ça rendait le vieux loup moins féroce.

" Pourquoi avoir pris le temps de venir discuter avec moi ? Tu sais qui je suis, après tout. "

Une question que Morgan trouva juste. Son regard se perdit au loin. La cigarette tomba, se consumant lentement sur le pavé. Un soupir.


" Je ne sais pas. J'ai simplement l'impression qu'on ne se reverra pas. Ma fin est sans doute plus proche que je ne le crois. "

L'adulte ponctua sa phrase d'un sourire étrange. Les mots lui avaient presque échappés. Un sentiment fort l'étreignait, un sentiment qu'il n'avait éprouvé que peu de fois dans sa vie. Chaque fois que sa flamme vacillait, chaque fois que la vie lui échappait. C'était sans doute le cas aujourd'hui. Il se sentait presque partir, comme si son esprit était déjà loin, très loin de ce monde, de cette ville misérable.

" Si tu es hétéro, pourquoi te soucier des homos ? Tu es normale, non ? Alors pourquoi les défendre ? Ca t'apporte quoi, à part vivre dans les égouts ? "

Il rit amèrement. Puis se tourna vers le blondinet.


" Qui irait croire que je suis une femme avec un corps pareil ? Tout ce qui concerne cet ancien moi n'existe plus. Sakki est bel et bien morte il y a des années. Je ne suis pas normal, loin de là. Concernant les Akabatsu je ne les défends pas. Ils me tolèrent réciproquement sur leur territoire, parce que je file un coup de main de temps en temps. Certain m'ont accueilli lorsque j'étais au plus mal, contrairement à vous, mais la plupart des Akabatsu préféreraient ne pas me savoir en vie. Si je vis dans les égouts, c'est parce que j'ai fais le choix de m'éloigner de cette ville qui m'a trahit. Défendre une cause juste pour une fin honorable, je n'y crois plus. "

Il s'alluma une nouvelle cigarette.

" J'ai trop d'ennemis pour reprendre une vie normale de toute façon. Il y a au moins un point sur lequel vous vous accordez parfaitement ; Akabatsu comme Aobatsu préféreraient me voir mort. "

Morgan laissa son regard vagabonder sur le visage de l'enfant. Tout ce qu'il avait dit n'était que la stricte vérité. Il y avait cependant un point sensible qu'il n'avait pas mentionné. Ran. C'était sans doute pour lui qu'il se battait. Pour ce louveteau adorable qu'il était. Il ne défendait pas Akabatsu, pas vraiment. Sa position au sein de ce camp était d'une précarité effrayante. On ne l'achevait pas tout simplement parce qu'il était efficace en combat. Mais Morgan devait bien avouer qu'il avait provoqué cette situation en faisant le vide autour de lui. Parce qu'il avait peur de blesser, peur de s'attacher. C'était sans doute trop tard maintenant. Il n'y avait eu que le leader rouge pour vouloir percer la carapace. Son vaste plan, vivre seul, mourir seul, pour ne pas être regretté, ne pas être pleurer. L'adulte avait oublié son ancienne vie. Détruit les liens. Il avait regardé son monde se désagréger sans vouloir rien y changer. Une vie de gâchée, voilà la seule expérience qu'il en retirait. Morgan prierait sans relâche pour que personne d'autre n'est à vivre l'enfer qu'il vivait. Mais on ne se souviendrait jamais du vieux loup teigneux qui dans l'ombre avait plus d'une fois secouru les rouges. Jamais.

" Pourquoi choisissent-ils cette vie ? Pourquoi sont-ils comme ça ? "

Morgan soupira en tirant une latte de sa clope. Il l'avait longtemps attendu celle-là.


" C'est difficile de répondre. Il y a des attirances contre lesquelles on ne peut pas lutter. Ce n'est en rien pour briser les moeurs, pour choquer, ou quoique ce soit d'aussi déplacé. Quelqu'un de sensé, ne choisirait pas cette voie en sachant ce qui l'attend. Je ne peux pas vraiment me mettre à leur place, mais je sais que ce sentiment est une chaîne qui te déchire jusqu'à te consumer entièrement. Assouvir ce besoin ou le réprimer à jamais, beaucoup choisissent la première solution, parce que c'est trop dur de lutter contre sa 'nature'. Peut-être que la vie n'est pas si bien faite après tout. Mais l'être humain est trop complexe pour être décortiqué comme un simple animal. Sincèrement je les plains de ne pouvoir être libre comme toi tu l'es. Nous sommes condamnés, car même si la lutte devait cesser, les murmures, eux, ne se tairaient jamais."

Que la vie pouvait lui sembler cruelle parfois. Elle se jouait des vivants comme un chat avec une souris. Puis les achevait sans que ses raisons ne soient plus claires. C'était triste à en mourir.

Morgan leva le nez pour fixer le ciel. Il se sentait si nostalgique. Quelque chose se préparait, il le savait, il le sentait. Quelque part enfouit profondément en lui. Son regard clair embrassa le parc comme si c'était la dernière fois qu'il le voyait. Pourtant rien ne lui disait qu'il ne vivrait pas encore quelques années. Mais à quoi bon lorsqu'on avait plus l'énergie de lutter. Ses jambes ne supporteraient plus bien longtemps le maigre poids de son existence. Son coeur mourait, se flétrissait. Il n'en resterait bientôt plus que cendres éparpillées au vent. Cette triste réalité laissa glisser une lueur douloureuse dans ses iris pales. Une éternelle solitude, à jamais son amante. Une profonde blessure qui déchirait sa poitrine laiteuse. Tout ce qu'il souhaitait à présent c'était ...

En finir.


L'adulte s'avança de quelques pas vers l'enfant et posa une main délicate sur sa chevelure d'or, l'ébouriffant légèrement.


" Prends soin de toi Ino. "

Morgan lui tendit un sourire tendre. Le premier sans doute sincère depuis le début de cette conversation. Puis il s'arracha à la contemplation de ce visage d'ange. Le brun s'éloigna, d'un pas mesurément lent, ses mains osseuses dissimulées dans les poches de son long manteau élimé. Il tendit cependant l'oreille au cas où le jeune Ino l'interpellerait encore. Prêt à se retourner si la moindre question lui parvenait. Son regard s'égara sur le ciel gris. La ville semblait pleurer encore et toujours les âmes qui la jonchaient.

Peut-être que la sienne s'ajouterai bientôt à la longue liste des condamnés.

Qui sait ...
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 08/09/2009, 11:42    Sujet du message: Idleness... Répondre en citant

« Je ne sais pas. J'ai simplement l'impression qu'on ne se reverra pas. Ma fin est sans doute plus proche que je ne le crois. »

~ Ino avait vaguement l'impression que quelque chose se passait dans la tête de son interlocuteur. Celui-ci contemplait étroitement l'horizon, comme s'il s'agissait du dernier regard qu'il pourrait porter sur le monde. Cette phrase murmurée d'un ton si fataliste ne le rassurait en rien, augmentant au contraire son malaise. Non qu'il éprouva de l'empathie pour cet être curieux. Mais même lui ne pouvait rester de marbre devant quelqu'un qui parlait ainsi de sa propre fin. Et même s'il était persuadé que passer pour un tyran dépourvu de sentiments était une bonne chose, s'entendre dire qu'il souhaitait la mort de Morgan ébranla légèrement cette conviction.
~

« Je n'ai jamais eu l'ambition de collectionner les monceaux de cadavres... Le tien non plus. »


~ Ce simple murmure ne pouvait passer à la rigueur que pour une simple boutade. Il était hors de question de paraître faible devant quelqu'un, encore moins un Akabatsu déclaré. Enfin... Pas si déclaré que cela, visiblement. Morgan avait peut-être simplement choisi la mauvaise cause à défendre. Tout ça à cause d'individus dégénérés. Mais Ino n'était pas assez naïf pour ne pas voir qu'il y avait également de belles aberrations de son côté de la barrière. Des gens comme Hazuki Kageki, par exemple, qu'il n'était jamais parvenu à faire renvoyer malgré tout ses efforts depuis son arrivé. Mais le Maire finirait bien par se rendre compte de la folie incontrôlable du général Bleu... Le petit blond était résolu à tout faire pour, en tout cas. ~

~ Mais comment situer Morgan ? Une terrible expérience de la vie l'avait pousser à choisir un chemin plus difficile encore. Voyant cela, le Leader Aobatsu ne pouvait que se féliciter de ses propres choix. Au moins, il avait la conscience tranquille, et ne s'encombrait pas l'esprit de pensées inutiles. Il était sûr de lui, de ses convictions, de la justesse de sa cause. Les dernières paroles de Morgan sur les raisons des Akabatsu ne le frappèrent que d'autant plus. Ce n'était pas quelque chose qu'il avait imaginé. Ces idées nouvelles dérangèrent sérieusement son petit monde de sûreté, et son regard se troubla un instant. Mais ce n'était pas le moment de se laisser déstabiliser, bon sang !
~

~ Un souffle de vent sur la peau nue de sa gorge lui arracha un frisson glacé, et il ne vit pas la main pâle s'approcher de ses cheveux. La caresse étrangement douce lui fit lever un regard nerveux, pas tout à fait convaincu qu'il était du non-danger de cet individu. Morgan n'était pas un "vrai" Akabatsu. Il n'était pas homosexuel. Il n'était donc, logiquement, pas un ennemi. En fait, il se trouvait même face à une femme. Une femme qui n'avait pas le côté exaspérant de la plupart des représentantes de ce sexe imprévisible et irritant. C'était bien pour cela qu'Ino ne s'intéressait pas aux relations amoureuses ; il se savait trop immature sur ce point. De façon bien ironique, il se trouvait face à l'une des rares femmes qui ne l'énervaient pas d'entrée de jeu. D'une certaine façon, Morgan pouvait être placé, dans son esprit, sur un rang semblable à celui d'Azusa ; un individu qu'il pouvait tolérer dans son entourage, et avec qui il aurait pu discuter de choses qui n'intéressaient pas les autres jeunes de son âge. ~

« Prends soin de toi Ino. »

~ Ce salut plus qu'étrange éveilla une nouvelle inquiétude. Le jeune homme n'aimait décidément pas ces impressions que lui donnait l'étranger. Nerveux et inquiet, il le regarda s'éloigner à pas lent. Un réflexe le poussa à se relever sans songer à sa blessure, qui se rappela aussitôt à lui de fort peu délicate manière. Son grognement de douleur étouffa le bruit du fil trop tendu, et le gamin retomba sur ses fesses, crispé en deux par la douleur. Devant lui, la silhouette marchait toujours. Un vague éclair bleu au loin attira le regard nerveux du gamin, et Ino reconnu la masse de cheveux qui caractérisaient son infirmier. Finalement, celui-ci ne se trouvait pas dans son bureau... Plutôt étrange. ~

« Azusa... »

~ Un flot d'émotions l'envahit, lui arrachant ce soupir de soulagement. Il pu concentrer son attention sur Morgan. ~

« Où vas-tu ? »

~ La façon dont l'homme (car il avait décidé que le voir comme tel serait plus aisé) lui avait parlé l'avait pas mal ébranlé. Fragilisé par son état, nerveux et inquiet, il sentait qu'il aurait prochainement pas mal d'interrogations et de questions à poser, bien qu'il n'était pas en état actuellement. L'impression subite de voir cet inconnu marcher consciemment vers la mort le frappa soudain, et il vérifia la distance à laquelle se trouvait Azusa pour se rassurer. ~

« Morgan ? ... (Il hésita un instant, attendant de voir les prunelles d'un bleu sombre se tourner à nouveau vers lui) Fais pas l'imbécile. »

~ Maladroit et vraiment pas habitué à ce genre de conversation, il ne pouvait transmettre mieux son sentiment diffus d'inquiétude. Encore moins en étant aimable. L'attitude étrange de Morgan le rendait bien trop nerveux, et l'avait même poussé à cette interpellation assez contre-nature à ses yeux ; il n'avait pas à se soucier des gens, encore moins d'Akabatsu bizarroïdes... Non ? ~

------------------------


Dernière édition par Ino Takahashi le 20/09/2009, 00:41; édité 1 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:24    Sujet du message: Idleness...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi City † -> † Les buildings Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com