Index du Forum


 
 Index du ForumS’enregistrerConnexion

:: [Event Aobatsu] In Jail... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi Undergrounds † -> † La salle des tortures
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 03/11/2009, 13:52    Sujet du message: [Event Aobatsu] In Jail... Répondre en citant

~ Un grognement sourd retentit dans la pièce sombre. Depuis combien de temps le faisait-on poireauter ici ? Pas plus de quelques heures, d'après ses souvenirs. Il ne se souvenait déjà que peu des circonstances qui l'avaient amené en cet endroit. Oh bien sûr, il en avait une vague idée. Il savait qu'il avait été kidnappé par la Faction Rouge, en réponse à l'enlèvement de leur chef. Non, ce qui l'intriguait vraiment, c'était comment cela avait été rendu possible. Il allait devoir éplucher personnellement le dossier de certains de ses hommes afin de vérifier qu'il n'y avait pas d'espion parmi eux. Ou plus exactement, il allait devoir vérifier lequel d'entre eux, était ce fameux espion. Il n'y avait pas tellement d'autre explication. ~

~ Enfin... Tout cela ne serait rendu possible que s'il s'en sortait, évidemment.
~

~ Autant dire que la partie était plutôt mal engagée pour lui. Déjà, faire le point sur sa situation. Il se souvenait avoir été maîtrisé à l'aide d'une gaz enduite de solution soporifique. Il se souvenait de vagues éclairs de semi-conscience, pendant lesquels il avait ouvert les yeux. Il n'avait d'ailleurs pas vu grand chose durant ces instants, à peine de vagues silhouettes floues et diffuses. C'était en le voyant forcer pour ouvrir les yeux que l'un des Akabatsu avait finalement décidé de lui passer un bandeau sur les yeux. Forcé au noir, Ino n'avait plus eu la force de combattre l'endormissement, et avait sombré à nouveau. ~

~ Quand il s'était réveillé à nouveau, il était étendu sur une couchette. Il devinait bien du mouvement autour de lui, mais sans arriver à saisir réellement ce qu'il entendait. Finalement, quand il avait été clair pour ses geôliers qu'il reprenait bel et bien ses esprits, il avait été soulevé telle une plume pour être suspendu à ce mur idiot, les poignets enserrés dans des bracelets de fer suspendus à des chaînes. Il s'était débattu comme il avait pu. Autant dire que, dans son état, cela n'avait pas donné grand chose de concluent. ~

~ Mais maintenant... Il était à nouveau en pleine possession de ses moyens. Autant que possible, compte tenu des circonstances. Il avala péniblement sa salive. Sa gorge était sèche, et ses jambes encore faibles avaient du mal à le maintenir debout. Il se fit violence pour se redresser. Il était le Leader Aobatsu, et n'avait pas à se laisser aller. Il se montrerait fort, et ne plierait pas l'échine devant ces... chiens. Pourtant, prétendre qu'il n'avait pas peur aurait été un mensonge. Il n'était pas idiot au point d'ignorer l'angoisse qui lui serrait les entrailles. Il était à la merci de l'ennemi, dans un état physique des plus déplorables. Sa plaie au ventre était encore fraîche et le lançait. Et cette fois, Azusa ne serait pas là pour le soigner en cas de pépin.
~

« Merde... »

~ Dire que l'infirmier l'avait encore sermonné la veille pour l'incapacité du blond à obéir à ses recommandations médicales... Ne pas rester debout s'il pouvait l'éviter... ~

*En l'occurrence, je ne peux pas l'éviter. Et il aura même pas intérêt à râler, tiens !*


~ Il tira sur ses chaînes, étouffant aussi une protestation de douleur. La position n'était décidément pas des meilleures. Mais hors de question de réclamer. Il n'ouvrirait pas la bouche, ne ferait pas la joie de les supplier ou de leur demander quoique ce soit. Il n'était pas n'importe qui, après tout. Il montrerait bien à ces tantouzes ce qu'était de se comporter véritablement en homme. Du moins, il se montrerait digne de sa position. Il avait été pris. C'était une honte suffisante pour sa Faction. Il était hors de question qu'il en rajoutât, et donne à ses hommes davantage de raisons de rougir de leur chef. ~

~ Il se tendit soudain. Du bruit, pas très loin. Derrière une porte ? Il n'aurait su le dire. Les yeux toujours bandés, il était bien incapable de se situer par rapport à quoique ce soit. Mais la présence de telles chaînes sur un mur ne lui laissait pas beaucoup de possibilités à imaginer ; il aurait eu du mal à croire, même venant d'Akabatsu, que de telles entraves étaient monnaie courante dans la décoration d'intérieure. Il était sans nul doute enchaîné dans leur fameuse "salle de torture", dont il avait déjà eu quelques échos.
~

*Heureusement que le maître de la chose n'est pas là...*


~ Une pensée bien ironique. Ran Yashin devait s'en doute nettement moins s'inquiéter dans ses propres murs... Les Aobatsu étaient moins barbares, après tout. Des pas qui s'approchaient. Le jeune garçon se redressa, décidé à faire honneur à son titre jusqu'au bout. Il n'était pas Leader Bleu pour rien, après tout. ~

------------------------
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 03/11/2009, 13:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 15/11/2009, 01:06    Sujet du message: [Event Aobatsu] In Jail... Répondre en citant

La rumeur était-elle vraie ?

Ce petit morceau de paroles qu'il avait capté en se promenant comme à l'accoutumée, ignorant les recommandations de Azusa ? Se pouvait-il que le mouflet soit ici, exposé à la plus grande sournoiserie des Akabatsus ? Le maire était décidément bien négligent ces derniers temps. Bien sûr il était inquiet pour Ran, mais il ne doutait pas que Yuuto punirait sévèrement toute tentative pour lui faire du mal. En revanche, concernant Ino, c'était une toute autre histoire. Azusa ne pouvait pas venir sous peine de griller sa couverture, et le seul qui était au courant de la vaste supercherie en dehors de Ran, c'était lui. Bien que profondément atteint par l'épouvantable blessure, Morgan avait pressé le pas, inquiet d'entendre à chaque instant qu'un imbécile ait fait du mal à la charmante tête blonde. Bien qu'il fut une monnaie d'échange, il savait que les rouges ne se priveraient pas pour torturer le môme à la tête des bleus. Car il n'était réduit qu'à la simple identité d'Aobatsu. Il fut contraint cependant de s'arrêter, déchiré par une violente brûlure. Le sang roula sur ses doigts osseux qui berçaient la blessure d'une vaine caresse. L'adulte serra le poing, ignorant de la gravité de sa propre situation. Si on venait à le prendre, nulle doute qu'on le soupçonnerait de traîtrise, déjà qu'on ne l'appréciait pas tellement en ces lieux. Et seule la fidélité de Ran l'immunisait légèrement de cette intrigant et agaçant soupçon qui pesait sur sa personne. Il pressa encore le pas et bifurqua dans un couloir, pénétrant les plus basses abysses de la souterraine, lieu qu'il avait bien côtoyé autrefois. Y préférant la douceur des cris à celui de la chair. Tout ça c'était bien loin, et la simple idée de torturer encore le répugnait.

Il arriva enfin devant une lourde porte et l'ouvrit, scrutant dans la pénombre une éventuelle présence, qui ne s'annonça pas. Refermant derrière lui, il vit là, lié à des chaînes, le jeune Innocence qui se dressait fièrement malgré l'inconfortable situation dans laquelle il se trouvait. Il n'était pas leader bleu pour rien, mais cette attitude fit néanmoins sourire l'adulte. Il s'avança lentement vers la frêle silhouette. S'arrêtant à sa hauteur, il attendit quelques secondes avant de glisser ses doigts osseux sur le tissu qui masquait la visibilité du garçon. Le brun ôta le bandeau et le laissa couler sur le sol poreux. Ses iris claires et épuisées s'aventurèrent sur le visage enfantin, découvrant une nouvelle fois toute la beauté de ce visage. Il n'avait pas pensé le revoir pourtant, car l'adieu avait été sincère. Mais il était là, soudain capable d'aider quelqu'un qui ne méritait pas toute cette violence. L'adulte abandonna sa main sur la joue laiteuse en une fugace caresse. A dire vrai il ne savait pas quoi faire. Il était trop faible pour engager un éventuel combat, et il ne tenait pas à libérer le môme, car il ne doutait pas qu'il répandrait le souffle glacial de la mort en ces lieux.

Un pale sourire ourla ses lèvres. Mais bientôt, l'épuisement dont il était l'objet le gagna. Un ploc silencieux, et il s'aperçut que le sang gouttait parfois sur le sol. La blessure était légèrement ouverte, et ne tarderait pas à répandre son venin dans ce corps déjà trop fragile. Il avait maigri encore, sculptant son corps d'une image morbide, et souligné par le débardeur noir qui cintrait ses hanches épouvantablement maigres. Sous ses yeux naissait les cernes, témoins sans détour de ce qu'il vivait depuis quelques jours. Morgan était profondément déprimé, et il n'arrivait pas à cacher sa détresse qui parfois glissait dans ses iris autrefois neutres. Il était transformé, affaiblit par ce désir de mort qui ne voulait pas le quitter, enraciné en son coeur comme une rose noire aux épines douloureuses. Il contempla longuement le visage de Ino, incapable de prendre une décision. C'était lui cette fois qui était en position de faiblesse face à l'adolescent. L'adulte glissa une main sur son visage à l'expression harassée. Il se sentait flétrir et pourrir lentement. Pourtant il chassa loin sa propre douleur pour se concentrer sur l'important. Il devait trouver un moyen de venir en aide au mouflet sans pour autant lui révéler ce qu'il savait, et plus encore, sans se trahir auprès de Akabatsu. Au fait de la vérité, c'était la seule et unique raison qui l'amenait à agir comme il le faisait.

Morgan sourit ironiquement en songeant que cette fois c'était lui le grabataire. Il tendit un doux sourire à l'enfant, et ouvrit la bouche pour s'exprimer d'une faible manière, si effroyablement douloureuse malgré le propos.


" Ta blessure, ça va ? "

L'adulte n'avait pas l'intention de détacher Ino, conscient qu'un rouge pourrait arriver à tout instant, et il espérait que le môme comprendrait, même si il trouverait bien le moyen de le sortir de là avant qu'un malheur ne se produise. Il sentit soudain ses forces le quitter, la blessure le lançait terriblement, consumant ses forces bien maigres. Il vacilla légèrement, et son regard se troubla d'un voile noir. Il ne pourrait rien faire, pas dans cet état. Les doigts glacés de son amie la faucheuse n'étaient pas loin, l'intimant de le suivre à nouveau dans le royaume des songes. Morgan s'empara d'une chaise abandonnée là et s'assit, grimaçant à cause de la douleur lancinante qui brûlait sa chair. Il renversa la tête en arrière, assaillit par tous ses affreux démons. Il n'était plus ce Morgan fier et arrogant. Le désespoir l'avait envahit, prolongeant son terrible état. Rongeant sa lucidité fragile. Tout espoir avait fuit devant cette terrible réalité qui s'offrait à lui. Rien ne lui prouvait encore le bonheur qu'il y avait à vivre. Il n'y avait qu'un amer sentiment de regret. Ce regret de n'avoir pu enfin pousser le dernier soupir, et disparaître comme il était venu, dans un souffle d'imagination. Un sourie désabusé ourla ses lèvres, et il contempla le visage à l'expression fière.

" Je ne pensais pas qu'on se reverrait dans de telles circonstances ..."

Lança t-il alors qu'une lueur prédatrice alluma ses iris affaiblies. S'emparant d'un paquet de clopes abandonné dans sa poche, il s'en grilla une, soudain ravivé par la mort qu'il distillait dans ses veines. La nonchalance lui revint, alors que l'horrible douleur vrillait son esprit morcelé d'une personnalité aveugle. Morgan renversa la tête en arrière et contempla le plafond, songeant qu'il était parfaitement à sa place dans ce lieu sordide. Il ferma les yeux, s'abandonnant au silence du lieu. Au moins ainsi avachit, on ne pourrait le soupçonner de traîtrise.
Revenir en haut
Ino Takahashi
Leader Aobatsu
Leader Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2007
Messages: 449
Age: 17
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 27/11/2009, 22:05    Sujet du message: [Event Aobatsu] In Jail... Répondre en citant

[Bon si personne d'autre ne se lance, j'envoie une réponse ^^ Sachez que si vous êtes intéressés, vous pouvez entrer dans la pièce et vous joindre à nous.]


~ Il ne s'était vraiment pas attendu à cela en entendant la lourde porte de sa cellule s'ouvrir lentement. Il aurait plutôt pensé à un tortionnaire venu se jouer de lui, et peut-être lui arracher des informations concernant la garde protégeant Ran Yashin. Mais ça... Découvrir le visage de Morgan Klaus, cette étrange fille devenue un homme par l'obscure voie de la médecine... ~

~ Le petit blond ignora volontairement la question concernant sa blessure. Non, cela n'allait pas, mais il était hors de question qu'il s'abaissât à en parler. Il aurait toujours le temps de s'inquiéter si les points sautaient. De toute façon, Ino savait bien qu'en dehors de Azusa, il ne laisserait personne soigner sa plaie s'il avait son mot à dire. Qu'aurait pu faire Morgan, de toute manière ? Il n'était lui-même pas bien vaillant, d'après l'étonnante teinte grisâtre de son visage déjà pâle à l'origine. L'Akabatsu lui avait laissé entendre qu'il marchait vers la mort, lors de leur première et unique rencontre. Il n'avait menti qu'à moitié ; les gouttes de sang qui lentement tombaient au sol attestaient à elles-seules de la gravité de son état.
~

« Je ne pensais pas non plus, rassure-toi. En fait... Je pensais même ne pas te revoir du tout. »

~ Les muscles tendus, il observait le moindre mouvement du dissident. Son regard ne l'aurait déjà pas rassuré s'il avait pu se défendre, alors attaché à un mur... Une fois de plus, il maudit sa blessure pitoyable. Sans elle, il aurait pu se défendre bien plus vaillamment. Oh, il n'aurait pas gagné pour autant, certes. Mais l'honneur aurait été sauf. D'autant qu'il soupçonnait ses ennemis de l'avoir volontairement attaché ainsi malgré sa blessure, pour l'affaiblir davantage. Raison de plus pour ne pas se plaindre et garder la tête haute. ~

« C'est une visite de courtoisie ? »

~ Il se doutait bien que Klaus n'était pas là pour le délivrer. Mais pour le coup, il ignorait totalement ce qui pouvait amener cet inconnu dans cette cave sordide et puante. Cave qu'il pouvait enfin découvrir à loisir, d'ailleurs. Ses yeux bleus parcoururent la pièce, découvrant avec une grimace de dégoût une salle de torture dans la plus pure tradition. Visiblement, la réputation de chienne sadique de la Faction Rouge n'était pas surfaite. Restait à prendre le maximum d'informations de la seule source potentielle qu'il possédait à l'heure actuelle ; Morgan. Ran n'étant pas là, quelqu'un finirait bien par s'occuper de son cas. Autant savoir dès maintenant qui et quand. ~

*La tarée avec son cure-dent, avec la chance que j'ai...*


~ Malgré ses dix-sept, il n'était que trop conscient de la mouise complète dans laquelle il se trouvait. S'il tombait sur un Akabatsu dans un mauvais jour, nul doute qu'il lui en couterait sévèrement. Déjà avec un Akabatsu de bonne humeur... Il aurait été bien prétentieux et stupide de ne pas éprouver de peur, entre la promesse implicite de tortures et de mort de par sa présence dans cette salle précise. Même s'il restait toujours la possibilité que ce soit du bluff, vu qu'il restait la seule monnaie d'échange possible pour marchander la libération du Leader Rouge. Mais il n'oubliait en rien qui il était, ni la fierté orgueilleuse qui était la sienne. De toute manière, c'était bien la seule chose qui lui restait en cet instant, en dehors de ses vêtements. Il pris donc son mal en patience, refusant de montrer sa douleur. Son infirmier allait lui manquer pendant son séjour, c'était certain... ~

« Et sinon, quel est le programme ? »

~ Il avait prit un ton aussi détaché que possible. Hors de question de se laisser impression parce que monsieur-madame sortait sa cigarette et prenait ses grands airs ! ~

------------------------
Revenir en haut
Morgan Klaus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/04/2010, 22:21    Sujet du message: [Event Aobatsu] In Jail... Répondre en citant

Un monde froid et sans âme, réduit à un simple lambeau avec les années passées. Tout se rapproche de cette effroyable et morbide récit dont j'ai un jour prit connaissance, plongé dans l'abyssale froideur du vampirisme romantique. Ce n'est là que des conneries, et pourtant je trouve là une dérangeante similitude avec ce qui assombrit nos vies à Sasuitachi. Être en vie ne veut rien dire lorsqu'on est un rat tel que je le suis, et demeurerai jusqu'à ce que la mort m'emporte. Un rat, un moins que rien, une ombre, un murmure. Je ne supporte plus de porter l'autre face du masque dans toute cette morbide hypocrisie. Une chose néanmoins m'arrache à la morosité, et c'est là une idée bien plus terrible encore. Je sens dans chaque fibre de mes os, la fin s'approcher, et dévorer lentement ce qui me reste d'âme. Si encore j'en possède une au delà de cette chirurgie. Un sourire carnassier étire mes lèvres, en songeant aux divers sobriquets dont je me vois affubler, même ici. Je ne suis pas un humain, mais un monstre qu'un désir d'orgueil engendra. Tout ça pour échapper à ce que je ne voulais pas voir. Ce fut bien vain. Aujourd'hui je suis un loup, craint plus qu'apprécié, prêt à présent à se jeter sous les roues du premier camion venu.

 Quelle ironie en contemplant l'ardeur avec laquelle je me battais par le passé.

Mais apprendre la vérité m'a ruiné, a ruiné les espoirs de vivre un jour en paix. Sasuitachi disparaîtra dans le sang, lavé ensuite par les larmes du ciel. S'en est certain. Allan nous a tous condamné dans sa folle entreprise de prospérer. Et je lui en veux terriblement de se jouer si bien des laquais qui l'entourent. Même Ran n'a pas pu y échapper, et son pauvre ignorant de fils n'est pas mieux logé. Je le regarde d'ailleurs ce petit blondinet, inconscient du sourire qui prend place sur mes lèvres blafardes. Je tire une latte de ma clope, assujetti à la beauté féline de l'homme en devenir. Ino a été usé, jusqu'à mettre sa propre vie en danger. Pourtant le Maire sait bien que les rouges ne sont pas plus sages que les bleus. Alors pourquoi risquer de le perdre lui aussi ? Je ris faiblement, m'imaginant réellement avec le cul entre deux sièges, car ma position n'est plus si évidente qu'elle avait pu l'être par le passé. Et je sens là tout l'inconfort de la situation, dans ce regard presque dédaigneux qui se pose sur moi. Je sais ce que je suis, et malgré la lassitude, je le demeurerai jusqu'au dernier souffle. Je n'ai pas de position dans ce conflit, je souhaite simplement que le ciel cesse de pleurer du sang sur l'horizon blafard de nos vies.

Alors j'attends que le temps passe, laissant au soin de l'oubli d'accueillir les quelques questions qui me vrillent les tympans. L'excès de zèle du môme m'agace mais l'apanage de la jeunesse et là, et je le trouve chanceux de pouvoir se mesurer au loup, quoiqu'à bien y regarder je suis plutôt boiteux que vigoureux. Mais la mort qui se distille dans mon corps me redonne ce semblant de vie que je cherche à capturer. Je réfléchis, vite. Cette situation est dangereuse, et les conséquences terribles pour le mouflet. Je sais Ran en sureté, bien que je ne puisse m'empêcher de grogner face au sang qui sera encore inutilement versé. Allan je te hais pour ce que tu as engendré. Mon expression s'ourle d'une étrange manière, entre le sérieux et le délirant souffle vitale du danger. Je le sens poindre dans cette obscurité, nous observer, prêt à ronger nos os pour ce que je vais faire bientôt. On chassera le traître, tant pis. Ino ne doit pas souffrir pour une cause qu'il ne comprend même pas. Je ne veux plus voir la mort se répandre dans mon sillage. Je ne veux plus perdre personne.

Ran. Pardonnes-moi.

Silencieux, je m'appuie nonchalamment sur l'os de mes genoux, la tête baissée, je laisse tomber la cigarette entre mes lèvres. La malheureuse termine sa course sur le sol crasseux et je l'observe se consumer d'elle même, hanté par une vision morbide dans mon regard azuré. Je ne voulais pas en arriver là, mais je n'ai guère le choix. Mon esprit se répugne à laisser le môme pourrir ici, quand bien même sa verve m'encouragerai presque à le faire. Il me hait, c'est très probable, et ce n'est pas pour gagner sa cause que je vais prendre un chemin plus épineux encore. Je refuse de voir un cœur s'éteindre encore pour cette folie. Le monde est fou, nous sommes tous fous, et moi le premier. C'est sur cette conclusion que je m'extirpe douloureusement de ma torpeur effrayante. Le sang coure sur ma peau laiteuse, se mêlant habilement au tissu sombre, la sensation m'enivre, pénètre ma chair, jusqu'à faire hurler mes nerfs d'une extase contenue.  La mort me semble si proche et lointaine à la fois, enrobée d'un paradoxe charmant qui me fait alors sourire. Morgan est mort dans ces égouts. Morgan est mort le jour où Katô a sauté le pas bien malgré lui. Morgan est mort avant même d'être né. Mes viscères se sont flétries avec les décennies, et ne reste ici-bas qu'un tas de cendres amères.

Je fais peut-être ça pour trouver une certaine rédemption, un pardon pour la vie affreuse que j'ai pu mener. Je refuse de partir sans oublier.

Un pas, puis un second dans la direction du blondinet. Je n'ai pas dit un seul mot depuis de longues minutes, trop longues pour être réellement rassurantes. L'air s'est appesanti dans cette triste morosité ambiante, et la tension me semble plus palpable encore qu'à mon arrivée. J'avise alors une barre métallique dans un coin sombre. Me penchant, je m'en empare, enroulant mes doigts noueux autour de cette merveilleuse sensation glacée. Il n'y a rien d'autre ici en dehors de ça qui puisse aller. Et me voilà à quelques centimètres de Ino, mon visage impassible dressé vers le sien. Je ne dis rien, et rien ne peut l'aider à supposer mon intention primale. Mes iris azurées s'enivrent du contour blafard des liens métalliques. J'en ai assez. Assez de cette existence, de ces vies gâchées les une après les autres, pour le bien de quelques uns. Ino, tu seras le seul à savoir, le seul à voir. Une inspiration, et je laisse la bête m'envahir de nouveau, distillant cette sensation rageuse dans mes os. Le venin de la colère se mélange au désespoir, annihilant toute autre pensée cohérente dans mon esprit harassé. Je veux trouver la force de tout briser. Morgan n'est plus qu'une bête effrayante et enragée. Allan, je te hais. Et c'est toi que j'imagine alors que mes bras se lèvent au dessus de ma tête.

Tout briser.

La barre de métal retombe violemment sur la structure des liens du mouflet. Une première fois l'assaut se solde par un échec, le métal à peine ébranlé par ma force caverneuse. Je siffle entre mes dents, et le souffle se fait grognement. Le coup retombe une seconde fois, et se multiplie dans toute la violence ignoble que je déverse. Les clous cèdent les premiers, et le lien chancelant fini par s'effriter jusqu'à tomber lourdement sur le sol. Lâchant mon arme de fortune, je saisis avec douceur le jeune Ino avant qu'il ne tombe lui aussi, évitant soigneusement d'appuyer mon bras contre sa blessure. La colère s'efface soudain. Mon souffle est rauque dans ma poitrine osseuse, et je peine à le reprendre, encore surprit par l'intensité de ma propre rage. Une rage animal, diamétralement opposée à ce contrôle quasi militaire que je m'impose. Un sourire vient découvrir mes canines félines tandis que je me redresse. Le bruit a certainement dû être entendu. Quoiqu'ici nous sommes dans les profondeurs de Sasuitachi, et personne ne viendrait à penser que Morgan est un traître au sang des Akabatsu. Pourtant je ne laisserai pas Ino fourrer son nez là où il ne doit pas. Son impétuosité maladive risquerait de coûter la vie à beaucoup d'entre nous, et je refuse d'en avoir la responsabilité.

Je me tourne vers le mouflet, sans doute encore surprit de la violence de mon acte, même si je le soupçonne de vouloir dissimuler ce qu'il peut ressentir, un peu à la manière des vieux blasés.


" La suite du programme ? ... Te libérer."

Me baissant, je saisis le bout d'étoffe usé pour masquer le regard du jeune bleu. Posant ma main sur son épaule, je le fixe d'un air grave. Pas de moquerie, pas de nonchalance. Là se dresse le vrai Morgan.

" Mais pour ça il va falloir que tu me fasses confiance. Je ne veux pas que du sang soit versé inutilement. "

Je lui montre le morceau de tissu noir. A lui seul appartient cette décision, et je me répugne à lui imposer. En cas de refus j'aviserai, mais ce n'est là que pure affabulation. Je compte, peut-être un peu trop, sur la fine intelligence du gamin, et j'espère qu'il ne me trahira pas. Mon corps cependant me rappelle à l'ordre d'une douloureuse manière, et le sang se fait plus avide sur mon corps maigre. La vie m'échappe, mais si je dois disparaître, autant que ce soit en faisant quelque chose de bien pour une fois. Le mouflet, sera le dernier à savoir.

" Néanmoins la décision t'appartiens, Inocence. "
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 27/04/2010, 18:18    Sujet du message: [Event Aobatsu] In Jail... Répondre en citant

Katena avait entendu dire dans les rues de la ville souterraine qu’Ino avait été capturé en représailles à l’enlèvement de Ran. Cette rumeur fut confirmée l’après-midi même lorsqu’elle se rendit au QG militaire de la faction rouge pour y obtenir des renseignements sur une éventuelle opération de sauvetage. Ayant gagné en sagesse, elle avait décidé de s’informer avant de passer à l’action seule. Mais la présence dans la ville clandestine du petit sanglier blond changeait la donne : les akabatsu avaient de quoi négocier. Mais il faudrait jouer la partie finement et la jeune experte du sabre avait des doutes quand à la fiabilité de ses camarades sans le soutien et les directive de leur loup de chef. Loup dont elle avait vu, l’espace d’une soirée, certaines des plus sombres facettes.


* Un gamin dans un corps d’adulte brulé par la propre force de sa volonté… Ran, où es tu allé te fourré cette fois ? J’aurais du me mettre à te suivre et veiller sur toi, tu as de trop petites pattes pour me semer. Mais ça ne se fait pas d’épier son chef alors bon… Et puis ça suffit, assez perdu de temps en pensées stérile, il faut que je vois ce charmant nain aux yeux bleus. *


La jeune femme entra dans la prison de Sasuitachi Underground, un lieu lugubre froid et humide. La prison idéale en un sens : qui a vite fait de vous briser le moral alors que les geôliers brisent votre corps. Une rapide conversation avec les gardiens lui permit de savoir où se trouvait sa proie. Evidemment, il était dans un endroit difficile d’accès, personne n’avait envie de le voir sortir prématurément. Soit, elle se mit en marche, ses talons hauts claquant contre le béton froid et nu du sol.
Elle descendait la dernière volée de marche quand les bruits de chocs sourds vinrent à ses oreilles.


* C’est quoi ce bordel !? *


Elle s’immobilisa un instant sous le coup de la surprise puis repris sa descente d’un pas accéléré pour arriver dans le dernier couloir. Au bout de l’enchainement de béton et de barreaux d’acier noirci par le temps et l’humidité, elle pu voir la fin de la scène : Morgan détruisant l’attache au mur des chaines retenant Ino.
La guerrière ne connaissait pas bien cet autre homme aux cheveux noirs, elle l’avait vu quelques fois discuter avec Ran mais pour autant qu’elle le sache, c’était un autre solitaire. Etrangement, un sentiment inconscient l’avait toujours dissuadée d’approcher cet homme. Peut-être qu’elle n’aimait pas qu’il puisse avoir des rapports privilégiés avec Ran, tout simplement. D’ailleurs, elle ignorait son nom.
Quoi qu’il en soit, il allait devoir s’expliquer car son acte était pour l’instant incompréhensible et de toute façon impardonnable. D’un geste du pouce, elle dégagea Mémento Mori de son saya et s’approcha en toute discrétion des deux hommes en train de converser. Elle s’immobilisa à la portée idéale et se mit en position offensive.


- Je crois que la libération devra attendre ! Si tu veux te retourner, fais-le très lentement…


Commença la tueuse en tailleur rouge sang. En fait, à la couleur près, son tailleur et sa jupe étaient exactement les même que ceux qu’elle portait lors de sa première rencontre avec le fils du maire, une coïncidence qui aurait pu l’amuser si elle s’en était rendue compte. Mais pour l’heure elle était bien trop occupée à fixer le cou de sa future proie, un faux mouvement pouvait signer sa fin.


- Et donne-moi très vite une bonne raison de ne pas faire rouler ta tête sur le sol.


Comme toujours dans ces situation, la voix de Katena c’était faite très dure, pas féminine pour deux sous alors qu’avec ses vêtements de marque, sa coiffure impeccable et son maquillage sophistiqué, bien peu d’hommes hétéro auraient pu résister à un quart d’heure de conversation avec elle. De plus, Ino, qui n’avait qu’à tourner la tête pour la voir, pourrait facilement constater la noirceur de son regard. La teinte inhabituelle de ses yeux la rendait encore plus inquiétante.
Le temps sembla se suspendre mais il fallait être idiot pour ne pas se rendre compte que la situation pouvait tourner à la catastrophe en un éclair.

* Un souffle de travers, l'ombre d'un doute dans ton regard et tu es mort, je n'aurais aucun regret, pas pour un traitre... Quand à toi blondinet, ne crois pas que je t'ai perdu de vue, je suis parfaitment au courant de ta présence. *
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:20    Sujet du message: [Event Aobatsu] In Jail...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi Undergrounds † -> † La salle des tortures Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com