Index du Forum


 
 Index du ForumS’enregistrerConnexion

:: Comme un loup en cage... ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi City † -> † Le commissariat -> Les cellules
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 09/11/2009, 16:38    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Le réveil avait été dur pour Ran. Encore sonné, il porta la main à sa tempe en grognant. Dormir lui avait fait tellement de bien. Pourquoi cette douleur venait lui tarauder le crâne et le sortir de cette torpeur chaleureuse ? À présent qu’il ouvrait les yeux, une lumière pâle l’agressait littéralement, lui brûlant la rétine, et il sentait le froid de la pièce l’imprégner... Il tourna la tête un instant vers un mur gris de pierre et ses lèvres tremblèrent le temps d’un soupir d’incompréhension. D’un air hagard, il fixait les aspérités de ce mur, comme si les observer de si près allait lui révéler ce qui lui arrivait. Mais rien ne vint... Tiraillé par une raideur dans la nuque, il glissa un regard vers ce qui lui servait de lit. Un banc grossièrement aménagé pour permettre à un homme de s’y étendre. Et il ne connaissait que trop bien ce décor. Brusquement, il se redressa, manquant de peu de tomber de son lit de fortune.

*Qu’est-ce que je fais ici ?*

L’afflux sanguin battant fort contre sa tempe blessée lui rappela que les gestes brusques n’étaient pas conseillés dans un tel état de faiblesse. Il sentit sa gorge vibrer en un gémissement, mais le bourdonnement incessant dans ses tympans l’empêcha d’entendre sa plainte lancinante. Il écarta sensiblement les jambes, tâtant le sol de ses semelles compensées, puis il prit appui de toutes ses forces contre le mur derrière lui pour se redresser. Il se sentit un peu nauséeux... Il s’était levé trop tôt, mais un loup ne restait jamais à terre pour reprendre des forces. Il se surpassait pour toujours tenir debout et rester sur le qui-vive. Et déjà Ran levait ses iris écarlates vers la pièce qu’il avait plusieurs fois fréquentée. Il contempla un long moment ces barreaux noirs. Des souvenirs lui revenaient...

Une embuscade... une embuscade grotesque ! Le convoi chargé de ramener la drogue et les armes à Sasuitachi Undergrounds avait été cerné par les Aobatsu, avec à leur tête cette peste blonde. Ran avait bondi sur le toit du camion et était parvenu à sauter par-dessus les lignes ennemies, mais un soldat bleu qu’il n’avait pas vu à temps l’avait accueilli à coup de crosse de fusil dans la tempe... Et après, c’était le trou noir. Le jeune leader rouge ne se souvenait de rien d’autre. Tout au plus ressentait-il dans son inconscient le souvenir de la pluie froide battant sur son visage, en contraste avec le sillon chaud du sang coulant le long de sa joue blanche.

Ce n’était pas la première fois que Ran se retrouvait en prison. Combien de fois s’était-il retrouvé en cellule, à discuter avec le commissaire, ce dernier ne cachant pas son air blasé à chaque fois que le leader rouge lui rendait visite. Mais là, cette fois, Ran n’entendait pas sa respiration forte si particulière... Il n’entendait pas non plus ses doigts pianoter sur le clavier, ni même son briquet zippo qu’il s’amusait à ouvrir et à fermer successivement... Cette fois, le jeune garçon n’était pas là pour purger une petite peine exemplaire. On l’avait littéralement séquestré ici pour d’autres raisons certainement plus machiavéliques, mais qu’il ne comprenait pas encore...

« Ha ha ! La princesse est réveillée ? »

Le regard chargé de haine et de rage, Ran gronda à la vue des deux militaires portant l’écusson bleu sur leur épaulette droite... Visiblement, cette situation les amusait. Orgueilleux dans le désespoir, le jeune adulte trouva une meilleure stabilité et gagna en équilibre pour une attitude moins vulnérable. Il ne fallait surtout pas fléchir les jambes devant ces gens-là, ni même leur tourner le dos. Et encore moins baisser les yeux.

Les deux hommes s’échangèrent un regard. Comment ça, cette garce les prenait de haut ? Pour qui se prenait cette tantouse qui ne méritait même pas la balle qui devait lui trouer la peau ?

« T’as intérêt à te montrer plus humble, Ran Yashin. »

L’un des d’eux ouvrit la cellule pour y entrer et il apprécia la bestialité qui émanait du prisonnier. Ce regard farouche, cette attitude sauvage... En voilà un qui savait s’y prendre pour titiller la curiosité et développer autour de lui une attraction tout simplement fascinante. L’homme ne put néanmoins se contenir et l’irrépressible envie de frapper le leader rouge le submergea. D’un coup de poing sur la joue, il fit courber l’échine à cette peste qu’il haïssait autant qu’il l’admirait.

« Baisse le regard devant moi ! »

Mais Ran n’avait pas encore la sagesse des vieux loups, et malgré la douleur lancinante sur sa pommette, il leva les yeux vers son agresseur et se redressa.

« Quoi, tu défies l’autorité, c’est ça ? » L’homme l’empoigna par le col pour le plaquer violemment contre le mur. « Tu penses vraiment être en position de force pour te permettre une telle attitude ? Tu es fait, Ran Yashin... Cette fois, plus personne ne te prendra en pitié... On va parler de ton cas au Maire et tu serviras de martyr pour faire sortir de leurs égouts tous ces rats qui sont à ta botte. »

Sans crier gare, Ran lui mordit sauvagement la main et fit couler le sang, poussant l’homme à lâcher prise et s’écarter. Ahuri, le militaire accusa mal le coup. Se saisissant du jeune homme, il le propulsa contre les barreaux pour l’assommer, puis il le jeta violemment à terre et lui assena un coup de pied dans le ventre.

« Pétasse... »

Vexé, l’homme cracha au visage de Ran et quitta la cellule, pestant des injures incompréhensibles. Cependant, le leader perçut les termes « rage » et « vaccination ». Trop sonné pour renifler son mépris, Ran se releva en un réflexe de survie et serra les dents, passant sa main sur la joue diffamée par la salive de ce sale type.

« Même mort, je ne baisserai jamais les yeux... » souffla-t-il, comme une promesse.

Car ce n’étaient pas des barreaux qui feraient de lui un prisonnier soumis. Même dans une cage, un loup était libre.

------------------------


Dernière édition par Ran Yashin le 04/07/2012, 23:41; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 09/11/2009, 16:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 10/11/2009, 22:11    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Starke descendit les marches de béton de l’escalier menant aux cellules juste à temps pour assister au tabassage en règle d’un prisonnier. Quelques bribes de conversation plus tard il comprit de qui il s’agissait et commença instantanément à faire la grimace. L’homme fit craquer ses phalanges en se rapprochant du milicien déjà blessé à la main. En arrivant à sa hauteur, il le frappa à l’estomac. Le coup de poing le fit s’effondrer sur lui-même mais l’américain le saisit par le cou et le souleva au dessus du sol avec une facilité improbable. Son camarade voulu intervenir mais le canon du flingue qui sembla apparaitre sous son nez l’en dissuada immédiatement.
 

Espèce de cancrelat imbécile, tu viens de violer le code de la guerre en agissant ainsi…
 

Il fit glisser ses lunettes d’un geste habile de la tête pour que l’homme puisse apprécier la noirceur de son regard.
 

* Votre cause est déjà illégitime alors si en plus vous bafouez les règles… Heureusement que ce job paie très bien… *
 

Pensant profiter d’un moment d’inattention, celui qui avait une arme braquée sur la tête tenta de renverser l’Oni Sanglant mais il fut sanctionné de son erreur par un coup de crosse sur l’oreille et visiblement, la douleur était terrible.
 

La prochaine fois, je tire !
 

Impossible de douter de son sérieux. Il lâcha enfin sa première proie en le lançant vers l’escalier comme un sac de linge sale, l’homme toussa tout son sou en se tenant la gorge tandis que des traces violettes et jaunes commençaient à apparaître sur son cou. Puis le tigre sibérien se tourna vers l’homme à l’oreille cassée.
 

Va chercher de la nourriture, de l’eau et deux verres. Dépêche-toi !
 

Son cri résonna dans toutes les cellules et un peu de plâtre tomba du plafond. Aucun des deux hommes n’avait plus le courage de tenter quoi que ce soit et ils s’en allèrent d’un pas pressé. Pendant ce temps, le colosse pris la table et la chaise du surveillant et les amena devant la cellule de Ran Yashin. Puis, il ouvrit la cellule, fit entrer le mobilier et entra à son tour. Il installa la table au milieu de la pièce avant de s’asseoir sur la chaise, à l’envers, les coudes appuyés sur le dossier. L’homme laissa s’écouler quelques minutes sans rien dire, observant le loup meurtri mais encore fier. Ses lunettes s laissaient parfois de petits flashes lumineux trahir le fait qu’elles analysaient le jeune homme sous toutes les coutures, l’assurant au passage qu’il s’agissait effectivement d’un homme… Rien de tel que les scanners thermiques pour s’assurer de ce genre de choses, les deux points de chaleur rouge ne trompaient pas.
 

* Alors c’est lui la terreur de la ville… Ma proie… Je suis presque déçu, je me suis fait griller par le petit blond. Bon, d’un autre côté je ne suis pas là depuis longtemps et on m’a imposé des règles contraignantes. A moi de faire rebondir la balle en ma faveur. *
 

Un bruit de déglutition le tira hors de ses pensées, il s’agissait du milicien qu’il avait chargé de ramener de quoi manger et boire : du riz blanc, ce qui semblait être de la viande et un peu de salade.
 

- Monsieur… Heu…
Pose ça sur la table et casse-toi !
 

L’homme s’exécuta sans un mot et sembla même faire de son mieux pour disparaître le plus vite possible. Starke pu alors reporter son attention sur le leader rouge. Il laissa le silence se réinstaller avant de servir deux verres d’eau. Il prit enfin la parole, d’une voix monocorde :
 

Mange un morceau et boit un coup, ça ira mieux après…
 

La curiosité du mercenaire était trop forte, il fallait qu’il en sache plus sur ce personnage…


------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 04/07/2012, 16:34    Sujet du message: Re: [Event Akabatsu] Comme un loup en cage... Répondre en citant

La résonance des barreaux parcourait encore sa boîte crânienne et le jeune leader s'était assis sur le petit banc, déboussolé et incapable de tenir sur ses jambes. Ses mains blanches parcourait les cheveux de jais qui recouvraient ses tempes et fermant ses fines paupières bordées de longs cils, il recherchait un peu de réconfort par le biais de ce massage qu'il s'offrait. Le bruit d'un mobilier déplacé lui sembla provoquer un vacarme assourdissant et Ran leva ses iris écarlates, les pupilles rétrécies par la colère et la souffrance auditive. Allons bon, même en prison on ne pouvait jouir d'un peu de silence ? Avec un grognement sourd, il étudiait les moindres gestes du colosse étranger qui aménageait sa cellule sans lui demander son avis. Aussi ridicule que cela pût paraître, le petit Taïwanais estimait que cette prison était son territoire et que nul n'était autorisé à le violer impunément.

Bon, au vu de la carrure de l'adversaire, il était peut-être plus judicieux de rester reclus dans son coin et d'attendre le déroulement des faits. Car nul doute que le Gaijin souhaitait lui parler. Qui était cet homme ? Pour qui travaillait-il ? Le Maire était-il au courant des agissements de ce prédateur ? L'individu semblait mû par une volonté qui lui était propre, indépendante de tout courant politique au sein de cette ville. Et tous ici semblaient le craindre. Pourquoi donc ? Il était certes imposant et rapide, mais il n'en restait pas moins un humain, avec sa force et ses failles. Dans tous les cas, Ran se contentait de le fixer sans ciller, dardant sur l'intrus ce genre de regard qu'on ne peut oublier ; le regard d'un loup, que l'on ne peut effacer de sa mémoire une fois qu'on l'a croisé. Le regard d'un animal qui inspire le respect, la fascination et qui incarne toute la beauté primitive d'une époque séculaire.

Car à seulement vingt-et-un ans, ce gamin farouche au port altier connaissait la maturité d'un chef de guerre témoin des pires horreurs que son espèce biologique pouvait commettre. Peut-être était-ce pour cette raison que dans son attitude, plus rien ne laissait soupçonner l'âme d'un être humain ? Les atrocités de l'Homo Sapiens sous les yeux d'un enfant innocent ne pouvaient qu'engendrer un sentiment de déception et pousser le triste spectateur à nourrir un coeur sauvage.

« Mange un morceau et boit un coup, ça ira mieux après… »

Comme avec ses pairs, cet homme lui parlait avec fermeté. Pourtant, ce n'était pas un ordre à proprement parler, là où les précédents interlocuteurs avait souffert d'un ton menaçant. Mais Ran était d'un naturel méfiant. Il se contenta de rester assis sur son banc, fixant toujours l'étranger sans cligner des yeux.

« Je doute qu'il te soit utile que je me présente... Je suppose que si tu t'installes dans ma cellule, c'est parce que tu me connais au moins de nom. Mais pour ma part, à qui ai-je l'honneur ? » murmura-t-il d'un ton calme et mesuré.

Détonnant avec son attitude hostile et son regard de prédateur, Ran était pourvu d'une voix étonnamment douce et... féminine. Ce qui ne manquait jamais de surprendre ses interlocuteurs au premier échange.


------------------------
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 11/07/2012, 22:34    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Ô oui, Starke ne connaissait que trop bien ce regard, celui du chef de meute qui voit un étranger entrer sur son territoire, celui du fauve prêt à sauter à la gorge de sa proie, le regard en fait, des combattants qui méritaient qu’on s’intéresse à leur cas et aussi qu'on les respecte. Mais puisque le jeune leader de la faction rouge lui adressait un tel regard, il se devait de lui répondre. Remontant ses lunettes sur son front, il ancra ses yeux dans ceux de son interlocuteur, ne cachant rien de sa propre puissance prédatrice, chauffée à blanc et prête à exploser à la moindre provocation. Ran était un meneur, et un très bon à en croire la rumeur, Starke était un tueur, il était important que chacun connaisse sa place pour que la conversation se déroule sans accro.

* Le tigre rencontre un loup, encore… *

Un sourire carnassier se dessina sur le visage de l’américain alors qu’il s’asseyait confortablement sur la chaise qu’il avait prévue pour lui.

Allons donc, on ne t’as pas encore parlé de moi ?

Demanda-t-il, ironique, avec une pointe d’accent dans la voix.

Je suis Starke Crimson, l’Oni Sanglant, mercenaire engagé par le maire de cette ville pour aider sa faible milice à venir à bout des insurgés et protéger quelques personnes stratégiques dont son illustre rejeton. Quoi qu'à son intonation, je crois qu'il aurait volontiers dit "feral brat".

C’était du moins la version officielle car dans les faits, le seigneur de guerre entrevoyait un écheveau bien plus complexe devant lui et brûlait d’en découvrir tous les tenants et les aboutissants.

Ha, j’allais oublier, il semblerait qu’une panthère me considère comme son rival en combat à l'arme blanche et je suis l’amant d’une nuit d’une louve rouge. Aussi, tu comprendras ma surprise lorsque tu me demande qui je suis, isn’t it ?

Il ne put s’en empêcher, il aurait même voulu rajouter un "pour l’instant" derrière son une nuit. Mais il savait que pour pousser un homme à montrer ses failles, fut-il homosexuel, il fallait parler des femmes de sa vie.

Allez, prend donc un peu d’eau…

Insista-t-il.

Ça calmera le feu dans ta gorge, mademoiselle Ran Yashin.

Mais alors qu’il parlait, le mercenaire fit des signes avec les mains au jeune homme pour lui faire comprendre discrètement qu’il avait bien compris qu’il s’adressait à un garçon. Le garde était de dos, il ne pouvait rien voir de leur manège, peut-être même ne voulait-il rien en entendre.


------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 12/07/2012, 13:02    Sujet du message: Re: [Event Akabatsu] Comme un loup en cage... Répondre en citant

Voilà une remarque blessante de la part du louveteau qui, submergé par les tâches à accomplir et les responsabilité de son rôle de leader, avait occulté l'arrivée de cet étranger. Pourtant, le Maire lui avait fait part de cette intrusion parfaitement organisée, et en rassemblant ses souvenirs, Ran avait effectivement déjà entendu parler de lui. Nombre de ses hommes n'étaient pas revenus de certaines missions, et ceux qui en réchappaient étaient simplement des victimes que l'Oni Sanglant avait consenti à épargner. Ces derniers jours, le jeune Taïwanais s'était promis de rencontrer le prédateur de ses rues, mais la milice bleue en avait décidé autrement. Finalement, l'homme venait à lui. À croire que le Destin exigeait l'affrontement de ces deux tempéraments.

Un tigre... Cet homme était un tigre. Ce genre de fauve au sommet de la chaîne alimentaire, et qui ne souffrait d'aucune menace d'origine animale. Après tout, le pire ennemi de toute espèce était bel et bien l'Homo Sapiens en personne. Mais en accusant ces iris de prédateur, Ran réalisait peu à peu qu'il avait déjà connaissance du fameux Starke Crimson. Un tigre... C'était donc de lui que Yasu parlait en ces termes... Et la remarque de l'Américain à propos d'une louve rouge confirma ses pensées, paraissant toutefois bien cynique aux oreilles du gamin. C'est pourquoi le louveteau ne sourcillait pas, gardant une expression fermée, constante et insistante. Il respirait avec calme et régularité, ne laissant jamais son coeur prendre le dessus et battre plus fort sous le sentiment d'humiliation fait à un membre de sa "portée". Du moins, c'était ainsi qu'il ressentait l'aveu.

« Je te prie de m'excuser, je n'ai pas fait le rapprochement alors que j'ai effectivement eu affaire à toi plusieurs fois, de façon indirecte. » chuchota-t-il en fermant les yeux pour la première fois, ses longs cils ombrant ses pommettes pâles.

Il se leva, se redressant de toute sa hauteur. Si pour un homme, il n'était pas d'une taille exceptionnelle, Ran n'était pas non plus un personnage aussi petit qu'on le croyait. Après tout, lui et Yasu faisaient la même taille. Cependant le jeune asiatique était plus léger de quelques kilos, ce qui lui donnait une silhouette moins imposante que celle de sa soeur, mais néanmoins charismatique, à l'image de la légende qu'il représentait dans cette ville. Il s'approcha d'une démarche ample et ferme, pénétrant dans la bulle du tigre sans la moindre hésitation. Après tout, un loup alpha ne connaissait pas le frisson ni la crainte quand la protection de sa meute était en jeu.

Un sourire amusé étira ses lèvres joliment dessinées alors que l'Américain l'appelait "Mademoiselle".

« La flatterie ne te mènera à rien... » rétorqua-t-il judicieusement, entre taquinerie et jeu de scène en présence de ses geôliers.

Il prit place sur la chaise en bois et effleura prudemment le verre d'eau qui lui avait été servi. Il se demandait encore pourquoi l'homme voulait le rencontrer. Peu conscient de sa notoriété, Ran était un leader dans l'âme, mais son humilité était toujours restée intacte et entière. Cela, l'étranger américain le sentirait aussitôt, si ce n'était pas déjà fait.

« Pour être honnête, je ne m'attendais pas à ce que ma première visite soit faite par Starke Crimson en personne. »

Le tigre venait-il pour lui proposer quelque chose ? Un défi officiel ? Une aide ? Ou bien était-ce juste pour faire connaissance avec le chef Akabatsu dont le Maire avait certainement fait référence ? Ran n'appréciait guère cette popularité. Il savait qu'il la méritait, ses talents au combat à mains nues, au sabre ou à l'arme à feu ayant été maintes fois prouvés au cours de sa jeune carrière. Mais au fond de lui, il restait un jeune adulte à peine sorti de l'adolescence, même pas totalement formé physiquement, qui portait sur ses épaules un poids lourd de responsabilités. Les gens qui souhaitaient le rencontrer s'attendaient forcément à découvrir quelqu'un d'extraordinaire, et cette attente presque palpable le mettait mal à l'aise. Il était un soldat d'exception, mais en aucun cas un individu exceptionnel. Du moins, c'était ainsi qu'il se considérait, quitte à décevoir ceux qui cherchaient à le percer.

Silencieux, Ran ne cessait de fixer Starke, mais cette fois-ci avec une certaine curiosité. Sans pour autant baisser sa garde, il montrait un intérêt sincère envers son invité imposé.


------------------------
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 17/07/2012, 21:16    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Visiblement, Ran prenait de manière très personnelle ce qui pouvait arriver à ses proches et certains de ses officiers. Starke savait par expérience qu'un tel comportement, s'il assurait souvent l'admiration de ses subordonnés, faisait supporter une charge émotionnelle énorme au leader qui choisissait cette voie. Si les choses devaient s'envenimer en ville, il saurait donc comment faire sortir le loup alpha de sa tanière : frapper les betas et les gammas.

Un autre point attira l'attention du mercenaire : le chef de la faction ennemi avait déjà entendu parler de lui, ce qui signifiait que la communication était bonne. D'un autre côté, il avait semé les indices comme on lance du riz à un mariage. C'était plus fort que lui, il aimait se faire annoncer. D'autant plus que dans la plupart des cas, sa seule réputation pouvait provoquer un vent de panique chez l'ennemi.

Starke Crimson en personne ? Tant de politesse alors que ma réputation a à peine effleuré les côtes japonaises… Qu'est ce que ça sera quand vous serez tous au courant de qui je suis réellement ?

Il n'était pas dupe, le Japon était un pays stable et puissant, pas un endroit où l'on a régulièrement besoin de soldats à louer, il était donc logique qu'on ne s'intéresse pas à un homme tel que lui. Cependant c'était aussi une corde sur laquelle il pouvait jouer.

Bon, arrêtons là les cérémonies nippones ! Je suis venu ici pour me faire une idée de la bête noire de mon employeur…

Le seigneur de guerre s'arrêta là, détaillant le loup noir derrière ses lunettes de combat. Il avait tous d'une personne bien entrainée et en bonne santé, puis ce regard et ce sourire… Des attributs qu'il fallait pouvoir assumer dans une zone de guerre, car l'un comme l'autre avait le don de déclencher la fureur de l'ennemi.
Pourtant, dans la tête du gaijin, quelque chose ne tournait pas rond. Pourquoi était-il là, au secret ? Pourquoi n'était-on pas en train de faire chauffer la chaise électrique ou d'affûter un sabre ? Pourquoi cette capture n'était pas fêter comme une fin de conflit ?

… Et j'espère que l'évasion n'est pas prévue pour tout de suite parce que j'ai envie d'en savoir plus, beaucoup plus. Car vois-tu petite, je sais que je projette l'image du pur produit de la guerre à l'américaine : stéroïdes et armes lourdes. Mais je peux me vanter d'avoir aussi un cerveau, ce qui est déjà pas mal quand on ne peut pas se permettre d'avoir un cœur.

* Quoi que ça, sa frangine pourrait en penser autre chose. *

Alors pour commencer, il y a une question capitale qui me trotte dans la tête : Est-ce que tu es un chef de guerre ayant juste besoin d'un prétexte ou est-ce que tu es une vraie idéaliste ?

Même s'il faisait l'effort de ne pas arracher la couverture du leader rouge, il ne s'était pas gêné pour poser une question piège, une question qui pourrait pas mal l'éclairer sur la situation de Sasuitachi. Et si sa question était perçue comme une insulte, il lui semblait évident que son adversaire ne serait pas en état de lui faire grand mal. Ceci dit, il espérait vraiment obtenir des réponses car les pires questions étaient à venir.


------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 19/07/2012, 18:14    Sujet du message: Re: [Event Akabatsu] Comme un loup en cage... Répondre en citant

Si le jeune Leader Rouge n'avait pas fait au préalable le rapprochement entre cet Américain et l'Oni Sanglant dont le Maire lui avait annoncé la venue, il ne pouvait cependant pas prétendre n'avoir jamais entendu parler des exploits guerriers de l'étranger. Car dès les premières semaines suivant son arrivée, Starke Crimson avait eu l'opportunité de se rapprocher de Ran, tel un Cavalier Blanc approchant le Roi Noir et avalant sur son passage les pions des premières tranchées, détruisant la Tour, achevant le Fou, affrontant son alter-ego de l'ombre et défiant même la Reine... Dans l'unique but d'atteindre la pièce maîtresse de l'échiquier. La vaincre ? Peut-être... Mais au moins se glisser à ses côtés pour l'étudier et peser sur elle une ombre menaçante.

Yasu avait joué son rôle de Dame avec brio. Entité puissante et mobile, cette pièce lui correspondait tout à fait et elle avait mené un combat acharné pour s'interposer entre le Cavalier Blanc et son Roi Noir. Malheureusement, cela n'avait pas été suffisant et elle avait été mise en échec. Restait à présent ce face à face entre le Seigneur et son rival audacieux.

« Tu sembles oublier que tu as broyé les côtes de ma soeur... Pourtant elle n'est pas la dernière en combat à main nue. Mon compliment à ton égard n'est pas un acte de politesse. Tu es un adversaire qui mérite le respect. Si j'avais eu en face de moi le cliché du parfait abruti bourré d'anabolisants, ma réaction n'aurait pas été la même. C'est l'Esprit que j'étudie et que j'apprécie à sa juste valeur. L'enveloppe charnelle ne signifie rien pour moi. »

Voilà qui était clairement établi pour Starke ; contrairement à sa soeur qui se méfiait beaucoup de l'aspect physique de ses rivaux, Ran ne se laisserait nullement impressionner par la masse musculaire de ses adversaires, tous forcément plus étoffés que lui. Des costauds futés, il en avait déjà terrassés, aussi gringalet fût-il. S'il avait conscience que l'Américain était d'un tout autre calibre et que le combattre ne serait clairement pas une partie de plaisir, le louveteau était également très sûr de lui et de ses capacités hors du commun. S'il avait survécu jusqu'à présent alors qu'il était chef d'une faction depuis l'âge de quinze ans, c'était bien parce qu'il avait les compétences d'un chef.

Un fin sourire étira ses lèvres douces alors que le Tigre mentionnait son absence de coeur. Finalement, il ne pouvait que bien s'entendre avec Yasu, puisque elle-même se considérait comme créature artificielle, recomposée de toute pièce par les clichés de bravoure qu'elle s'était mis en tête, se basant principalement sur l'image donné par leur père adoptif. Néanmoins, Ran conserva son calme et son sérieux quand Starke lui posa une première question, et pas des moindres...

« Plutôt l'idéaliste qui rêverait d'une équité entre les Hommes, et que la sexualité ne soit pas un critère de harcèlement comme on le subit quotidiennement. Cependant... »

Finalement, une fois la guerre terminée, quel serait son rôle dans cette ville ? À quoi servirait-il pour la communauté ?

« Cependant... je suis une machine de guerre moi aussi. Ma vie, c'est mon combat contre cette injustice. Je sais que si le gouvernement de Sasuitachi finit par nous accepter en tant qu'individus normaux, j'aurai gagné la guerre... mais quand les conflits prennent fin, les armes n'ont plus de raison d'exister. »

Égoïstement, c'était ce qu'il redoutait le plus. Quand les factions s'éteindraient, que l'union de deux peuples ennemis serait célébrée, il n'aurait à ce moment plus aucun rôle à jouer dans cette ville. Toute son éducation pour le façonner mentalement et l'amener au poste de Leader militaire et militant, tous ces sacrifices d'enfance et ces entraînements douloureux, violents et souvent traumatisants, tout cela ne lui servirait plus... Et contrairement à Starke qui saurait trouver une autre zone de conflit pour y travailler à son compte, Ran, lui, avait besoin de croire ce pour quoi il combattait. Entrer dans une bataille et prendre parti pour un camp ou un autre, cela n'avait aucun intérêt.

« Ne te méprends pas. Je serais soulagé de savoir mes protégés enfin libres de vivre sereinement. Mais je n'aurais alors plus ma place dans la ville. La guerre pour le simple prétexte de tuer, cela ne m'intéresse pas. »

Car une machine de guerre pouvait cacher une part d'idéalisme dans son coeur.


------------------------
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 25/07/2012, 21:47    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Les côtes broyées ? Tu y vas fort ! Je lui ai tout juste coupé le souffle. Et elle me l'a bien fait payer quelques nuits plus tard. La défaite la plus gratifiante de ma vie.
 
Enfant soldat, ado chef d'unité, adulte chef de guerre ou un cursus approchant… C'était clair comme de l'eau de roche. Des jeunes comme Ran, Starke en avait vu quelques uns au cours de sa carrière et il s'agissait toujours de combattants tenaces et déconcertants : ils avaient la force de caractère, l'absence de doute mais aussi le manque de recul de la jeunesse. Cela dit, le loup noir avait ses propres points forts : sa sagacité, son instinct, sa ruse… Il disposait également de personnes fiables pour le soutenir. A tout prendre, il partait peut être mieux dans la vie qu'on ne pourrait penser.
 
Si vis pacem, para bellum
 
Si tu veux la paix prépare la guerre… Nul besoin de traduire une maxime si connue pour quelqu'un qui semblait cultivé et malin.
 
Pourquoi crois-tu que je trouve toujours du travail ? N'importe où dans le monde ? Tous mes employeurs aspirent à la paix. Mais même une fois conquise, il faut être prêt à se battre pour la conserver…
 
Le mercenaire posa sa voix un instant.
 
Tu te définis comme une arme ? Alors réfléchis, est ce qu'on abandonne vraiment les armes à la rouille quand les conflits finissent ? On les range dans un premier temps, on les entretient et en finit toujours par les montrer : que ce soit un char lors d'un défilé ou un 9mm à la ceinture d'un policier. Les armes ont une vie bien après la guerre qui les a vues forgées. Il y aura toujours une place pour toi parmi les tiens, en temps de guerre comme en temps de paix, d'arme libératrice, tu deviendras arme protectrice voilà tout.
 
Le tigre sibérien avait également connu les tourments d'un questionnement intérieur semblable à celui du jeune homme qui se tenait devant lui, quoiqu'il fût alors un peu plus âgé. Cependant, aussi fort et dur qu'il soit, il savait qu'il devrait s'y faire un jour ou l'autre et que son combat le plus difficile restait à venir. Ô ça, il n'aimait pas la paix, elle lui coupait les vivres mais il savait qu'un jour, il devrait changer, s'adapter pour ne pas mourir.
 
Ou alors… Ou alors c'est la soif du combat qui te pousse malgré toi, qui concurrence tes idéaux. Et tu crains qu'à ne pas la satisfaire, elle finisse par te consumer ?
 
Le seigneur de guerre se frotta le menton en signe de réflexion. Il pensait qu'il aimerait poser de nouveau ces questions à son interlocuteur d'ici quelques années, s'il survivait bien entendu.

------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 26/07/2012, 23:44    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Avec un sourire amusé mais pudique, Ran baissa les yeux en direction de son verre. Croisant sa jambe sur son genou droit, il joua un moment à faire tournoyer l’eau dans le récipient, se perdant dans ses pensées. Yasu... Sa précieuse sœur... Son pilier inébranlable... ainsi, elle aussi avait failli pour un prétendu Aobatsu ? Quel héritage maudit leur père adoptif avait-il pu leur léguer ? Pourquoi chacun de ses enfants éprouvait-il une attirance pour un homme du camp ennemi ? Peut-être que finalement, la nature des loups voulait qu’ils éprouvent une fascination pour leurs bourreaux. Masochisme ? Non. Peut-être quelque chose de plus profond et de moins malsain... Tout simplement la curiosité innée à leur espèce ?

« Ma sœur aînée possède des qualités qu’on ne lui soupçonnerait guère, apparemment... »

Et elle avait toujours le dernier mot, à sa façon, parfois même sans s’en rendre compte. Mais pour qu’elle se laissât charmer par un homme, c’est qu’il avait dû y avoir autre chose qu’une attirance purement physique entre eux, surtout de la part d’une présumée lesbienne. Pour autant, cela ne regardait pas le Leader Rouge, bien que le choix de sa louve adorée l’intriguait profondément. Et à vrai dire, il était plus occupé à se concentrer sur les propos de Starke au sujet des armes de guerre que l’on range, que l’on entretient, que l’on fait défiler. À écouter l’Américain, on aurait presque imaginé un historien retraçant les diverses époques guerrières d’un pays dont l’histoire s’était écrite dans le sang.

« Je n’ai vécu qu’un seul conflit, et cela fait six ans que je suis à la tête de mon parti. Mon rêve d’enfant, c’était de devenir instituteur ou libraire, mais je n’ai pas eu d’autre choix que de me former pour succéder à mon père adoptif le jour où il disparaîtrait. Je suis plus jeune que toi, et je n’ai pas ce recul que tu as. À tes yeux, je dois manquer de maturité et de discernement. Je ne suis pas un adulte comme tu l’es devenu. Tu as participé à de nombreuses guerres alors que tu n’as même pas la trentaine, mais toi seul a décidé d’en faire ton métier. Tu as mûri avec ce projet et tu t’es accompli en tant qu’homme. »

S’il connaissait ses qualités et qu’il ne jouait pas dans la fausse modestie quand on les lui admirait, Ran savait également faire preuve d’humilité. Sa supériorité par rapport au commun des mortels ne l’empêchait pas d’avoir conscience de ses lacunes et de l’immaturité dont il pouvait encore faire preuve. Malgré tout ce qu’il avait pu vivre et voir au cours de sa brève existence, il n’avait pas connu autre chose que cette ville, où il avait commis son premier meurtre alors qu’il n’avait pas dix ans.

« Qu’on m’entretienne, qu’on me fasse parader ou qu’on m’échange pour servir une autre cause que celle de mon cœur, non, je ne le conçois pas. Je ne combats que pour une seule raison ; défendre les miens, cesser de les voir se faire maltraiter, subir des procès injustes, être accusés de crime pour leur orientation sexuelle, les contempler une dernière fois depuis mes toits quand ils se font fusiller publiquement. »

Oui, définitivement, il était un idéaliste. En s’écoutant parler, grâce aux questions ciblées de Starke, il se découvrait sous un nouveau jour. Il fallait avouer que malgré ses mains tachées de sang, son cœur avait gardé une certaine pureté que rien n’avait su entamer.

Levant alors son regard atypique en direction du tigre, Ran resta un long moment à observer l’étrange prédateur que le Maire de Sasuitachi avait loué.

« Qui es-tu en réalité ? Je ne parle pas de ton vrai nom ni de ton boulot... » Il pointa du doigt en direction du torse de Starke. « Qui es-tu, là ? Tu te définis comme machine de guerre, et je sais que tu es un tueur impitoyable. Mais tu as trop de passion et de compassion pour ne pas avoir de cœur. Puisque tu es un tigre, tu as un cœur. Et tu as trop souvent cherché à m’atteindre pour être totalement désintéressé. Tu as tué certains de mes hommes, tu t’amuses avec une duelliste que j’affectionne, tu t’es immiscé dans l’intimité de ma sœur... Tu n’agis pas seulement par ton sens du devoir. Tu agis par le cœur. Et je ne saisis pas ce que tu recherches... »


------------------------
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 31/07/2012, 22:53    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Une réflexion profonde suivie d'une explosion de tempérament. Cette fougue, cette verve… Starke en était sûr, il était face à un grand adversaire, un adversaire qui pourrait lui donner du fil à retordre s'il baissait sa garde. Mais de là à imaginer une défaite, son esprit n'était tout simplement pas prêt pour ça. Il sourit alors, montrant ses dents de prédateur brillantes et tranchantes comme des couteaux affûtés sur le marbre de la guerre.
 
Of course something is beating in my chest ! But who do you think I am ? Starke Crimson IS my name, not a nickname.
 
Fallait-il être plus clair ? Le mercenaire ne jouait pas de rôle, pas avec des ennemis tels que les cadres Akabatsu, il en était toujours ainsi avec ceux qu'il respectait. Les rôles c'était pour les autres, les combattants de seconde zone, la lie des guerriers.
 
Crois-tu vraiment que tout cela fasse partie d'une stratégie à double détente ? Ta sœur, Yasu, me plait : c'est un beau brin de fille avec une personnalité sauvage tout à fait à mon goût. Elle a montré plus de courage et de sang-froid que n'importe quel autre soldat de cette ville. Alors ça m'a fait plaisir de l'inviter, de l'emmener chez moi, de lui faire l'amour et de l'avoir vue sourire quelques heures. Mais l'ai-je approchée pour t'atteindre ? Non, ce n'était qu'un coup du sort et d'un kimono…
 
Il prit une seconde de pause.
 
… Elle t'expliquera. Quant à Katena Ryuraiden, c'est elle qui me court après, semblant avoir décidé que ma vie était une insulte à son honneur. Elle est comme une mine claymore : elle explose avec violence en direction de l'ennemi mais ceux qui sont derrière n'ont rien à craindre et ce qui ne gâche rien, c'est la pire bombasse que j'ai vu de toute ma chienne de vie, elle doit avoir tous les mecs et toutes les nanas qu'elle veut à ses pieds. D'ailleurs, si l'occasion de la mettre dans mon lit se présente, je ne dirai sûrement pas non.
 
Pour une fois, le seigneur de guerre ne pouvait guère plus se tromper mais toutes les apparences étaient contre lui.
 
Et crois-moi quand je te dis qu'elle progresse vite.
 
Il vida soudain la moitié de son verre d'eau avant de le reposer sur la table à grand bruit, visiblement exalté par la tournure que prenait la conversation.
 
Mais trêve de suspense, dans ton cas, comme je lis tous les rapports matinaux, j'ai su que tu avais été emprisonné ici et je suis venu voir la légende de près. Et je dois dire que je ne suis pas déçu, les capteurs de mes lunettes s'affolent complètement. Et puis…
 
Sa voix se posa brutalement, il ramena ses mains devant sa bouche, le menton appuyé sur ses pouces.
 
Je ne vois pas un ado immature portant des œillères. Un tel jeune homme n'aurait pas une aussi bonne analyse de lui-même. Je vois une arme encore au feu, lentement martelée et forgées par la guerre. Une fois encore, crois-tu que le combat sera terminé le jour où les fusils iront au placard ? Être instituteur, n'est ce pas un combat pour doter la future génération des armes nécessaires pour affronter la vie ? Respirer, n'est ce pas un combat contre le manque d'air ? Un homme comme toi ne peut que se rendre compte que la vie n'est qu'une suite de combats et qu'on n'est jamais assez armé pour que ce soit facile.
 
Cette vision était probablement très personnelle et n'engageait que le tigre sibérien mais c'était aussi le puissant moteur qui le faisait avancer même au milieu des balles ennemis.
 
Tout ce verbiage ennuyeux pour quoi ? Pour te répondre que tu as raison, j'agis par le cœur, même si je l'appelle instinct. Mais je maintiens aussi être une machine de guerre ! Un machine de guerre faite pour gagner haut la main le combat qu'on appelle la vie, Pour le bonheur d'une unique personne. Et s'il faut te tuer toi, tuer cette folle au sabre, ou même tuer Yasu pour y parvenir, je n'hésiterais pas une seconde.
 
Le gaijin réalisa subitement qu'il venait de se trahir en évoquant Lucie brièvement. Il lui faudrait absolument détourner l'attention de Ran s'il y faisait allusion.
 
* Un mot de travers, et je lui balance que je sais qu'il en pince pour le maire, ça le calmera. *

------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 01/08/2012, 18:18    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

C’était dans un silence pudique que Ran accusait les paroles à propos de sa sœur. Aux yeux de Starke, cela n’avait rien d’insultant, puisqu’il faisait tout de même l’apologie du courage et de la fierté de Yasu... Mais l’entendre parler de leur nuit d’amour enleva des rosissements au louveteau noir qui s’accouda sur la table pour passer ses doigts dans ses cheveux, un geste devenu un tic chez lui quand il éprouvait de la gêne. Car chose plutôt ridicule pour un défenseur des droits homosexuels, donc lié à une cause sexuelle, le jeune Leader ne pouvait s’empêcher de rougir quand on faisait ouvertement référence à l’acte en lui-même.

Puis vinrent les qualificatifs de Katena, avec des mots crus et outrageants. Ran ne s’était jamais cru féministe et pourtant, les paroles de l’Américain le touchaient de façon décuplée. Ressenti très étrange alors qu’il n’était pas concerné par la gent féminine. Certains esprits au courant de sa véritable personne l’auraient accusé de jalouser les pulsions mâles des hétérosexuels envers les femmes. Il n’en était rien.

Ran était simplement un gamin sensible, meurtri, qui ne supportait pas que ses proches fussent l’objet d’une fascination jugée malsaine à ses yeux. C’est pourquoi son visage s’était refermé aux propos de Starke sur la belle duelliste. Il se fichait bien de savoir que son interlocuteur pouvait parfaitement lire en lui grâce à ses lunettes, aussi ne cacha-t-il pas le sentiment de mépris qu’il éprouvait envers cette attirance purement basse et bestiale pour un corps de « bombasse ». Les hommes étaient vraiment plus décevants que les femmes, peut-être allait-il penser à mener une vie de célibataire.

« J’espère que tu auras le bon goût de t’effacer de la vie de ma sœur-louve avant de te faire ce plaisir... » murmura-t-il d’humeur maussade, considérant l’honneur de Yasu mis en péril.

Mais il n’en dit pas plus. Après tout, les loups étaient sans doute les seuls prédateurs mammifères à faire preuve d’une fidélité à toute épreuve, jusqu’à la mort et au-delà. Starke devait certainement le savoir. Et c’était pour cette raison que Ran venait de parler de son aînée en ces termes de sœur-louve. Il n’était pas un entremetteur et chaque couple faisait ce qu’il voulait. Après tout, même s’il était jaloux de la relation d’Azusa, il n’avait jamais tenté d’interférer pour arranger les choses selon sa propre conception.

Yasu n’était certes pas du genre à se laisser séduire... Mais si Starke continuait ce petit jeu avec elle avant de la laisser tomber pour se faire plaisir avec un corps assouvissant les fantasmes de tout homme normalement constitué, la Ruskov risquait d’en ressortir blessée. Et accessoirement devenir invivable pendant les mois suivants jusqu’à ce que vengeance soit faite !

Toutefois, Ran savait qu’il s’inquiétait inutilement pour elle. Sous sa poitrine battait un cœur russe. Par péché d’orgueil, il y avait très peu de chance qu’elle quittât la solitude pour préférer les chaînes d’une quelconque relation. Une autre preuve de sa force que le cadet de la fratrie n’était pas sûr d’égaler.

Il tiqua légèrement à l’aveu de Starke au sujet de sa dévotion, de celle pour qui il sacrifierait tout, quel qu’en soit le prix. Avec un sourire, il se contenta simplement de faire comprendre à son interlocuteur qu’il avait noté la faille, mais qu’il ne la mentionnerait pas, ni ne chercherait à l’atteindre. Car a priori, l’Américain ne représentait pas une menace. Par pour l’instant du moins.

« J’ai particulièrement apprécié le "ou même tuer Yasu"... À croire qu’elle plus que quiconque à Sasuitachi, elle a su imposer au plus grand prédateur le respect qui lui est dû. Joli lapsus, Starke... »

Car oui, c'était surtout ce « ou même » qui avait dénoté par rapport au reste de la menace... peut-être même plus que l'aveu de l'Américain. Il se resservit en eau et apaisa par ce liquide froid le mal de crâne qui le relançait depuis ce coup de crosse sur la tempe, au moment où on l’avait coincé dans cette ruelle sombre. Pas suffisant pour lui faire perdre conscience mais bien assez pour le déséquilibrer pendant quelques jours encore.

« M. Crimson, tout se passe bien ? » fit soudain le second du commissaire en s’approchant. « Restez prudent, cette petite chienne sait faire les yeux doux pour charmer ses interlocuteurs... »

L’homme était reparti aussi subitement qu’il était venu. Haussant un sourcil sans quitter Starke des yeux, Ran lui posa l’ultime question :

« Dis, tu crois que j’ai une chance avec toi ? » Il se mit à rire de sa plaisanterie et secoua la tête, désabusé. « Láng Yĕxīn, vingt-et-un ans, toujours puceau et perçu comme une pute par les Aobatsu. Mais je ne sais pas ce qui est le plus blessant pour nous deux, qu’on me traite de chienne ou qu’on te croit assez stupide pour te laisser embobiner. »


------------------------
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 07/08/2012, 22:24    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Starke ne perdait pas une miette des réactions de Ran alors qu'il parlait de deux des "femmes de sa vie". Il était entrain de frapper juste, et il adorait ça. Il remarqua plus particulièrement que sa façon de parler de Katena rebutait particulièrement son interlocuteur. C'était un prêté pour un rendu, il avait repéré la faille dans sa cuirasse, il devait donc le payer.
 
A vrai dire je ne sais pas vraiment ce que ta sœur attend de moi, je ne suis donc pas sûr que ça soie à moi de me retirer.
 
Dans les faits, il prendrait plutôt mal que Yasu le pria de s'en aller mais ça, son cœur de mercenaire n'était peut-être pas prêt à l'admettre. S'en suivit alors la réflexion sur son prétendu lapsus.
 
Un lapsus ? Ecoute, crois-tu vraiment que j'essaye de te cacher quoique ce soit ? C'est un fait, la louve rouge me plaît pour les raisons que j'ai déjà citées. Je tenais juste à dire que malgré tout je ne compte pas laisser ce genre de choses diminuer mes chances de survie. Je ne dis pas non, je ne dis pas non plus que cela me ferait plaisir.
 
Le mercenaire subit comme une attaque l'intervention pour le moins inopportune du commissaire adjoint. Sa main plongea immédiatement dans son dos et il eut toutes les peines du monde à ne pas dégainer son Desert Eagle .50 et à abattre l'intrus qui de son côté, eut la politesse de ne rien remarquer de son petit manège.
 
* Ouh celui-là… Il n'imagine pas à quel point il vient de passer près de la mort. Et tout ce qu'il vient de prouver c'est sa stupidité ! Dammit ! Yen a pas un qui a été foutu de baisser son pantalon pour prouver que c'était un mec ? *
 
Le milicien de faction lui, avait remarqué l'énervement soudain du tigre sibérien qui ne manqua pas de le foudroyer du regard afin de lui faire comprendre qu'il ferait mieux de se taire. Ce dernier fut d'ailleurs très heureux de constater qu'il y avait les barreaux de la cellule entre eux deux.
C'est alors qu'avec une naïveté et une sincérité presque navrantes le leader de la faction rouge posa sa question quant à une possible relation entre le jeune homme et le gaijin. Certes il se doutât immédiatement qu'il s'agissait d'une plaisanterie mais il accusa tout de même un blocage de presque trois secondes. Soudain il éclata d'un rire puissant et dut presque se tenir les côtes afin de reprendre son souffle avant de répondre :
 
Ok boy! Celle-là j'm'y attendais pas ! Cela dit je suis désolé mais même de dos et avec un gros effort d'imagination je ne crois pas être capable d'oublier ce qui se trouve entre tes cuisses…
 
Il se pencha en avant et baissa le ton.
 
… De toi à moi, ce que tu fais de ton corps ça ne regarde que toi et je m'en fous. Soyons clairs si je suis là où je suis aujourd'hui, c'est parce qu'on me paie et le fait que je sois 100% hétéro n'influence en rien ma réponse.
 
* Peut-être même que si on était n'importe où ailleurs dans le monde on pourrait être de bons potes mais ça pas sûr qu'on le sache un jour. *
 
Le seigneur de guerre reprit sa place au fond de sa chaise en arborant toujours le même air satisfait. Décidemment cette rencontre était vraiment intéressante.

------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 28/09/2012, 01:22    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Assez réactif dans son genre, le tigre sibérien, quand quelque chose ne lui convenait pas. Ran avait été surpris de la contrepartie de Starke, en évoquant simplement ce qu'il avait aimé déformer comme un lapsus à propos de Yasu. Pure provocation de sa part, mais il aimait beaucoup titiller les cordes des autres pour trouver la plus sensible et y poser le doigt. Cela dit, quand l'Aobatsu était apparu pour mettre en garde l'Américain des vices cachés de "la prisonnière", le louveteau avait réellement eu peur pour ce pauvre homme. Trop humain pour sentir la menace, il avait échappé de peu à un assaut du grand félin, manifestement peu patient dans ces conditions. Après tout, même s'il était entré de lui-même dans cette cage, il devait s'y sentir bien à l'étroit.

« Rien en ce qui concerne Yasu, ni elle, ni ceux qui l'entourent, ne te mettra en danger Starke. Ni moi ni mon frère aîné ne nous permettrons d'intervenir dans vos relations, de quelque nature soient-elles. Tant que tu ne menaces pas Yasu, nous-mêmes n'avons aucune raison de te menacer. »

Après tout, pour le moment, Starke avait plutôt le rôle d'un protecteur et même si cette relation n'était guère appréciée des deux frères, ils reconnaissaient volontiers que l'Américain était une couverture idéale pour leur soeur... Que leur histoire perdure ou non, cette aventure serait toujours une sécurité pour Yasu contre les Aobatsu peu scrupuleux qui tenteraient de la salir.

« De toute manière, ni moi ni Azusa ne sommes en mesure de faire la morale à notre soeur. Il semblerait que nous ayons tous trois une destinée semblable avec l'Aobatsu... »

Sans faire de véritables aveux sur son attirance envers le Maire de la ville, Ran laissait glisser un semblant d'information à l'intention de Starke. Si ce dernier était au courant de quoi que ce soit, le mieux était encore de ne pas tenter de garder ce secret, et de laisser la porte entrouverte pour ne pas présenter cette facette comme une faiblesse. C'était une forme de protection toute en finesse que l'Américain saisirait de suite.

Le rire franc de l'Américain détendit l'atmosphère et Ran se permit à son tour un petit rire discret. Il n'était pas vexé de savoir qu'il n'attirait pas Starke. Après tout, le louveteau n'avait guère le temps pour l'amour et ses fioritures, et qu'il fût séduisant ou non aux yeux d'autrui n'avait aucune incidence sur sa valeur propre.

« Je n'ai pas cette prétention de pouvoir dévier la sexualité des hétéros... Ni de le vouloir, d'ailleurs. Cette situation n'aurait rien de gratifiant. »

La seule chose qui avait fait l'unanimité parmi toute la population de Sasuitachi, City et Underground comprises, c'était la forme de ses lèvres qui, selon les fantasmes nourris tant par ses admirateurs que par ses détracteurs, devait offrir une sensation unique. Cela, Ran l'ignorait. Il n'avait pour l'instant jamais échangé un baiser de sa vie.

« Dis-moi, tu pourrais peut-être me libérer de prison... Je suis d'humeur paresseuse, je n'ai pas très envie de faire l'effort de m'évader tout seul, comme je le fais d'habitude. »

C'était assez abrupt de parler de cette façon, et cela pouvait même être pris pour de la provocation. Ce qui était certain, c'était qu'au lendemain s'il revenait en ces lieux, Starke ne retrouverait en guise de prisonniers que les deux policiers de la Faction Bleue, assommés et ligotés l'un à l'autre.

« Est-ce que tu veux me tuer ? demanda-t-il soudain en rivant ses prunelles froides dans le regard sombre de l'Américain.

Encore une fois, aucun lien ni aucune cohésion entre ses paroles. En cet instant précis, le regard de Ran était celui du prédateur conscient de son statut de proie potentielle face à un autre chasseur.

------------------------
Revenir en haut
Starke Crimson
Membre Aobatsu
Membre Aobatsu

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 135
Age: 26
Faction: Aobatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 30/09/2012, 21:14    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Il est vrai que pour l’instant tu es ici, ce qui anéantit toute possibilité de confrontation… Et rend donc ta proposition alléchante…
 
Le sourire de Starke s’étira pour révéler ses dents blanches aux allures de crocs acérés.
 
Cependant, la trahison coute trop cher dans mon métier. Par conséquent il ne devrait y avoir aucun témoin pour raconter que je t’ai aidé mais tu as de la chance, je suis passé à l’improviste, je n’aurais pas à faire le ménage ailleurs qu’ici. Il parait que tu sais jouer du couteau ?
 
Sans la moindre honte, peur ou appréhension, il était en train d’évoquer le massacre à l’arme blanche de tous les autres occupants du commissariat tout en faisant porter le chapeau au prisonnier. En réalité, il pensait que cela devrait dissuader son interlocuteur de poursuivre sur cette voie.
Est-ce qu’il voulait tuer Ran Yashin ? Il sourit. La question ne se posait pas en ces termes. Il n’y avait pas de haine entre les deux guerriers, pas d’antagonisme viscéral pour les pousser à vouloir la mort l’un de l’autre comme un juif et un nazi par exemple. Non, rien de tout cela, ils étaient juste dans des camps différents. D’ailleurs, le mercenaire devait de préférence capturer le leader de la faction rouge et non le tuer, c’étaient ses ordres.
 
Ta mort ne serait qu’une conséquence fâcheuse de ta défaite…
 
Commença l’américain d’un ton toujours léger mais parfaitement sérieux.
 
Car ce qui est sûr, c’est que je veux t’affronter et constater de mes yeux, sans lunettes de combat ni autres artifices si tu es à la hauteur de ta légende. J’espère que ce combat sera épique et qu’il mettra mon corps et mon âme de guerrier à rude épreuve même si je ne doute pas qu’au final, c’est ma silhouette qui se dressera au dessus du champ de bataille, sous l’orage, pour brandir fièrement le corps inanimé de mon adversaire comme un étendard.
 
Il fit la moue en jouant avec ses lunettes, juste avant d’éclater de rire.
 
Well, Well… C’est beaucoup trop théâtral, voire romancé, mais l’idée est là. Bref, si je te tue ce sera parce que tu auras trop puisé dans tes réserves et que ton acharnement au combat t’auras trop fragilisé pour me résister.
 
* Du reste, si j’exhibais son corps comme un trophée, je crois qu’une balle aurait vite fait de me traverser le crâne. Une ou deux… ou dix ! Sans compter les coups de sabre, de poignard et de batte. *
 
L’orgueil du seigneur de guerre n’était plus à démontrer car personne ne lui avait jamais donné tort sur le champ de bataille, quelles que soient l’arme ou les circonstances. Il était en quelque sorte partisan de Corneille et de son « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire » néanmoins, il n’en oubliait pas que la victoire était essentielle et pouvait se passer des honneurs.
 
Mais à choisir, je crois que je t’épargnerais. Pas à cause de mon contrat, ni parce que j’imagine que vivre avec ta défaite te sera plus pénible que la mort. Mais bien parce que j’ai compris ton système de défense. Tu es l’alpha, tu as tissé des liens denses avec tous les loups de ta meute et laissé découverts les points trop difficiles à protéger pour ne pas montrer les failles et rester libre de tes mouvements. Te tuer reviendrait à devoir anéantir toute ta meute avec toi car je n’aurais pas la patience d’effectuer le travail de sape nécessaire pour te discréditer, te salir, rompre tes liens et pouvoir t’atteindre. Je suis un tigre, je ne crains pas les loups, je pourrais plonger dans la mêlée, griffes et crocs dehors et vous égorger mais il se trouve que si je n’ai pas peur de tuer, je n’ai pas non plus l’âme d’un boucher.

------------------------
The last stand survivor stalks his prey in the night
And he's watching us all with the eye of the tiger
Revenir en haut
Ran Yashin
Leader Akabatsu
Leader Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2007
Messages: 272
Age: 21 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 05/10/2012, 23:05    Sujet du message: Comme un loup en cage... Répondre en citant

Dans un parfait silence, les mains jointes sous son menton, les coudes délicatement posés sur la table, Ran écoutait les élucubrations de Starke avec un sourire clairement amusé mais pas provocant pour autant. Il fallait dire que rencontrer des gens aussi sûrs d'eux était rare en ces sombres jours, et le Gaijin ne manquait pas de cran. C'était sans doute ce qui faisait le charme de cet homme. La hâblerie américaine conservait un certain charme pour les asiatiques au caractère plus humble. Si les Occidentaux étaient physiquement plus forts, les Orientaux avaient cette capacité d'entraide et de soutien quand un malheur les frappait, les aidant à se relever avec bien plus d'honneurs et de résistance que ces Blancs trop individualistes pour ne pas pleurer sur leur propre sort.

Les mentalités n'étaient clairement pas les mêmes et les deux races n'avaient finalement aucun point commun si ce n'était leur base biologique identique d'Homo Sapiens sapiens... D'ailleurs, la forte influence européenne du Maire de la ville se manifestait par un caractère arrogant et mégalomane impropre à sa moitié de sang asiatique. C'était à croire que son fils aux origines encore plus diluées savait finalement faire preuve de plus de modestie.

« Crois-tu vraiment qu'on peut tuer un loup ? » murmura enfin le leader en jouant avec le rebord de son verre.

Ran n'était pas un homme surpuissant et ne s'était jamais considéré comme invincible malgré ses exploits remarquables. La preuve était cette incarcération temporaire... bien qu'en réalité savamment menée par Takahashi-san qui, avec une certaine délicatesse, avait su lui rappeler que dans son contrat lui était stipulé un certain nombre d'arrestations à l'année qu'il fallait respecter. Peut-être une façon de donner un coup de fouet aux Aobatsu quand le leader rouge disparaissait au lendemain de sa capture ? Ou bien un divertissement pour l'étrange Maître de Sasuitachi... "Sois gentil et fais un petit effort... L'espoir fait vivre mes Hommes." avait-il su dire au chef d'Akabatsu.

« Même une fois coupée, la tête du loup peut encore mordre. »

L'unique devise de la fratrie. Peut-être Starke avait-il déjà eu l'occasion de l'entendre ? Sinon Ran serait le premier à le laisser méditer sur cette citation on ne peut plus juste. S'étirant à nouveau, ces chaises étant trop peu confortable à son goût, il réfléchissait sur le fond de cette entrevue où ni lui, ni l'Américain, ne cédait. Une rencontre établie sur le ton de la courtoisie, mais qui ne cachait nullement l'adversité potentielle si ces deux prédateurs venaient à se rencontrer dans le but d'une confrontation.

Chose peu probable car aucun ne ressentait de danger vis-à-vis de l'autre. Sans doute se verraient-ils de loin ? Peut-être seraient-ils amenés à combattre côte à côte, d'ailleurs... Qui pouvait le prédire ?

« Une conséquence fâcheuse... Si ce n'est pas relativiser les choses, ça, je me demande bien ce que c'est. J'ose espérer avoir encore un rôle à jouer dans cette ville avant de m'éteindre... Mais tu te trompes sur un point, Starke. »

En équilibre sur les pieds arrières de la chaise, jouant finement sur l'articulation de sa cheville pour se bercer en même temps qu'il contemplait le plafond de la cellule, Ran essayait d'imaginer son état d'esprit au moment où sa vie défilerait devant ses yeux. Aurait-il des regrets ? Des remords ? Il reposa délicatement les pieds avant de la chaise sur le sol et croisa les jambes, ses prunelles détaillant le visage de Starke.

« Le jour où j'expirerai mon dernier souffle, dans un ultime combat, ce sera parce que je l'aurai voulu, et non parce qu'on m'aura vaincu. »

Si la finalité demeurait la même d'un simple point de vue de "résultat" pour Starke, la nuance était bel et bien là. Et en cet instant, il avait ce sourire serein sur le visage qui faisait émaner de lui l'aura éclatante d'une confiance posée et d'une assurance placide. Sans menace ni fanfaronnade, il avait remis les choses à leurs places.


------------------------
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:29    Sujet du message: Comme un loup en cage...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi City † -> † Le commissariat -> Les cellules Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com