Index du Forum


 
 Index du ForumS’enregistrerConnexion

:: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? ::
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi Undergrounds † -> † Les squats -> Katena Ryuraiden -> La salle principale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 08/07/2010, 22:36    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Certes, Katena n’attendait jamais pour se reprendre mais il n’en restait pas moins qu’elle avait été sérieusement ébranlée. Aussi fut-elle particulièrement heureuse d’apprendre que Yasu ne serait jamais bien loin. La plaisanterie grasse de son amie élargit son sourire.
 

- héhé, il n’y a donc que notre louveteau de leader qui soit pur dans la famille ! Ma foi, il en faut bien un.
 

Elle passa la main dans ses cheveux puis la mémoire sur ce que le jeune homme lui avait raconté lui revint. Les deux jeunes femmes en avaient déjà parlé plus tôt d’ailleurs mais peu importait, Ran était encore pur de cœur s’il ne l’était plus de corps et c’était là le plus important.
 

- Hélas oui, j’ai perdu mes parents il y a plus de dix ans dans un banal accident de voiture. Mais ils sont encore bien vivants dans mon cœur et dans ma mémoire. Chaque jour je pense à la chaleur de ma mère et l’excellence de mon père.
 

La guerrière prit alors son ton solennel habituel.
 

- Sois le meilleur ou meurs en essayant ! Voici la devise de ma famille. Une devise que j’essaie d’honorer chaque jour, même si je suis bien consciente que j’ai eu une grosse période à vide.
 

Il était temps à présent d’emmener la louve rouge au sec. Elles allèrent à l’entrée la plus proche de Sasuitachi underground puis la panthère prit le rôle du guide jusqu’à son appartement.
 

- Nous y voilà petite sœur. J’avoue, je suis assez fière du résultat.
 

Elle ouvrit la porte et entra dans la foulée.
 

- Alors, voilà le salon… La cuisine est à gauche, la salle de bain dans le fond si tu veux te sécher un peu. En haut de l’escalier, il y a mon sanctuaire, façon temple taoïste avec des cadre photo et les présentoirs pour mon arsenal.
 

Puis elle se dirigea vers la cuisine où elle ouvrit un placard.
 

- Ha !? J’ai menti ! J’ai du thé vert mais aussi du thé citron, menthe, caramel, fruit rouges et aussi du café et du chocolat. Remarque, j’ai toujours du chocolat, en poudre en tablette, à tartiner… Si j’ai pas assez de chocolat à la maison pour rendre diabétique un éléphant c’est que je suis gravement malade.
 

Et pourtant elle avait la ligne et la santé, une injustice biologique qui laissait pantois tous ses médecins et les nutritionnistes de son entourage.
 

- Enfin, je sais que je t’ai proposé un thé et des biscuits, mais si tu préfère une bière ou un saké, ça peut se faire aussi. Et puis tu pourras me conseiller de bonnes vodka, ça manque à mon bar j’avoue. Bien, installe toi, retire tes chaussures, fais comme chez toi.
 

La duelliste était déjà en train de s’afférer afin de sortir de quoi boire et manger.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/07/2010, 22:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 14/07/2010, 23:57    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Même si la population de Sasuitachi était habituée à la pluie, Yasu fut bien contente de retrouver l'abri de la Souterraine, même si l'accès le plus proche menait aux égouts dont les chaussées étaient les plus glissantes et les plus accidentées. Heureusement, l'habitude faisait que l'équilibre des deux prédatrices n'avaient pas failli un seul instant. Le trajet s'était fait dans la bonne humeur, les rires et la voix exubérante de Katena résonant le long des voûtes pavées au-dessus de leur tête. La Ruskov était soulagée de constater qu'avoir rappelé des souvenirs difficiles n'avait pourtant pas entamé la joie de vivre de la jeune femme.

Mais après tout, peut-être que se découvrir une nouvelle famille l'aidait à surmonter la tristesse engendrée par l'évocation d'un deuil toujours très difficile à faire ? Après tout, perdre ses parents devait être quelque chose de terrible. Mais ni elle, ni Azusa, ni Ran ne pouvaient comprendre cela... Les deux garçons avaient été abandonnés, et la jeune femme avait quitté Moscou sur un coup de tête, parce qu'il ne lui restait plus rien. Une mère portée disparue suite à des émeutes mortelles dans les rues de la capitale de la Russie, un père inexistant. Aucune raison de rester moisir dans un lieu qui lui avait tout volé.


- Sois le meilleur ou meurs en essayant ! Voici la devise de ma famille. Une devise que j’essaie d’honorer chaque jour, même si je suis bien consciente que j’ai eu une grosse période à vide.

« Une devise est facile à dicter, mais extrêmement compliquée à suivre. Celle de notre famille, c'est "Si c'est pour tes hommes, va jusqu'au bout du monde". Naturellement, c'est sur Ran qu'elle repose entièrement. Azusa et moi sommes là pour qu'il puisse prendre appui et souffler un peu. »

Elle se tut alors que Katena la faisait entrer chez elle et retira ses chaussures pour ne pas salir les lieux. Non sans une certaine fierté, la duelliste lui présenta l'intérieur de l'appartement, lui indiquant l'emplacement de chacune des pièces. Yasu observait tout ça avec de grands yeux admiratifs. Effectivement, la Japonaise s'était fait un petit cocon bien douillet. À côté, le squat de la Ruskov semblait froid et sombre. Mais bon, la militaire n'utilisait son appartement que pour s'y reposer. Aussi, la décoration était inexistante et l'ameublement des plus simplistes.

Contemplant la décoration raffinée de la pièce principale, Yasu entendit à peine Katena citer tout ce que ses placards contenaient.


« Oh, je resterai sur un thé vert, merci... » murmura la jeune femme blonde en jetant un regard vers la cuisine. « Avec des petits gâteaux, évidemment ! »

Elle glissa un clin d'oeil complice à Katena puis s'installa sur un coussin près de la table basse, ramenant ses jambes en tailleur.

« Tu as vraiment bon goût. Ran m'avait un peu décrit ton squat. Ce qui l'a marqué le plus apparemment, c'est ton lit. Il a dit qu'il avait passé une excellente nuit avec toi. »

Ran exprimait toujours ses ressentis avec une grande naïveté, mais surtout une incroyable simplicité.

« Enfin, c'est ce qui l'a le plus marqué après t'avoir vue toute nue... »

Oui, ça aussi, il l'avait exprimé avec simplicité et naturel. Et de tout le corps de Katena, ce qui l'avait le plus choqué, c'était sa poitrine. Une belle poitrine, opulente, mais toutefois arrondie. De quoi faire tourner la tête de Yasu en somme... du moins si elle avait ressenti en Katena une once de bisexualité.

------------------------
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 16/07/2010, 14:40    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Katena prit donc le thé vert et commença à faire bouillir de l’eau avant de sortir d’un placard les gâteaux tant convoités par les deux demoiselles. Sa nuit avec Ran racontée par Yasu la fit sourire. Visiblement, leur jeune leader n’avait pas oublié le moindre détail, pas même sur leur difficile altercation à propos de leurs malheurs respectifs. C’était mieux ainsi, il n’y aurait pas de non dit pernicieux ou de faux pas dramatique comme ça. Enfin, ce n’était pas le tout mais il allait falloir enchainer.


- Et oui, que veux-tu, après mon sabre mon corps est mon arme la plus redoutable. Raison pour laquelle je l’entretien avec soin et j’en souligne chaque appât avec maquillage et vêtements de marque. Je l’ai longtemps maudit pour ce qui m’était arrivé mais aujourd’hui j’ai réappris à en apprécier les charmes et à en jouer avec plaisir.


La bouilloire se mit à siffler. La duelliste mit le thé dans les tasses et versa l’eau brulante.


- Mais il exagère quand même le louveteau ! J’ai ruiné la moitié de ma santé mentale à restaurer la sienne et il préfère faire référence à ma nudité. Mouarf, c’est pas ça qui m’empêchera de le materner une nouvelle fois s’il en a besoin… Mais ça fait du bien de râler sur le chef !


Elle se mit à rire une nouvelle fois puis prépara son plateau d’argent avec les deux tasses de thé vert, les gâteaux et un petit bol avec du sucre en morceau avant de l’apporter au salon.


- Et voilà, c’est pas le service palace mais tout est là ! Merci pour la déco. En fait, j’ai surtout déménagé des meubles de la maison familiale… Il faudra d’ailleurs que j’appelle pour être sure que tout ce passe bien là bas. Si je paie un gardien, c’est pas pour rien !


La guerrière prit l’une des tasses qu’elle déposa devant son invitée avec une élégance peut-être un peu trop cérémonieuse. Elle avait prit cette habitude quand elle servait le thé à son père et à ses invités lors des "réunions informelles" qui se tenaient au manoir.


- Quant à mon lit bah… C’est un lit à l’européenne, un vrai lit de princesse, comtes de fée obligent. En effet, Ran y a dormi comme un bébé, et moi aussi du reste, il faut dire qu’on était parfaitement épuisés tous les deux. Mais c’est un horrible appel à la paresse par rapport à un futon, c’est moelleux et doux… En y réfléchissant, ça aurait pu ruiner ma carrière de combattante ! Heureusement que je suis une bosseuse. Mais n’attends pas surtout ! Sers-toi. Je ne sais pas combien de sucres tu prends dans j’en ai apporté avec une pince, n’hésite pas.


Un nouvel éclat de rire vint animer l’appartement puis la panthère aux yeux brillants prit un biscuit enrobé de chocolat pour le tremper dans son thé qu’elle prenait toujours avec deux sucres.


- Mmmh… Un des plaisirs simples de la vie ! Si on avait pas ça je crois que je serait déjà retournée à l’asile psychiatrique… Du côté des patients.
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 25/07/2010, 15:17    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

- Et oui, que veux-tu, après mon sabre mon corps est mon arme la plus redoutable. Raison pour laquelle je l’entretien avec soin et j’en souligne chaque appât avec maquillage et vêtements de marque. Je l’ai longtemps maudit pour ce qui m’était arrivé mais aujourd’hui j’ai réappris à en apprécier les charmes et à en jouer avec plaisir.

Machiavélique. Cette femme était délicieusement machiavélique. Alors que Katena versait l'eau bouillante dans les tasses de façon extrêmement consciencieuse, Yasu se permettait de regarder un peu plus attentivement la décoration. Les couleurs chaudes et les lumières tamisées donnaient une sensation d'apaisement. Mais plus que tout, la Ruskov avait l'impression d'étouffer sous son pull à capuche - qui, soit dit en passant, était littéralement trempé.

« Mmh, ça ne te dérange pas si je retire mon pull ? Je crève de chaleur... »

Sous l'acquiescement de Katena depuis sa cuisine, elle retira son pull épais, dévoilant alors une silhouette mince que l'ampleur du vêtement lourd n'aurait jamais laissé soupçonner. Vêtue d'un simple débardeur blanc qui épousait les formes de son corps athlétique, elle plia grossièrement le pull et le posa sur ses genoux. Elle se sentait déjà mieux. Passant une main dans ses cheveux, elle les décolla d'entre eux et agita ses doigts pour ébrouer sa chevelure trempée. C'était toujours plus convenable que de secouer la tête comme un chien fou... un peu à la manière de Ran et Azusa en fait. Ces deux frères adoraient se chamailler et jouer avec l'eau à la sortie de la douche.

Combien de fois avait-elle vu Azusa sortir à toute vitesse de la douche, dans son plus simple apparat, se ruant sur Ran pour l'emprisonner entre ses bras et secouer ses cheveux bleus trempés sur son visage tendre et pâle ? Forcément, le louveteau ressortait toujours trempé de cette embrassade fraternelle assez mesquine mais toutefois amusante. De vrais gamins... Mais Azusa était certainement le pire des deux. Sans doute que jouer le médecin Aobatsu sérieux l'ennuyait profondément. Après tout, l'ambiance de la Faction Bleue n'avait strictement rien à voir avec celle de la Faction Rouge.


- Mais il exagère quand même le louveteau ! J’ai ruiné la moitié de ma santé mentale à restaurer la sienne et il préfère faire référence à ma nudité.

« Sincèrement, je pense que même le pire gay au monde ne garderait en mémoire que ton corps... »

Et le pire des gays dans cette ville était, à ses yeux, cet homophobe du nom de Luna Sea, une starlette imbue de sa personne qui se travestissait le soir et qui rendait fou tous les habitués du cabaret. Un gamin certainement shooté à la drogue ou rescapé d'un lourd passé psychiatrique pour être capable de jouer la carte de la désinvolture et piquer une crise d'hystérie dans la minute qui suivait. Un taré qu'elle n'appréciait guère, mais qui ne représentait aucune menace pour quiconque à Akabatsu.

*Dommage, j'aurais adoré me lancer au moins une fois dans la chasse au paon...*

Katena revenait avec le thé, les petits gâteaux et le sucrier, souriante et éblouissante, comme toujours. Car on ne retenait d'elle que sa bonne humeur et son rire cristallin. Ses coups de blues ou ses moments de faiblesse étaient bien vite oubliés quand elle arborait son sourire si enjôleur. Yasu en était presque jalouse... Dans le sens amical du terme, bien sûr. Mais tout réussissait à cette jeune femme... et elle était hétéro...

La vie était parfois mal faite.


« Un lit de princesse... C'est mignon dit comme ça. Ça fait très féérique... Mais souvent, les Japonais de milieu aisé ou les métissés ont tendance à prendre ce genre de lit. Je suis sûr que la peste blonde d'Aobatsu a un lit occidental lui aussi. Tout comme son père. Ces gens-là n'ont de Japonais que la nationalité. »

Elle prit un sucre pour adoucir l'amertume du thé vert, et surtout pour se rebooster. La pluie était un élément qu'elle aimait par-dessus tout et qui la faisait bouillir d'énergie mais qui, une fois qu'on se mettait à l'abri, se révélait particulièrement harassant. Elle se servit quelques petits gâteaux secs et en saisit un entre ses doigts pour le tremper délicatement dans le thé et le déguster ensuite.

- Mmmh… Un des plaisirs simples de la vie ! Si on avait pas ça je crois que je serait déjà retournée à l’asile psychiatrique… Du côté des patients.

« Oh, il y a pire... il y a l'orphelinat catholique. Ran, Azusa et moi en sommes des rescapés... Un louveteau asocial qui s'éprend du Maire et qui se prend pour un singe à sauter de toit en toit, un espion schizophrène qui joue les médecins modèles alors que c'est un pro de la gâchette et de la déconnade, et une Ruskov à moitié psycho qui ne jure que par ses flingues et sa mitraillette. Et accessoirement traitée de "lécheuse de femmes" par ses frangins. Le pire dans tout ça, c'est que notre père adoptif était un modèle de droiture, de rigueur et de régularité... Je te garantis que l'orphelinat catholique, ça rend dingue n'importe quel môme jusqu'à son dernier souffle ! »

Yasu disait ça avec une parfaite nonchalance, attaquant déjà son deuxième gâteau. Peut-être Katena serait-elle étonnée que la Soviet s'avance à ce point sur la relation entre le Maire et Ran. Mais cette dernière connaissait assez bien son cadet pour savoir qu'il n'était pas indifférent au charme du Maire... Il avait beau grogner parce que le dirigeant de Sasuitachi réclamait des rapports de plus en plus rapprochés, il partait toujours de son squat en rougissant un peu. Un signe bien assez explicite sur ses sentiments.

Voilà qui était ironique... Son frère qui en pinçait pour son père. Oh, ils ne s'étaient jamais rencontrés pour discuter... mais Yuuto Allan Takahashi et Miki Yasinov n'avaient pas eu besoin de mots le jour où ils s'étaient aperçus, l'homme derrière la fenêtre de son bureau, la fille sur un trottoir, et le silence d'un regard entre eux.


« C'est délicieux ! Tes gâteaux sont à tomber et le thé est tout simplement parfaitement infusé ! »


______________________
[H.S. : Fiou, désolée pour le temps, mais Azusa et moi sommes dans les cartons xD On déménage le 30 juillet et entre-temps, j'ai trouvé avant-hier un CDI temps complet ! Bon, j'aurai accès à internet au boulot, donc même si je n'aurai pas tout de suite internet dans notre logement, je pourrai continuer !]

------------------------
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 28/07/2010, 23:05    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Katena jeta un œil intéressé quand Yasu se délesta de son épais pull à capuche. Elle ressemblait donc à ça dessous ! Pas mal. Quelques années plus tôt, elle aurait tué pour avoir le même corps : séduisant mais nettement moins provoquant. Mais les choses changeant, elle avait appris à jouer la carte de la provocation à fond.
Après avoir déposé le thé et les gâteaux, elle fit le tour de la table et s’empara du pull sur les genoux de son invitée.
 

- Donne moi donc ça, je vais le mettre dans ma salle de bain, sur l’étendoir chauffant, comme ça il sera sec et surtout tout chaud et moelleux quand je te laisserai enfin filer.
 

L’aller-retour fut vite fait et elle revint s’assoir confortablement pour écouter l’opinion de la louve rouge sur les lit à l’européenne et le manque de japonais dans l’attitude d’Ino et de monsieur le maire.
 

- Je te l’accorde, Ino est une peste. Une délicieuse petite peste blonde avec des yeux de glace que je m’enfilerais volontiers pour mon 4H mais une peste quand même… Je vais lui faire mon numéro avant qu’un éphèbe à l’uniforme carmin ne me souffle la priorité !
 

Les lèvres de la panthère aux yeux de gemmes s’étirèrent en un sourire carnassier des plus évocateur sur ce qu’elle espérait de la vertu du leader militaire de la faction bleue.
 

- Quant à Takahashi-San, j’en viens à douter de son humanité même. Non seulement il doit faire la fortune de son psy mais en plus avec ses conneries, le gouvernement va finir par nous envoyer l’armée impériale et faire le ménage ! Prions pour qu’aucun journaliste ne fasse sortir les évènements des murs de la citée.
 

Elle prit le temps de savourer son thé, un peu rêveuse, juste occupée à profiter de son agréable compagnie. Mais la remarque sur les rapports entre le Maire et Ran lui fit dresser un sourcil interrogateur.
 

- Comment ça Ran épris du maire ? C’est effrayant ce que tu me dis là ! Tu veux dire qu’il admire son talent pour les intrigues politiques, la façon dont il manipule tout le monde pour parvenir à ses fins… Qui sont quand même de nous réduire à néant. Ou tu sous-entends quelque chose de beaucoup plus glauque, du genre qu’il pense à lui plus avec sa queue qu’avec son flingue. Outre le côté shakespearien de l’histoire, ça serait dérangeant et hautement irresponsable.
 

En fait non, mais n’étant pas au courant du jeu d’alliance complexe qui unissait la ville de la surface et la ville souterraine et encore moins de celui de leurs dirigeants, la guerrière était à mille lieux d’imaginer qu’une relation sérieuse et suivie pourrait faire du bien au deux partis en présence. Cela dit, découvrir que la guerre en laquelle elle avait placé sa foi et sur laquelle reposait sa reconstruction mentale n’était qu’un coup économique aurait probablement des conséquences désastreuse sur sa personnalité et sa bonne humeur tant appréciée.
 

- En tout cas merci pour le thé ! Il faut dire que la cuisinière du manoir était une experte et que j’ai suivi son enseignement sur le sujet. Cela dit, pour les gâteaux, écris à la boite qui les fabrique et surtout ne me demande pas de faire de la pâtisserie, je crois que j’aurais du mal à réussir un quatre-quarts.
 

On ne peut pas avoir tous les talents.
 

 

 

 

 

[Yeah ! Félicitation pour le CDI, c’est une denrée rare de nos jours ^^. J’espère que tu t’y plairas ou, à défaut, que ça payera bien. Et Félicitation pour le déménagement aussi, enfin j’espère, un petit nid douillet pas trop loin du boulot ? Pas obligée de répondre, je suis curieux comme une jeune fouine.]
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 31/07/2010, 18:16    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Katena ne s'était pas privée pour la détailler du regard en l'espace de quelques secondes lorsque Yasu avait retiré son pull. Mais la Ruskov ne s'en offusquait point. Elle était habituée à cette réaction parfaitement humaine qui poussait les gens à l'observer une fois ses vêtements amples retirés. Starke lui-même n'avait pas fait exception, même si ses yeux avaient plutôt examiné la carrure de Yasu dans un esprit analytique et non intéressé.

*Tout ce qui est dissimulé intrigue forcément l'esprit humain...*

Elle tendit son pull à Katena lorsque cette dernière le lui réclama et la remercia. L'idée de récupérer un pull tout chaud et moelleux n'était pas désagréable. Pensive, Yasu commençait à se dire que trouver quelqu'un de charmante compagnie était une idée farfelue mais tentante. Mais à côté de ça, elle était trop indépendante pour vivre une relation stable. À la rigueur, avoir une relation fixe mais se permettre des petits plans drague de temps à autres, pourquoi pas ? Mais quelle fille accepterait une telle relation ?

- Je te l’accorde, Ino est une peste. Une délicieuse petite peste blonde avec des yeux de glace que je m’enfilerais volontiers pour mon 4H mais une peste quand même… Je vais lui faire mon numéro avant qu’un éphèbe à l’uniforme carmin ne me souffle la priorité !

Rien que ça ?

« Tu veux empiéter sur les plates-bandes d'Azusa ? Il est amoureux, le grand bleu, même s'il continue à collectionner les amourettes en attendant l'occasion pour faire son coming-out à la blondasse. »

Un terme qui devenait affectueux entre ses lèvres puisque d'un point de vue capillaire, elle n'avait rien à envier à la couleur d'Ino.

- Comment ça Ran épris du maire ? C’est effrayant ce que tu me dis là ! Tu veux dire qu’il admire son talent pour les intrigues politiques, la façon dont il manipule tout le monde pour parvenir à ses fins… Qui sont quand même de nous réduire à néant. Ou tu sous-entends quelque chose de beaucoup plus glauque, du genre qu’il pense à lui plus avec sa queue qu’avec son flingue. Outre le côté shakespearien de l’histoire, ça serait dérangeant et hautement irresponsable.

« Je penche pour le côté glauque, même si ses sentiments viennent certainement en partie du fait que cet homme est un génie tout simplement . Il ne pense pas avec sa queue... Plutôt avec son coeur. Et comme on le dit si bien, le coeur a ses raisons que la raison ignore. Mais je pense qu'il est le premier à en souffrir finalement. Il est responsable de sa faction, et il doit sacrifier sa vie pour nous rester fidèle. Ceci dit, il mériterait peut-être un coup de pied au cul. »

Après avoir fréquenté le père, Takahashi s'intéressait au fils cadet ? Ce type était définitivement taré... Et s'il faisait du rentre-dedans à Ran comme Azusa le lui avait répété, alors il n'y avait rien d'étonnant à ce que le louveteau succombe à ses charmes.

« Mais tu peux faire confiance en notre chef. Je te le rappelle, il suit la devise de notre père avec un attachement farouche. Il ne mettra pas notre communauté en danger. »


_________________________
[H.S. : C'est cool d'avoir internet au boulot xD Je bosse dans el jeu vidéo et je suis officiellement vendeuse mais officieusement gérante de mon petit magasin puisque le patron est sur Brest ^^ ça va, c'est à 30 minutes à pied de notre appart à Azu et moi ! Et à 5 minutes en voiture. Bon, en attendant d'avoir internet chez moi, je te dis à lundi, en espérant que ma suite te convienne ^^]

------------------------
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 14/08/2010, 14:10    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

L’image de Ran et du maire avait quelque chose de profondément écœurant pour la pauvre Katena mais il en faudrait plus pour faire retomber sa bonne humeur de la journée. Après tout, c’était avec elle qu’il avait dormi en premier ! Et cette consolation quoique futile mesquine et hors de propos la consolait plus que ce qu’il fallait.
Le cas Ino prenait lui aussi une tournure amusante.
 

- Par toutes les fortunes, quelle famille !
 

Lança-t-elle en secouant la tête.
 

- Je vais jamais avoir le temps de souffler avec ces deux grands gamins dans les pattes ! Heureusement que je les aime, tiens ! Quant à savoir qui marche sur les plates-bandes de qui… Qu’il attende que je lui ai fait vider ses trippes ou pas m’importe peu tant qu’ils ne sont pas officiellement en couple. Pour le cul comme pour la guerre l’amitié passe au second plan.
 

Hargneuse quand on parler de lui faire foirer ses plans cul ? Si peu. La panthère était juste du genre compétitrice mais préférait les défis puérils à ceux qui mettaient sa vie en danger, sans quoi elle serait en danger en permanence. Et puis, elle avait toujours son plan B : grand, puissant… arrogant et américain.
 

- Enfin bref… Je ne m’inquiète pas pour le sens du devoir de Ran tu sais. Je m’inquiète plus pour sa santé mentale et son petit cœur fragile. Ok, je caricature un peu mais avec tout ce qu’il a tendance à prendre sur lui, il ne faudrait pas qu’il finisse par craquer. Bon, normalement, avec la photo que je lui ai confiée il y a quelques temps, il ne devrait rien craindre pendant un long moment. Mais les talismans ne sont plus ce qu’ils étaient et si on veut que quelqu’un soit bien protégé, il faut le surveiller soi-même.
 

Mais le loup noir n’était pas facile à suivre et sa fierté ne tolèrerait surement pas longtemps qu’on le suive pour le protéger. Et puis si elle faisait ça, où trouverait-elle le temps de prendre le thé avec une amie ? Non, à la réflexion, il était bien assez grand pour veiller sur lui tout seul. Au pire, son sabre serait appelé en renfort de temps en temps, quand ni le renard bleu, ni la louve rouge ne seraient en mesure d’intervenir.
Un sourire se dessina une nouvelle fois sur les lèvres fines de la tueuse.
 

- Hé bah, tu imagines si nos deux familles s’étaient mélangées à une époque ? Conciliant nos deux façons de vivres et nos deux devises pour le meilleur et pour le pire… Une nouvelle aristocratie japonaise aurait vu le jour pour sûr ! Encore plus digne et plus forte que la précédente.
 

* Déjà sœurs de thé, presque sœurs de cœur et surement bientôt sœurs de bataille… La lignée issue de l’alliance de nos deux familles existe pour ainsi dire déjà. *

 Et si on ajoutait à cela un possible mélange avec les takahashi… le cocktail serait surement aussi puissant qu’instable, une sorte de nitroglycérine généalogique.
 

 

 

 

______________________________
[Voilà, enfin ! Désolé du retard mais ce vilain nordi m’a lâché pendant 10 jours et là il sort à peine de réparation ! Donc, oui ta suite me plait et surtout c’est cool pour ton job et votre appart’, un vrai duo gagnant. Je vous souhaite de continuer sur la même lancée ^^]
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 19/08/2010, 17:50    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Katena était vraiment attendrissante quand elle exprimait ses craintes sur la santé mentale et sentimentale de son chef. Elle n'avait pas tort de se montrer si méfiante. Après tout, qui savait de quoi était réellement capable le Maire de Sasuitachi ? Ran lui-même, malgré ses rapports particuliers avec Takahashi, ne pouvait prévoir totalement les plans machiavéliques que cet homme pouvait élaborer. Naïf, comme il était, il pouvait se laisser éblouir par une apparence si ses sentiments étaient trop confus. Car c'était dans la confusion que Ran faisait les pires erreurs de jugement.

Tant qu'il ne serait pas certain de ses sentiments ou de ses relations avec le Maire de la ville, il aurait du mal à y voir clair. C'était pourquoi Yasu ne restait jamais très loin de Ran quand ce dernier se rendait au manoir où s'était établit la mairie de la ville. Oh, elle ne s'était pas encore permise d'entrer dans ce sanctuaire interdit, mais elle restait toujours à quelques pas de ce manoir. Mine de rien, cet écouteur qu'elle avait implanté dans le portable de Ran était un petit bijou qui lui permettait d'être au courant de tout ce qui se passait en ces lieux. Elle ne pouvait pas distinguer clairement les paroles, mais au moins le timbre des voix, et savoir à quoi s'attendre si le ton se faisait plus agressif ou menaçant... Et ainsi agir en conséquence.

C'était ainsi qu'elle avait cru entendre Takahashi faire des confessions inavouables au louveteau noir. En effet, la voix de l'homme était devenue plus suave et tendre, ces derniers temps. Mais seule l'attitude du leader Akabatsu lui avait permis de tirer de réelles conclusions sur les rapports avec le Maire.


« Si nos familles s'étaient mélangées à l'époque ? Déjà nos parents auraient commencé par me mettre à l'asile avec mes idées révolutionnaires... Ce n'est pas très convenable dans ce milieu de brailler les chants communistes, je me trompe ? »

*Et nous aurions certainement été élevées en princesses dans le Manoir de monsieur le Maire...*

Mais cela, était-ce judicieux de le dévoiler tout haut ? Yasu hésitait. Personne encore n'était au courant de ce secret entre elle et Yuuto. Ni Ran, ni Azusa, ni Inocence lui-même n'avaient eu vent de ce péché que Takahashi n'assumait pas. C'était un sentiment assez étrange que Yasu éprouvait. Elle était partagé entre l'envie d'en parler, et la crainte d'être reniée à cause de ses origines.

« Tu crois que j'aurais été une princesse blonde plantureuse ? »

Non, elle ne nourrissais absolument aucun complexe mammaire. Elle aimait son style garçon-manqué, et même si l'idée de se "déguiser" en femme lui déplaisait fortement, s'imaginer un peu plus féminine l'amusait assez.

Tant que cela restait irréel et du domaine du rêve, cela n'avait rien d'effrayant.


« Une nouvelle aristocratie japonaise... Tu vois grand, ma parole ! Quelle ambition ! Pourquoi pas la renaissance de l'Empire du Soleil Levant, tant que tu y es ? »

Et elle arborait un sourire complice en prononçant ces mots que le Japon avait honni et renié. Mais son caractère entier et son coeur de guerrière la poussait à toujours jouer la provocation sur les thèmes les plus délicats pour un Japonais. Mais nul doute que Katena, si ouverte d'esprit et fortement occidentalisée, ne prendrait pas ses paroles au premier degré.

Sans doute même serait-elle la première à lui renvoyer la balle avec une blague sur l'Armée Rouge des Soviétiques.


*Ce qui serait bien mérité !*

« Plus sérieusement... » Ou presque... « Tu n'aurais pas d'autres gâteaux secs ? »

On ne plaisante pas avec la nourriture. Surtout quand on était une morfale éhontée du calibre de Yasu. Et c'était les yeux brillants qu'elle suppliait Katena du regard.

------------------------
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 22/08/2010, 14:20    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Katena sourit en retour aux élucubrations de Yasu, elle n’avait pas connu le père adoptif des trois jeunes gens mais elle savait que son propre père aurait pris avec un recul suffisant la passion pour les chants révolutionnaire de son amie et sœur de cœur.
 

- tu sais, ça dépend des familles. Mon père, riche homme d’affaire, a épousé une institutrice. Autant dire que pour lui la seule noblesse qui comptait vraiment venait de l’âme. Et dans le genre, les révolutionnaires sont plutôt bien placés.
 

Elle prit une gorgée de thé vert et songea un instant à ses parents avant de poursuivre sur la lancée de sa partenaire.
 

- plantureuse je ne sais pas mais princesse, je n’en doute pas une seconde. Je dirais même le genre de princesse que l’on imagine sage, presque diaphane mais qui, aussitôt qu’on tourne le dos, est capable de bien des mauvais tours et des espiègleries. D’accord, c’est peut être une vision un peu Disney mais elles sont censées présenter des femmes idéales non ?
 

Question purement rhétorique, la panthère aux yeux de joyaux savait de quoi elle parlait, son enfance ayant été bercée par ses comtes féériques. Il fallait bien ça pour survivre à l’éducation rigoureuse du manoir, du moins, c’est ce qu’elle pensait à l’époque. Maintenant adulte, elle avait compris les raisons d’une éducation si drastique et ne cessait d’en remercier ses défunts géniteurs.
Elle eut du mal à ne pas éclater de rire quand Yasu lui demanda si elle ne comptait pas ressusciter l’empire du soleil levant, avait-elle l’air si psychorigide ? Autant surenchérir.
 

- Ma foi, ça ne changerait pas grand-chose pour nous ! Enfin si, nous serions en haut de l’échelle sociale et c’est nous qui écraserions les autres sous nous chaussures de bois inconfortables mais traditionnelles.
 

Et voilà, elle repartit à rire aux éclats.
 

- La grande Russie Soviétique, l’Empire du Soleil Levant. Deux titans si puissants qu’ils furent engloutis par le sol, trop fragile pour résister au poids de leur puissance. Bien sûr ils avaient leurs failles et leurs vices mais toi comme moi, nous n’avons hérité que de la pureté de leur idéal. D’une certaine façon, cela fait de nous des pièces de musée ou des icônes obsolètes. Mais nous en devenons aussi les gardiennes de certaines valeurs et un rappel pour ceux qui sont trop dans le présent.
 

La duelliste prit une petite pause pour profiter d’un sablé à la noix de coco.
 

- Je ne joue pas les prétentieuses, je ne crois pas que nous sommes au dessus des autres, du moins, pas par naissance ou par nature. Ce qui nous rendrait supérieures, si nous le sommes réellement, ce sont nos choix. Nous avons choisi la difficulté, le défi… Nous avons choisi de vivre en décalage avec notre temps et donc de nous soumettre à des épreuves que bien d’autres ne connaitront jamais.
 

Tant de sérieux pour une simple pique amicale, Katena avait vraiment le don de partir dans tous les sens lors d’une conversation. Elle se leva pour retourner en direction du placard.
 

- Tu as raison, assez de ses conneries bolchévico-nippones ! Il est temps de passer au deuxième service. Et ne t’inquiète pas, y en a encore plein !
 

Et c’était vrai, pour qu’elles tombent à court de gâteaux secs, il faudrait qu’on leur fasse un siège de plusieurs mois autour de l’appartement… Enfin, au moins de plusieurs jours.
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 04/09/2010, 19:00    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Yasu avait écouté la jeune femme avec attention, et elle ne put retenir un sourire oscillant entre l’oscillation et l’amertume. Katena était tellement fière de sa famille, de ses parents, de l’éducation qu’elle avait reçue. Mieux encore, elle parlait de son père avec fierté. Ce sentiment, Yasu ne le connaissait que pour elle-même, car elle estimait qu’après s’être redressée suite aux embûches que la vie avait disséminées sur son chemin, elle méritait cet orgueil parfaitement égocentré. Et puis, la fierté d’avoir appartenu à l’un des empires les plus mythiques en ce monde...

Mais pour ce qui était de ses origines généalogiques, c’était tout autre... D’ailleurs, elle n’en parlait jamais, pas même de sa mère qui pourtant n’avait rien d’une honte dans sa vie. Mais voilà, Yasu avait tiré un trait sur son passé. Peut-être un trait un peu trop précipité, sans avoir pris le temps de laisser les plaies cicatriser totalement. L’impatience de la jeunesse, le refus d’affronter à nouveau certaines choses, la facilité d’oublier pour anesthésier la douleur et ne plus s’en rendre compte.

Mais à ne pas vider le pus, le poison s’empare de la chair meurtrie... Et Yasu en avait conscience, mais son caractère de battante la poussait à porter son regard vers l’avenir, sans s’attarder sur les faits rendus révolus par le temps assassin.


« Je t’admire. » murmura-t-elle soudain. « Tu parles de tes parents avec fierté. Moi, je sais juste que ma mère s’est fait sauter par un jeune con dont le père était ambassadeur et se rendait en Russie régulièrement. Elle bossait comme femme de ménage à l’Ambassade du Japon de Moscou, et le fils de l’ambassadeur se l’est tapée, puis il est retourné dans son pays. Dès que j’ai commencé à prendre un peu trop de place dans le ventre de ma mère, elle s’est fait virer de l’ambassade. »

Rien de très mirobolant. Surtout que d’après les dires de sa mère, lors d’un autre voyage en Russie, le fils prodigue avait croisé sa dulcinée d’un soir et l’avait surprise avec un bébé dans les bras. Une petite fille du nom de Miki Yasinov. Pas un mot doux. Juste la promesse de lui envoyer un billet pour les aider financièrement à chaque fois qu’il reviendrait dans ce pays en compagnie de son père.

Cela avait duré deux années, puis le jeune homme s’était marié à sa promise et avait fini par résider uniquement au Japon, oubliant plus ou moins la jeune Ruskov et sa progéniture. Ainsi, en grandissant, Miki n’était rien d’autre qu’une petite bâtarde qui n’avait pas de père.


« Mudilo.* » marmonna-t-elle en grignotant nerveusement un gâteau de la deuxième fournée. « Dommage que Ran ne soit pas là... Il adore ce genre de douceurs... Enfin il a déjà dû y goûter quand tu l’as recueilli ici, j’imagine. »

Elle se tourna vers Katena et la considéra d’un coup d’œil rapide.

« J’ai quand même du mal à te voir en guerrière... Ce n’est pas pour te vexer hein, mais tu incarnerais plutôt une icône sexuelle... Qu’est-ce qui t’a vraiment poussé à apprendre l’art du sabre plutôt que l’art de la danse geisha traditionnelle, si ce n’est pas indiscret ? »


_______________________
[HS] Re =D je n’ai aucune excuse à mon retard, si ce n’est que mon inspiration avait foutu le camp, mais alors quelque chose de mignon ! Bon, je ne sais pas si toi, de ton côté, tu seras inspirée par ce que je te balance ici u_u ... Pour information, « Mudilo » signifie « Connard » :o Bien évidemment, elle parle à son père en disant ça.

------------------------
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 07/09/2010, 20:30    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Katena écouta Yasu avec attention, se demandant si son don pour recueillir les confessions intimes avait encore frappé. Quoi qu’il en soit, l’histoire de son amie ne lui était pour ainsi dire pas étrangère : les milieux des affaires et de la politique se recoupent souvent et son père, Arada-sama, avait coutume de se plaindre du peu de respect de ses pairs pour les petites gens. Elle posa gentiment sa main sur le bras de sa consœur.
 

- En décidant de te garder, ta mère à fait preuve de beaucoup de courage… Et je suis sure qu’elle a su garder la tête haute malgré tout. Tous les héros n’ont pas une arme au point de nos jours. Ça me rappelle la conversation que j’ai eue avec Ran sur la maternité, les mères ont un pouvoir formidable que je leur envie, du moins… Encore pour quelques mois au minimum !
 

Elle éclata de rire, comment aurait-elle pu amener son désir de maternité dans la conversation de manière moins délicate ? Il fallait rattraper l’assiette au vol.
 

- Attends ! Non, je ne suis pas enceinte ! En même temps j’aurais du mal, ma dernière expérience était complètement protégée et avec un professionnel. Aucune chance donc.
 

Catastrophe sous contrôle, elle pouvait reprendre le cours de la conversation.
 

- Ma foi, ton petit frère à fait connaissance avec mes ramens aux légumes, pas avec mes gâteaux. Mais tu dois le savoir s’il t’a tout raconté en détails. En revanche, j’ai en effet pu constater qu’il aimait les douceurs, c’était attendrissant…
 

Les yeux brillants de la guerrière se perdirent dans le vague, elle affichait un sourire doux assez rare sur son visage mais de moins en moins inhabituel depuis qu’elle s’était intégrée à la citée souterraine.
 

- En fait, il est un peu comme un sabre : tranchant mais nécessitant mille attentions.
 

La remarque et la question de la louve rouge rendirent leur acuité à ses yeux de sabreuse.
 

- Tu ne me vexe pas, la vérité n’a rien de très reluisante à vrai dire. Je suis devenue une tueuse pour être forte et pour pouvoir me venger, voilà tout. Une patrouille de 5 miliciens Aobatsu, un viol collectif violent… D’autre seraient mortes de l’intérieur après un traitement pareil mais au plus j’y pense, au plus je me dis qu’ils n’ont fait que faire éclore l’œuf. 5 ans d’entrainement intensif avec des professeurs particuliers payés des fortunes pour me transformer en tueuse implacable et voilà que j’accomplie une vengeance un peu trop théâtrale dans des litres d’hémoglobine dont on a parlé dans tous les journaux. Ajoute à ça l’honneur de la famille à défendre et notre devise et imagine les dégâts que ça a pu causer à mon cerveau. Résultat final : je suis une tueuse à moitié folle, prisonnière sous terre et mon passé sexuel se limite à quelques expériences lesbiennes, une longue nuit de passes avec un prostitué et ma collection de HD-dvd porno… Un peu pathétique à 24 ans passés. Du coup, côté icône sexuelle, je veux bien poser pour des photos en double page qui finiront tâchées par des adolescents mais il vaut mieux que ça s’arrête là pour l’instant parce que je ne suis absolument pas sure d’être… Un bon coup.
 

Question courte, réponse longue. Encore que, elle avait retenu la leçon avec son leader et elle s’était retenue de donner tous les détails.
 

 

 

_________
[Pas de soucis, les pannes d’inspi ça arrive ^^ . Et ne t’inquiète pas, j’ai du ressort !]
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 08/09/2010, 09:18    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Ce qui était épatant avec Katena, c'était sa capacité à passer du rire joyeux à la mine sombre et sérieuse en un clin d'oeil. Là où Yasu affichait une attitude parfaitement nonchalante quelle que fût la situation - ce qui ne l'empêchait pas d'être incroyablement réactive et forte de caractère -, la jeune Japonaise n'hésitait aucunement à exprimer ses émotions. Dans la pudeur, mais sans jamais se cacher derrière des faux-semblants. Si elle avait souffert, elle l'admettait humblement. Alors que Yasu tournait le dos et puisait sa volonté de vivre dans sa loyauté pour Ran Yashin.

- Du coup, côté icône sexuelle, je veux bien poser pour des photos en double page qui finiront tâchées par des adolescents mais il vaut mieux que ça s’arrête là pour l’instant parce que je ne suis absolument pas sure d’être… Un bon coup.

Voilà qui devenait intéressant. Ainsi, la demoiselle avait une si mauvaise image d'elle-même au plumard ? Pourtant, tous les mâles de la surface - du moins ceux qui n'étaient pas des homosexuels refoulés - auraient certainement payé cher pour la convaincre de l'inverse. Elle aussi d'ailleurs, elle n'aurait pas dit non à l'idée de partager la couette de Katena. Bien évidemment, le joli minois ne fait pas la qualité au plumard, comme disait Azusa.

« Ce que tu as subi est impardonnable... Mais il faut vivre avec. Tous ceux qui te disent "T'inquiète, avec le temps, les plaies se cicatrisent", ce sont des menteurs qui ignorent de quoi ils parlent, et qui n'ont que de la compassion à offrir. Ce que nous avons vécu, toi, moi, et Ran à présent, ce sont des choses qui nous marquerons à jamais. On gardera cette douleur et ce sentiment d'impureté toute notre vie. C'est notre fardeau de victime culpabilisante, c'est une réalité... Faut-il pour autant s'arrêter de vivre ? »

De ce côté-là, on ne pouvait pas dire que la Ruskov était en reste. Elle profitait pleinement de la vie... Peut-être trop pour être sincère, mais après tout, elle estimait que fuir son passé menait forcément à une volonté d'aller vers l'avant.

« Le meilleur moyen de savoir si tu es un bon coup, c'est de passer le pas et de coucher avec quelqu'un, tu ne penses pas ? Facile à dire, c'est vrai... J'avoue que mon rôle pendant l'amour est plus simple au moins sur une chose ; la technique "quand on cherche, on trouve" est particulièrement efficace pour les garçons-manqués de mon genre. Côté plaisir personnel, on repassera vu que c'est à sens unique, mais même un orgasme ne vaut pas la satisfaction qu'on éprouve quand notre dulcinée est au summum de la jouissance. »

Sans doute un nouvel indice qui prouvait combien Yasu n'assumait pas son corps de femme. Après tout, pas une seule de ses conquêtes n'avait eu le droit de la toucher, ni même de lui ôter ses bandages autour de la poitrine. C'était dans ce genre de révélation que l'on pouvait se rendre compte à quel point ces deux femmes étaient aux antipodes l'une de l'autre. Si Katena savait tirer profit de son physique mais doutait de ses capacités au lit, la Ruskov en revanche méprisait son corps de femme mais savait pertinemment qu'elle était un bon coup.

Ironie du sort que leurs problèmes fussent inversés et qu'elles se rencontrent plus ou moins grâce à Ran Yashin. En parlant de lui, encore un qui craignait de faire l'amour parce qu'il avait peur de ne pas être capable d'offrir du plaisir. Finalement, ce serait peut-être une bonne idée que le Maire se le fasse ? Un homme atteignant la quarantaine était le meilleur professeur qu'un partenaire sexuel pouvait avoir.


« Il n'y a pas de mauvaise femme au lit, seulement de mauvais amants. » murmura-t-elle en glissant un sourire à Katena, les coudes posés sur ses genoux et les mains soutenant son menton. « Et si tu n'avais pas viré ta cuti, je te l'aurais prouvé en personne ! »

Et elle baissa la tête pour rire gentiment. Azu n'avait pas tort. Elle avait un léger fond macho...

____________________
[HS] Allez, un peu de détente quand même xD ! Je ne voulais pas que Yasu soit trop "prise de tête" à parler du passé, de la souffrance, etc... ^^ Donc j'ai pris un ton un peu plus léger sur la fin. J'espère que ça te conviendra ?

------------------------


Dernière édition par Yasu le 23/10/2010, 17:53; édité 1 fois
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 10/09/2010, 19:04    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Il est vrai que quelques semaines plus tôt Katena se serait laisser tenter sans la moindre hésitation, juste pour passer le temps et se justifier auprès des Akabatsu. Mais elle avait fait du chemin depuis et elle avait dépassé ce stade. La question était donc simple : Allait-elle se permettre un écart, juste par orgueil, pour s’entendre dire qu’elle était un bon coup ? Non mais ça n’empêcher pas de jouer gentiment. Elle attrapa son sabre d’un geste souple et le dégaina d’un centimètre.
 

- Je pourrais commencer par trancher T-shirt et bandages d’un même geste avant de plaquer mon corps contre le tien. Ou au contraire défaire ma cravate et déboutonner ma chemise en te suppliant du regard…
 

La guerrière en profita d’ailleurs pour se mettre à l’aise de sa main libre mais ne défit que deux bouton, histoire de rester descente.
 

- … Je connais la théorie, pas de problèmes là-dessus et en plus, je sais par expérience que ça marche. Mais bizarrement, en même temps que j’ai recommencé à avoir de l’estime pour moi, il s’est créé comme un blocage ! Je n’ose plus faire ces gestes, avoir ses regards et ces attitudes. Et puis, à ce moment là, je m’en fichais, je prenais ce que je voulais et en donnais le moins possible.
 

Son sourire ne s’était pas effacé, elle était bien.
 

- Cela dit, j’apprécie la façon dont tu me regardes et la franchise de tes paroles, j’avoue que ça m’aide à me sentir moins monstrueuse. Après tout, qui aurait du désir pour un monstre ? Enfin, sans parler de ceux ou celles qui ne savent pas ce qui se cache sous la surface. C’est quand les gens comme toi, qui savent la vérité, me regardent avec envie que je me dis : Hey ma fille, souris et lève la tête, y a des gens qui t’aiment !
 

La duelliste laissa sa tête partir en arrière et regarda le plafond tout en restant dans la conversation.
 

- Et pour répondre à ta remarque, j’ai déjà cherché et je me suis trouvé un gigolo que j’ai torturé la moitié d’une nuit ! Putain, lui s’était un bon coup, il connaissait son affaire ! Et il a eu l’air d’aimer ça aussi, seulement quand on paie, y a toujours un doute sur la sincérité du commerçant.
 

Le pauvre Eizan ne méritait pas ça mais la jeune femme était toujours un peu paranoïaque sur ce genre de choses.
 

- Moralité, j’en cherche un qui ne se paie pas et qui ne soit pas que de la viande à violer si tu me permets cette expression douteuse. Quoi que… Le petit sanglier c’est de la viande à violer mais je lui dirais pas non quand même. En même temps, c’est à peine un homme, le risque est d’autant plus limité… Encore que, Il pourrait avoir des pulsions adolescentes mal contrôlées. Ho et puis merde ! Si d’un j’arrive à le coincer au lit et de deux il lui vient des idées malsaine, j’aurais qu’à le mordre !
 

Son éclat de rire la fit presque tomber de sa chaise mais son agilité féline lui permit de rétablir la situation et d’éviter la chute funeste.
 

- Halalala… Je te l’ai dit Yasu, je suis à moitié folle ! Enfin… Soit ça, soit je vis parfaitement avec les blessures de mon passé. En même temps, avec toute une famille pour me veiller et aspirer le venin, ça serait bien le diable s’il n’y avait aucune amélioration !
Revenir en haut
Yasu
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2010
Messages: 136
Age: 22
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 11/09/2010, 01:13    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Au moins, elle parvenait à réconforter un peu Katena. Ce n'était pas une mince affaire qu'aider une femme à surmonter ses peurs et ses doutes, bien que là, cela relevait plus de la pathologie que du complexe de base. En effet, bon nombre de demoiselles n'auraient jamais réussi à se relever d'une telle épreuve. Yasu elle-même n'aurait peut-être pas eu la force de se redresser suite à un viol collectif à un âge critique de l'adolescence.

Finalement, se faire violer étant enfant laissait des séquelles tout aussi profondes, mais qui dans le cas de la Ruskov n'altérait pas l'image qu'elle se donnait. Elle avait développé un puissant charisme en optant pour la voie qui lui semblait la plus naturelle dans son état d'esprit ; celle du
tom-boy, du garçon-manqué. C'était un moyen de renier une féminité qui n'avait pas pu se développer à la suite d'un traumatisme d'enfant...

Une féminité inexistante finalement, puisqu'un homme de foi la lui avait ravie sans le moindre scrupule.

Mais au moins, Yasu se plaisait dans son style androgyne un peu blasé mais malgré tout à l'écoute et de bon conseil - ou de bonne compagnie sous la couette.


- Je pourrais commencer par trancher T-shirt et bandages d’un même geste avant de plaquer mon corps contre le tien. Ou au contraire défaire ma cravate et déboutonner ma chemise en te suppliant du regard….

« T-t-t... Hors de question, on ne tranche pas mes bandages sacrés... Les chemises ou les débardeurs, pas de souci, j'en ai d'autres... Mais les bandages, si j'en abuse, je me fais gronder par Azusa, car c'est une priorité pour les soins, et non pas pour, je cite, "plaquer les protubérances mammaires d'une lécheuse de femmes". Comme si je méritais un tel traitement... »

Oh oui, elle le méritait, mais inutile de s'étendre sur ses vilains défauts. Katena aurait tout le loisir de les découvrir si elles venaient à se rencontrer plus souvent.

« Ceci dit, j'ai vraiment ma poitrine en horreur... J'ai bien pensé à la mammectomie, mais l'idée de pencher vers le chemin des transexuels me fait frissonner. »

Ne pas accepter son corps était une chose... Le modifier de façon si radicale n'était pas pour autant un pas facile à franchir... Et moralement, Yasu aurait bien été incapable de passer ce cap.

- Cela dit, j’apprécie la façon dont tu me regardes et la franchise de tes paroles, j’avoue que ça m’aide à me sentir moins monstrueuse.

*Ah ça, c'est sûr qu'en matière de franchise, tu trouveras difficilement plus "cash" que moi, ma belle...*

Mais Yasu garda cette pensée pour elle seule, se contentant de hocher la tête... La jeune femme devant elle commençait à se libérer, à parler plus simplement, tombant même dans le graveleux gentillet. C'était assez cocasse de constater à quel point Katena cachait bien son jeu. Au même titre qu'Azusa, finalement... Il avait beau faire le serviteur attentionné auprès de ses amis les plus proches, il n'en restait pas moins un véritable démon.

La différence cruciale entre lui et la duelliste, c'était que ce grand bleuet avait l'incroyable faculté de manipuler les conversations pour que toutes puissent se conclure en sa faveur. Katena n'avait pas ce côté machiavélique à tout calculer et à s'en amuser... Du moins, a priori, car Yasu ne la connaissait physiquement que depuis quelques heures.

Mais Yasu ne se préoccupait pas le moins du monde de ces pensées inconscientes. Elle écoutait la jeune femme disserter sur les partis masculins possibles à Sasuitachi. Et toujours ce petit sanglier blond qui ressortait du lot... Pourtant, ce n'était qu'un gamin à peine formé. Elle ne comprenait pas pourquoi Azusa et Katena en avait après lui. La Ruskov se demandait même s'il avait déjà eu une érection dans sa vie.


- Halalala… Je te l’ai dit Yasu, je suis à moitié folle !

« T'es même carrément frappée ! Sans rire, si tu prends l'Américain comme géniteur, crois-moi que votre descendance sera la nouvelle arme de destruction massive. Einstein n'aura même plus à regretter d'avoir révélé le secret de l'atome. »

Et elle se mit à rire, amusée à l'idée d'imaginer une petite machine à tuer portant encore des couches-culottes.

------------------------
Revenir en haut
Katena Ryuraiden
Akabatsu - Infiltratrice
Akabatsu - Infiltratrice

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 372
Age: 24
Faction: Akabatsu
Sexe: Féminin
Sexualité: Hétérosexuel
Uke ou Seme: Ambi

MessagePosté le: 12/09/2010, 16:48    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ? Répondre en citant

Opération réussie ! Katena venait de légèrement déstabiliser Yasu en la menaçant de trancher ses bandages, prouvant ainsi qu’elle n’était pas d’humeur dépressive. De plus, la précision sur le fait qu’elle devait économiser les bandages pour ne pas se faire rabrouer par Azuza allait lui permettre une autre pique.
 

- Hé bah ! Si tu les change le moins possible y doit y avoir une drôle d’odeur la dessous des fois… Ou alors tu les laves jusqu’à ce qu’ils se déchirent ?
 

Un peu en dessous de la ceinture, assurément venimeux mais absolument pas méchant.
 

- Mais fais moi plaisir, restes en aux bandages s’il te plait. Homosexuelle ou pas, tu es incontestablement une femme et te mutiler n’avancera à rien. J’ai contre les transsexuels mais ils ont un profil psychologique très particulier que tu n’as pas.
 

Elle posa son sabre sur la table et fit craquer ses doigts pour les assouplir avant de pouffer comme une adolescente quand son amie lui dépeignit son éventuelle descendance avec le mercenaire américain.
 

- C’est clair, un vrai petit terminator en kimono ! Ou un Oni en treillis avec un stetson, c’est au choix. Cela dit, encore faut-il y mettre le grappin dessus à ce mec là, je te rappelle que c’est toi qu’il a invité.
 

La panthère adressa alors à la louve un clin d’œil complice.
 

* Et alors lui, je suis pas sure qu’il respectera le caractère sacré de tes bandage ma grande. Remarque, je ne l’ai connu qu’à travers un combat de rue… *
 

- Et puis tu vois, je n’imagine pas devenir mère dans le contexte actuel, on va attendre que la guerre se soit calmer. Parce que bon, élever un enfant dans les bruits de bombes et des odeurs de sang, je ne crois que ce soit bon pour l’épanouissement d’autre chose qu’une arme de destruction massive dont nous venons de parler. En plus la maternité risque d’annihiler toute ma combativité.
 

Un sourire éclatant accroché aux lèvres, elle se leva pour aller dans sa penderie.
 

- Excuse moi deux minutes, j’en ai marre de jouer à la femme fatale… Je vais me changer vite fait !
 

Et pour ça, elle savait faire vite. Négligeant de fermer la porte, elle défit chemise et pantalon avant de les envoyer valser dans le panier à linge puis ce fut le tour de son soutien-gorge et enfin, de ses chaussures. Après avoir laissé échapper un soupir d’aise, elle prit un peignoir de soie rouge avec un motif doré représentant un dragon Shen Long qu’elle passa rapidement avant d’en nouer la ceinture.
 

- Voilà, voilà ! De retour et libérée ! Si tu veux faire pareil, ne te gène pas pour aller regarder, je prête mes fringues aussi facilement que je les emprunte aux autres.
 

Proposa la guerrière en se rasseyant confortablement avant de prendre un petit gâteau et de lui faire un sort. L’apparence parfaite avait ses limites : celle du confort. Et une fois chez elle, il fallait que Katena lâche la pression et laisse retomber le masque.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:27    Sujet du message: Votre thé, avec une balle ou un sabre ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi Undergrounds † -> † Les squats -> Katena Ryuraiden -> La salle principale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com