Index du Forum


 
 Index du ForumS’enregistrerConnexion

:: Une compagnie monnayée... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi City † -> † Les appartements -> Azusa Yamada -> Le salon
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eizan Kitagawa
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 69
Age: 19 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 12/10/2012, 22:42    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

La nuit était tombée depuis longtemps sur Sasuitachi, la pluie recouvrant l'asphalte de la route d'un fin manteau brillant. Courant entre les flaques, sa cravate défaite et sa veste lui battant les flancs, Eizan tenait tant bien que mal de rattraper son retard. Son employeur l'avait contacté à la dernière minute pour lui annoncer que son premier client l'attendait. Hébété et après une bonne discussion avec Cherry, le jeune homme avait sauté sous la douche, s'était vêtu en quatrième vitesse, avait attrapé le plan de la ville que son colocataire lui avait gardé de côté, et avait foncé sans attendre. Tout en courant, le jeune homme s'était posé mille questions. Il n'était pas censé prendre son service avant quelques jours. Cherry et Matsuyama avaient d'ailleurs l'air d'hésiter encore sur le choix du premier client qu'il aurait. Alors pourquoi lui ? Pourquoi ce soir ? Matsuyama ne lui avait donné aucune indication. Juste un lieu où il devait se rendre, avant de raccrocher sans attendre.

Ce ne fut donc que deux heures plus tard, trempé et gelé, que Eizan posa enfin un regard soulagé sur le petit panneau annonçant le nom de la rue qu'il cherchait. Enfin. En espérant que ce premier client ne soit pas déjà le dernier, tant il avait été long à trouver son chemin. Pénétrant dans l'immeuble, Eizan profita des escaliers pour reprendre un peu son souffle. Il allait arriver tout défait chez son client. Rouge de honte, il tenta de s'arrange un peu, se recoiffant et rajustant ses vêtements pour paraître un peu moins pitoyable. Cherry n'aurait pas été bien fier de lui en cet instant. Quelle image il devait donner ! Penser à son colocataire lui redonna un peu de courage. Il devait faire de son mieux, quoique l'on attendre de lui. Il n'était pas censé se plier à des activités sexuelles pour le moment, mais s'il arrivait à proposer une simple pénétration par derrière, voilà qui protégerait son intimité.

Fier d'avoir pensé tout seul à cette solution, le jeune prostitué aux allures d'étudiant s'approcha de l'appartement dont le numéro correspondait. Voilà, c'était ici. Vraiment ? Et s'il se trompait ? Et si e n'était pas du tout dans cet immeuble ? Et s'il avait mal interprété les paroles de Matsuyama, en fait ? Soudain blême, Eizan porta la main à ses lèvres et fit de son mieux pour se ressaisir. Il aurait tant voulu que Cherry soit là pour l'accompagner... Mais il devait cesser de compter autant sur son mentor. Cherry... Un exemple de courage et d'humilité. Si la cerise malingre paraissait plus chétive qu'un bouton d'or exposé aux frimas de l'hiver, Eizan avait eu l'occasion de voir qu'il n'en était rien. Sûr de lui, patient, charismatique et troublant. Une force de la nature malgré un corps maigrelet, presque trop grand pour ce jeune homme qui pourtant vivait son physique sans complexe aucun. Du reste, pourquoi aurait-il dû en avoir ? Le nouveau-venu dans la joyeuse troupe de Tetsuo Matsuyama n'était pas certain d'être objectif, mais une chose était sûre, Cherry était parfait à ses yeux.

À nouveau plein de courage et de fierté à l'idée de pouvoir enfin faire ses preuves à ceux qui lui avaient accordé sa confiance, Eizi leva le poing et frappa résolument et avec entrain à la porte de l'appartement. Il les rendrait fier de lui, c'était certain ! Ce fut du moins ce qu'il pensa jusqu'à ce qu'un vieil homme aux genoux tremblotant lui ouvre la porte, visiblement étonné.


« Euh... »
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 12/10/2012, 22:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Azusa Yamada
Akabatsu - Bras droit
Akabatsu - Bras droit

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2008
Messages: 97
Age: 25
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Seme

MessagePosté le: 13/10/2012, 21:05    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

« Maintenant, frappe-moi et va-t-en... »

+ Eh ouais, c'était ça quand on voulait se la jouer "mec cool comme dans les mangas". Ah c'est sûr qu'il avait eu le rôle parfait du beau traître démasqué qui retourne habilement sa veste pour endosser le costume du type trop classe vaguement masochiste au cursus intellectuel énigmatique. Mais la vraie vie n'avait rien d'un anime japonais et la souffrance ressentie lorsque Ino l'avait repoussé en comprimant violemment sa blessure avait été bien réelle. Ce que les producteurs et les scripts s'assuraient de ne pas montrer par la suite, c'était le "mec trop classe" qui se tordait de souffrance en pestant intérieurement quelque chose de très semblable à "Bordel de m**de ça fait mal, sa mère !". +

+ Néanmoins Azusa, puisqu'il s'agissait de lui, avait réussi à s'en remettre et c'était en se tenant droit qu'il avait regagné la surface. Il avait sévèrement douillé, mais au fond, il savait qu'il le méritait. Sans compter qu'il avait sommé à Ino de lui faire du mal. Un électrochoc certain pour le petit blond, mais également pour l'espion qui avait senti entre leur baiser et ce geste de défense un profond sentiment de culpabilité. Il était donc retourné à son appartement de fonction et s'était reposé un moment sur son canapé, fatigué par son ascension vers la City. +


                   Hey, starshiy brat! Tu
                   t'es fait massacrer par le
                   marcassin? Tu veux que je
                   passe refaire tes points de
                   suture?

+ Ah, Yasu... Toujours le mot pour rire, cette blondinette. Malgré sa bonne volonté et ses interventions indéniablement essentielles pour les blessés graves à qui il fallait prodiguer les premiers soins, la louve soviétique était très mauvaise en couture. Quand il fallait recoudre une plaie ouverte, mieux valait pour le patient de ne pas espérer un tracer régulier et net. Peut-être Katsutoshi aurait-il dû l'initier à l'art du canevas quand elle était encore petite ? C'était un passe-temps agréable pour les petites filles... Enfin, encore fallait-il que la Ruskov ait quelque chose en commun avec les autres représentants du chromosome XX. +


                   Yo, mladshaja sestra!
                   T'inquiète, ça va aller. Les
                   points ont lâché mais je
                   vais me débrouiller seul...
                   Tes points de suture
                   ressemblent à un Picasso
                   en période noire... XD

+ Une fois cette réponse envoyée à sa cadette, il passa un bref appel auprès du Maire pour le tenir au courant des faits. Le ton de Takahashi ne semblait pas agacé ni même contrarié. Pourtant, Azusa avait laissé filer son fiston au coeur même de la ville ennemie... N'importe quel père aurait crié au scandale et l'aurait au minimum blâmé si ça n'avait pas été un renvoi direct. Mais Yuuso semblait plutôt confiant, et c'était avec naturel qu'il lui avait proposé un service à domicile à son compte si l'espion le souhaitait. Agréablement surpris par la demande, ce dernier avait bien évidemment accepté puis avait raccroché. Il constata alors la réception d'un message : +


                   Enfoiré...

+ En plein dans le mille ! La bâtarde moskovine était vexée et nul doute qu'elle le bouderait pendant quelques heures avant de lui faire un chantage quelconque pour qu'il lui achète son pardon. C'était de bonne guerre, ils avaient toujours eu ce genre de rapports, à se chamailler et se réconcilier sans cesse. La jeune femme avait du caractère et même s'il n'en montrait rien au naturel, Azusa l'admirait beaucoup. Avec un sourire, il se contenta de répondre le plus simplement du monde. +


                   Lol ;)

+ Il s'étendit un peu plus confortablement sur son canapé et patienta une petite demi-heure, alternant quelques instants de somnolence avec de longues minutes d'une douleur lancinante... Finalement la gêne se fit omniprésente et il y céda, se levant pour s'enfermer dans la salle de bain et refaire ses points de suture. L'affaire se boucla rapidement et durant cette couture charnelle, il se contenta de serrer les dents et de ne se concentrer que sur la régularité de ses gestes. Une façon d'occuper son esprit et de minimiser la douleur. +

+ Il termina son minutieux travail, épongea la plaie qui s'était remise à saigner et s'arrangea pour couvrir la plaie et ne pas tacher la chemise propre qu'il s'apprêtait à enfiler. Il crut alors entendre quelqu'un frapper à la porte d'entrée et il quitta la salle de bain pour ouvrir, torse nu mais la chemise nonchalamment posée sur son épaule valide. Il découvrit alors un jeune garçon qui semblait un peu pantois devant le vieux voisin tout aussi interloqué. +

« C'est une erreur, Fujita-san... Mon cousin s'est trompé de porte... »

+ Et sauvant la mise au gamin que le grand Matsuyama lui envoyait par le biais du Maire, Azusa invita son "cousin" à entrer dans son appartement. Une dernière courbette polie envers le doyen de l'immeuble et l'espion referma la porte avec un petit rire. +

« Pauvre vieux, je ne suis pas sûr qu'avec du viagra, même en lui administrant une dose de cheval, son bambou puisse retrouver sa verve d'antan... » Il sourit gentiment au jeune garçon et se présenta : « Yamada Azusa. Ne t'inquiète pas, tu n'auras pas besoin de te déshabiller ce soir, j'ai juste besoin d'un peu de compagnie. Quel est ton nom ? »

+ Voilà qui était dit. Au moins, le môme pouvait se détendre un peu. Car nul doute qu'il s'était foutu la pression tout seul au vu de ses joues toutes roses d'embarras. +

------------------------


Dernière édition par Azusa Yamada le 19/11/2012, 01:42; édité 1 fois
Revenir en haut
Eizan Kitagawa
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 69
Age: 19 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 13/10/2012, 21:57    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

Ce n'était pas comme cela qu'Eizan imaginait son premier client. Ni les premiers regards qu'ils échangeraient. Heureusement, le grincement salvateur de la porte et une voix définitivement jeune permirent au jeune prostitué de reprendre sa respiration. Il n'aimait pas penser comme cela mais ouf. Définitivement ouf. Il en était déjà à paniquer en essayant d'imaginer de quelle manière il allait bien pouvoir s'occuper de ce gentil petit grand-père qu'il imaginant plus en train de faire sauter ses petits enfants sur ses genoux que de sauter une pute entre ses genoux. Mort de honte, Eizan présenta ses excuses au vieillard, en s'inclinant bien bas, avant de se réfugier chez son "cousin". Une fois la porte refermée derrière eux, c'est avec beaucoup de confusion et de honte qu'Eizan se répandit en excuses. La première qualité d'une prostituée devait être la discrétion, et c'était d'autant plus vrai dans le cas d'un prostitué. Surtout à Sasuitachi. Eizan venait potentiellement d'attirer des ennuis à son premier client. Matsuyama serait furieux en l'apprenant.

« Kitagawa, bafouilla le jeune homme en s'inclinant en réponse à son hôte. Eizan. Enchanté, Yamada-san, c'est un honneur. »

Se redressant, il en profita pour détailler un peu plus son client. Jeune, et très bel homme avec ça. Un sourire chaleureux, une carrure très agréable à regarder et qu'il devait être agréable de sentir vous entourer. Pourtant, cela n'avait pas l'air d'être le but de son client pour ce soir, s'il fallait en croire ses paroles. Un client qui ne veut pas consommer ? C'était bien la première fois que Eizan voyait cela. D'un autre côté, c'était peut-être bien pour cela que Matsuyama l'avait choisi lui. Après tout, il était encore un peu tôt pour qu'il s'adonne à des pratiques sexuelles. Ainsi, les putes "utiles" tenait compagnie à leurs fidèles tandis que lui, qui ne servait pour le moment pas à grand chose, pouvait au moins offrir sa compagnie. D'un autre côté, c'était presque regrettable, tant Yamada paraissait normal. Joli garçon, visiblement bon vivant et plein d'humour. La seule chose de vraiment détonnant chez ce séduisant inconnu, c'était ses prunelles d'un bleu éclatant et ses cheveux teints de la même couleur. Voilà qui était très ironique, pour un homosexuel !

« J'aime beaucoup votre teinture ! » déclara le jeune homme avec sincérité.

Eeeuh... Mais ça se disait, ça ? C'était peut-être une remarque trop personnelle pour une première rencontre. Inquiet à l'idée d'avoir encore commis un impair, Eizi se retint de se mordiller l'index. Cherry lui avait suffisamment répété de faire attention à ses manières. Qu'est-ce que son mentor pouvait lui manquer, en cet instant... ! D'un coup, l'étudiant raté avait l'impression d'avoir oublié tous les cours et conseils que son colocataire avait pu lui donner en matière de conversation et de compagnie. Oh, pas que Eizan manquât de compagnie. Mais tenir la discut' à un ami et la tenir à un client, ce n'était définitivement pas la même chose. Gêné de sa maladresse, le jeune homme se tût, un regard de chiot malheureux plaqué bien malgré lui sur le visage tandis qu'il levait un regard plein d'espoir vers Yamada : il n'allait pas le mettre dehors sans le laisser montrer qu'il valait mieux que cela, quand même ?


« Je suis vraiment désolé de la situation dans laquelle je vous ai mis... »
Revenir en haut
Azusa Yamada
Akabatsu - Bras droit
Akabatsu - Bras droit

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2008
Messages: 97
Age: 25
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Seme

MessagePosté le: 20/10/2012, 23:34    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

+ Plutôt mignon le gosse. Un peu bafouilleur, manifestement débutant dans le milieu, mais néanmoins très agréable et d'une fraîcheur rare. Azusa n'était pas familier du monde des prostitués à la base, mais son amitié avec le célèbre Cherry lui avait permis de se faire connaître de toutes les putes des quartiers, du plus modeste au plus huppé. Pourtant il n'avait jamais profité du compte personnel de son complice de Maire pour assouvir ses besoins hormonaux. Mais flirter avec la pute de luxe la plus prisée de la ville et de ses alentours, c'était chose assez courante. +

+ Lui et Cherry avaient connu une relation platonique... ou presque, car il leur était arrivé de déraper de temps en temps, mais toujours en-dehors des heures de travail du prostitué, pour ne pas mettre ce dernier en porte-à-faux vis-à-vis de son employeur. Matsuyama Tetsuo n'était pas un proxénète, cependant sa rigueur professionnelle n'était pas qu'une légende et Azusa avait du respect pour cet homme qui permettait à de nombreuses putes de faire de ce labeur un métier à part entière, rémunéré avec sérieux et ponctualité, offrant des primes proportionnelles aux "pourboires" que les clients laissaient à l'entremetteur. +

« Enchanté Eizan, appelle-moi Azusa... Tu peux me tutoyer si ça te dit, je ne suis pas beaucoup plus vieux que toi après tout. »

+ Il enfila sa chemise blanche, masquant ainsi sa plaie pansée et il la boutonna négligemment, bien plus occupé à mettre son visiteur à l'aise. Le pauvre môme semblait tendu comme un arc, et pas de la meilleure des façons. Il se dirigea vers la cuisine et sortit deux verres, puis se tourna vers son réfrigérateur. Ouvrant la porte, il sortit diverses bouteilles de boissons sans alcool. Il avait cerné le jeune Eizan : un ami très chaleureux dans l'intimité, mais un gamin timide quand il se trouvait seul, confronté à de nouvelles situations. Sans doute déclinerait-il une boisson alcoolisée, mais Azusa la lui proposerait tout de même. +

« Merci pour le compliment capillaire... J'ai toujours aimé la couleur bleue, même si elle n'a jamais été représentative de mes opinions politiques à Sasuitachi... » confia-t-il avec un petit rire grave. « Tu veux quoi à boire ? J'ai pas mal de sodas en tout genre, du thé glacé, du sirop ou même du jus de fruit. Le choix est vaste ! Bon, j'ai bien des boissons pour adulte, mais je n'ai pas l'habitude de les sortir d'emblée en début de soirée. »

+ Son portable vibra et d'un rapide coup d'oeil, il vit le message de Cherry qui lui demandait de prendre soin de son petit protégé. Un sourire attendri aux lèvres, il quitta la cuisine américaine avec les deux verres et les déposa sur la table basse qui ornait le salon. +

« Assieds-toi Eizi, mets-toi à l'aise... »

+ Il apporta ensuite les boissons et détailla avec sa discrétion d'espion le jeune prostitué qu'on lui avait offert pour la nuit. Vraiment une bouille adorable... Ainsi c'était l'élève de Cherry ? Eizan était promu à un rang prestigieux, car jamais Tetsuo ne ferait perdre du temps à sa plus précieuse prostituée en lui demandant de former un jeune homme tout juste sorti du lycée. +

« Alors comme ça, tu es le petit protégé de Cherry ? » s'enquit le Loup Bleu en versant à son invité un verre de la boisson choisie. « Je le connais depuis quelques années maintenant, on est devenu de bons amis, mais dernièrement, on se voyait moins... Son boulot, le mien... Tout ça, ça rend les retrouvailles compliquées. »

+ Autant entamer un sujet de discussion qui mettrait le débutant à l'aise... Mais Azusa se devait d'émettre une réserve sur un point : la soirée ne serait peut-être pas aussi chaste que prévue si le feeling était là et si le garçon se sentait bien à ses côtés. La seule chose qui empêchait le médecin officiel Aobatsu à "consommer" ce rendez-vous, c'était l'idée que Eizan se sentît obligé de le satisfaire. C'était son futur boulot, ce que l'on attendrait de lui... Pourtant Azusa ne pouvait en profiter s'il n'était pas sûr que l'apprenti agirait par désir, et non par devoir. +

« Ne t'inquiète pas, ce n'est pas marqué sur ton front que tu es un employé de Tetsuo... Et quand bien même, j'assume pleinement les visites que je reçois ici... Qu'elles soient militaires, homosexuelles ou plus... "divertissantes" pour rester poli. Je n'ai aucun souci avec mon image, donc détend-toi, c'est pas comme si j'allais rédiger un rapport à ton boss. J'en fais bien assez avec mon taf ! »

+ Et que Tetsuo ne s'attende pas à une exception pour lui. +


------------------------
Revenir en haut
Eizan Kitagawa
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 69
Age: 19 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 21/10/2012, 01:31    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

Assis sur le canapé, un verre de thé glacé posé devant lui, Eizan commençait à légèrement se détendre. Il avait préféré ne pas relever certaines phrases de son hôte, de peur de mal les interpréter. Mais il était rassuré sur beaucoup de points ; Yamada semblait gentil, joyeux, pas du tout du genre à lui sauter dessus en le pressant d'emblée, bien au contraire. Il faisait tout pour le détendre et le mettre à l'aise Et il était loin d'être sale, ce qui ne gâchait rien...

« Tu connais Cherry ? »

Question stupide, puisque Azusa l'avait confirmé. Mais la surprise l'avait emporté sur la réflexion et le jeune homme eu la décence de rougir. L'art de la conversation n'était pas encore son point fort et il notait qu'il avait adopté le tutoiement avec peut-être trop de facilité. Il doutait que Cherry tutoie ainsi ses clients. Surtout au début, où maintenir une barrière était d'autant plus importante que le prostitué débutant était plus fragile psychologiquement, plus naïf et en fin de compte, plus vulnérable. Le sourire penaud d'Eizan se transforma pourtant en sourire plus joyeux lorsqu'il entendit le diminutif que seul jusque-là la petite cerise maigrelette utilisait avec lui. C'était sans doute idiot, mais l'entendre des lèvres d'Azusa lui fit plaisir et lui donna l'impression que, quelque part, Cherry lui faisait un clin d'oeil pour lui signifier qu'il l'accompagnait au moins en pensée. Puéril, certes, mais réconfortant pour Eizan.

« Je suis avec Cherry depuis presque trois semaines maintenant, répondit le jeune homme avec un sourire plus ouvert. Normalement, je ne devais pas commencer tout de suite parce que... (Il hésita, plus gêné et peu certain qu'il s'agisse là de détails à confier à un client) J'ai été circoncis avant mon emménagement et puis euh... depuis, je suis circoncis. »

Normalement, avec la médecine moderne, une semaine était généralement le maximum pour récupérer de ce type d'opération. Entre les crèmes cicatrisantes et les opérations moins abrasives, certains patients pouvaient reprendre une activité normale quatre jours après l'opération. Matsuyama, lui, imposait toujours les délais maximum à ses protégés afin d'être parfaitement sûr qu'ils aient récupéré au maximum. Eizan baissa légèrement la tête. L'avouer lui faisait un peu honte car il se savait trop peu sûr de lui, mais il appréhendait un peu les premières fois. Pas pour la pénétration, mais bien à cause de son opération. Et s'il avait encore mal ? Il continuait de suivre religieusement les conseils de soin et d'hygiène qu'on lui avait donné à l'hôpital, évitant de manipuler la zone ou de la soumettre à des pressions ou des frictions quelconques. Enfiler de simples vêtements était devenu un art et les bains étaient désormais préférés aux douches. Bien sûr, Eizan savait qu'il en faisait trop. Mais il préférait cela plutôt que de voir se développer une infection qui l'aurait empêché de travailler par la suite et qui aurait laissé penser à son nouvel employeur qu'il n'avait pas une vie saine.

Ceci dit, laisser entendre à son tout premier client qu'il n'était pas physiquement apte n'était pas forcément la meilleure idée qu'il ait eu ce soir-là.
Revenir en haut
Azusa Yamada
Akabatsu - Bras droit
Akabatsu - Bras droit

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2008
Messages: 97
Age: 25
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Seme

MessagePosté le: 25/01/2013, 01:57    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

+ Voilà qui était charmant. Le jeune prostitué rougissant venait de lui confier qu'il avait été fraîchement circoncis. Ah, décidément, les jeunes n'avaient plus le réflexe de réclamer eux-même cette opération, avant que la nécessité ne se fasse sentir ! Ceci dit, si Katsutoshi ne leur avait pas expliqué, à lui et Ran, le pourquoi et l'intérêt d'une telle intervention, nul doute qu'Azusa n'y aurait pas pensé de son côté... Pour ce qui était du Leader Akabatsu, cela avait été fait par l'orphelinat alors qu'il n'avait encore qu'un an. Donc la question ne se posait clairement plus pour lui, et si on ne lui avait pas demandé son avis à l'époque, il était tout de même heureux que leur père adoptif lui fasse comprendre que la démarche était bonne. Cela l'avait grandement rassuré, alors qu'il n'avait que douze ans et que l'éveil de la puberté le rendait nerveux sur son corps et ce qu'il pouvait représenter. +

+ Mais bon, ce n'était pas vraiment le moment de penser à ça... Après tout, ce petit Eizan lui tenait compagnie, alors ce qu'Azusa se devait de faire, c'était le divertir et le mettre à l'aise. Certes, avec Cherry, c'était beaucoup plus facile de discuter. Ce mec avait la tchatche et tous les deux ensemble, ils s'étaient très vite découvert une grande complicité. Toutefois, c'était le genre de détails à ne pas divulguer à Eizan. C'était le meilleur moyen de lui mettre la pression et de le rendre nerveux à l'idée de ne pas être à la hauteur de celui qui le formait à son nouveau métier. +

+ C'est pourquoi, quand Eizan fit à nouveau référence au prostitué le plus convoité de Sasuitachi, Azusa hocha simplement la tête en affirmant qu'il était un ami du fameux Cherry. Puis avec un éclat de rire au constat édifiant d'Eizan, il trempa ses lèvres à son verre et but une gorgée pour ensuite le reposer sur la table basse.
+

« Oui, c'est un peu le but d'être circoncis, quand on va se faire circoncire... » rétorqua-t-il avec amusement.

+ Il s'étendit sur le dossier de son canapé dans geste d'étirement pour soulager son dos, grimaçant bien malgré lui quand la blessure à son épaule lui rappela son existence par un tiraillement vif et douloureux. Sale petit con de mioche... Un blond en plus. Et il avait fallu qu'il s'entiche de lui. Franchement, ça ne tournait pas rond là-haut. +

« Alors comme ça, tu es le colocataire de Cherry... C'est étonnant car il a tendance à aimer la solitude quand il revient de son boulot. Il t'a déjà embrassé ? »

+ Question directe et pas forcément au summum de la politesse, mais Azusa était un jeune homme naturel qui ne s'encombrait pas de fioritures dans ses propos. Il connaissait assez bien la pute de luxe pour savoir que s'il avait accepté cette cohabitation, ce n'était pas dans un esprit totalement désintéressé. Il y avait une forte probabilité que Cherry ait enfin envie de se caser avec quelqu'un qui n'avait pas encore l'âme entachée par le vice de cette ville. Et ça, c'était le genre de ragots qui plaisaient à l'espion qui, sous ses airs de professionnel discret, était en réalité une vraie commère. +

------------------------
Revenir en haut
Eizan Kitagawa
Membre Akabatsu
Membre Akabatsu

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 69
Age: 19 ans
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Bisexuel
Uke ou Seme: Uke

MessagePosté le: 04/02/2013, 03:36    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

Si Eizan eut la bonne grâce de rougir lorsque Azusa souligna avec tact la logique implacable de sa déclaration, cela ne l'empêcha pas d'éclater de rire, amusé par son propre comportement. Il se savait nettement plus maladroit que Cherry en matière de conversation, et admirait son aisance à tisser des liens, lancer et entretenir des discussions. Si lui-même n'avait pas été capable de cela ce soir, fort heureusement, ce n'était pas le cas de l'homme aux cheveux bleus qui semblait de la même trempe que le prostitué le plus célèbre de la City. Replaçant une petite mèche de cheveux derrière son oreille, le faux étudiant admira un bref instant le sourire d'Azusa. Celui-ci savait détendre l'atmosphère et mettre les gens à l'aise, c'était indéniable. Et il était loin d'être repoussant, ce qui ne gâchait rien. Et pourtant, son "client" aurait eu de quoi être mécontent. Entre l'impair qu'Eizan avait commis en sonnant chez le voisin, et son absence totale d'assurance... N'importe qui aurait pu craindre sa compagnie.

Visiblement plus détendu, Eizan en profita pour jeter un petit regard autour d'eux. L'appartement était simple mais confortable, bien que peu d'objets personnels attestant d'une présence constante en ces lieux. Azusa sur un canapé et lui sur l'autre, une table en bois laqué noir surmonté d'une vitre les séparait tout deux. Le jeune prostitué avait hésité à prendre place sur le fauteuil faisant l'angle, mais il s'était rapidement douté que l'effet aurait été de mauvais genre. En se plaçant sur une surface restreinte, il donnerait une impression de fermeture à son hôte et se rendrait inaccessible. Bien qu'Azusa lui ai affirmé ne pas vouloir en arriver là, le prostitué préférait ne pas prendre ces paroles aux pieds de la lettre bien qu'au fond, elles puissent paraître inquiétantes. Peut-être n'était-il pas de son goût ? Voilà qui aurait été regrettable. Eizan doutait avoir souvent l'occasion d'avoir affaire à quelqu'un comme Azusa. Mais si celui-ci avait simplement besoin d'une compagnie comme il le lui avait assuré, le jeune garçon ferait de son mieux. Certes, ne pas savoir précisément ce que l'on attendait de lui avait été l'une de ses principales inquiétudes en entrant, mais vraiment, l'homme savait y faire.

Suffisamment pour réussir à poser une question qui, sans cela, lui aurait fait perdre tout ses moyens. Au lieu de quoi, Eizan sentit simplement son visage entier s'empourprer. Si Cherry l'avait... Azusa connaissait vraiment bien son colocataire. Jusqu'à quel point, Eizan l'ignorait, mais il n'allait pas mentir. Même s'il l'avait voulu, de toute manière, la couleur de ses joues et son petit sourire embarrassé parlaient pour lui. Car il fallait bien l'avouer, le baiser était loin de lui avoir déplu. Cherry était à la fois tentateur mais inaccessible, et sa manière d'être, avec son caractère si particulier, avait tout de suite attirer l'attention de l'apprenti prostitué

« Je... Tu le connais vraiment bien...(Une petite lueur de doute inquiet passa rapidement dans son regard) Il fait ça souvent ? »

Sous-entendu, souvent, et avec beaucoup de monde, évidemment. Même s'il se doutait bien qu'il n'avait pas l'exclusivité sur l'atypique cerise de Sasuitachi. Mais ils n'étaient pas là pour parler de cela, et sans doute son mentor lui aurait-il reproché de dévier la conversation sur lui qui n'avait rien à faire entre Eizan et son premier compagnon de soirée. Mais le jeune homme n'eut pas le loisir de s'étendre à ce sujet. La gêne d'Azusa était visible tandis qu'il s'étirait péniblement, et le prostitué repensa au bandage que portait son « cousin » lorsque celui-ci lui avait ouvert la porte.[i]

« Tu es sûr que tout va bien ? Tu as besoin de quelque chose ? »

[i]Inquiet, il s'était relevé à moitié, prêt à apporter son aide si besoin. La blessure ne devait pas être bénigne pour l'incommoder de la sorte et nécessiter un pansement de cette taille.
Revenir en haut
Azusa Yamada
Akabatsu - Bras droit
Akabatsu - Bras droit

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2008
Messages: 97
Age: 25
Faction: Akabatsu
Sexe: Masculin
Sexualité: Homosexuel
Uke ou Seme: Seme

MessagePosté le: 02/07/2013, 22:18    Sujet du message: Une compagnie monnayée... Répondre en citant

+ La soirée promettait d'être agréable. Déjà, le jeune Eizan se détendait et riait en sa compagnie. Tant mieux... Azusa n'aimait pas les gens vulgaires, mais les culs pincés, c'était au moins aussi rédhibitoire dans sa liste. Cela dit, Matsuyama-san commençait à le connaître et en lui envoyant sa nouvelle recrue, il avait vu juste quant aux goûts de l'espion bleu. De plus, même si ce dernier avait dit qu'il ne comptait pas consommer durant cette entrevue si particulière, en raison de ses sentiments troubles pour le Leader Aobatsu, il commençait à accepter l'idée que coucher avec ce garçon serait pourtant concevable. Après tout, ce dernier n'était pas insensible au sourire franc de l'aîné de la portée disparate. +

+ Son regard aiguisé par sa profession d'agent double lui collait à la peau et une fois encore, c'était dans une situation qui se prêtait à un cadre plutôt intime qu'il s'en rendait compte. Alors que le jeune prostitué prenait place face à lui, Azusa pouvait apprécier d'un coup d'oeil critique sa façon de s'asseoir. Les genoux un peu serrés, le dos droit ne prenant pas appui sur le dossier du canapé, une gestuelle naturelle mais étudiée avec soin pour ne jamais paraître audacieuse ou négligée. Cette fois-ci, il glissait ses iris bleu électrique vers les mains qui, selon l'espion, était le reflet de toute personne. Des mains peut-être un peu moites par le stress et la montée de chaleur que l'ambiance provoquait. Des doigts fins et plus longs que leurs paumes... un pianiste ? Du moins en aurait-il eu les prédispositions. Et au bout de ces phalanges, des ongles droits et soigneusement coupés. Quelqu'un qui ne les avait jamais rongé, manifestement. Le bout des doigts n'était pas boudiné et le rose de l'ongle s'étendait loin vers son extrémité. +

*C'est plutôt rassurant, Tetsuo est décidément très méticuleux lui aussi.*

+ Ce qui était moins rassurant, c'était de pouvoir déceler tous ces détails en l'espace d'une petite seconde. Mais il avait été éduqué ainsi et finalement, ce n'était pas si mal que ça de pouvoir déceler tant de choses en un court laps de temps. Lors de missions à risques, il était toujours bon d'être réactif face à un environnement où le moindre détail pouvait avoir son attention. +

« Je... Tu le connais vraiment bien... Il fait ça souvent ? »

+ Inquiet, le petit étudiant ? Cherry s'était un peu confié à son ami. Les deux énergumènes se fréquentant depuis des années dans une relation purement platonique, ils avaient évidemment fini par évoquer la vie privée et les petits tracas du quotidien. Et dernièrement, la pute de luxe la plus prisée de toute la ville avait avoué éprouver des sentiments sincères pour son colocataire, et que pour cette raison, il ne souhaitait pas lui trouver un autre logement. Cette envie soudaine était presque déstabilisante, mais à vingt-huit ans, le jeune homme devait ressentir les premiers désirs de vivre au moins une relation fixe et saine. Après avoir toujours été seul, à considérer que les clients réguliers suffisaient à combler le manque d'affection, il finissait forcément par ne plus s'en contenter. Et que dire de Tetsuo qui, contre toute attente, lui donnait son premier disciple ? +

« Pas vraiment, non. Mais je le connais, et j'ai une petite idée sur ses goûts... »

+ Il remarqua alors qu'il trahissait un peu trop sa douleur et il retourna un sourire doux à Eizan. Sa question aurait pu paraître déplacée ou trop curieuse, mais il l'avait posée avec tant de spontanéité que l'on ne pouvait que sentir la bonté du jeune garçon. D'humeur à parler, Azusa consentit à lui avouer une partie de la vérité. +

« Une balle perdue ce matin... je me suis retrouvé au milieu d'un conflit entre les deux factions sans avoir eu le temps de me mettre à l'abri. Ben ça n'a pas loupé... La blessure est bénigne mais ça tire encore un peu malgré les anti-inflammatoires. »

+ Mais au vu du coup reçu un peu plus tôt ce matin par le Chef de la Faction Bleue, ce n'était pas étonnant que la zone puisse encore lancer par moment. +

------------------------
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:25    Sujet du message: Une compagnie monnayée...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> † Sasuitachi City † -> † Les appartements -> Azusa Yamada -> Le salon Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com